L'identification des victimes de guerre - La bataille de la cote 70

Soldat Reginald Joseph Winfield Johnston

Soldat Reginald Joseph Winfield Johnston
Soldat Reginald Joseph Winfield Johnston
Mention de sources: Famille Johnston

Reginald Joseph Winfield Johnston naît le 10 août 1895 à Springfield, au Manitoba (Canada). Il est le fils de Joseph William Johnston et de Margaret Jane Johnston. La famille déménage à Fairford, au Manitoba, alors que Reginald n’est encore qu’un bébé. Le petit-petit-fils de William Hemmings Cook, un employé de la Compagnie de la Baie d’Hudson, et Kahnawoswamakan Agatha Cree, Reginald était Métis.

Johnston grandit à Fairford. Par la suite, il y travaille comme concessionnaire d’un homestead jusqu’à son enrôlement dans le Corps expéditionnaire canadien (CEC), auprès du 107th Overseas Battalion, à Winnipeg, au Manitoba, le 19 janvier 1916, à l’âge de 20 ans.

Ring
Bague endommagée trouvée, avec
les restes du Soldat Johnston.
Mention de sources: DHP

Le soldat Johnston quitte le port d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, le 18 septembre 1916 à destination de l’Angleterre et il arrive à Liverpool huit jours plus tard, soit le 25 septembre 1916.

Après des mois d’entraînement au camp militaire de Witley, dans le Surrey, en Angleterre, Johnston est transféré au 16e Bataillon d’infanterie canadien (The Canadian Scottish) le 28 novembre 1916. Le bataillon porte le soldat Johnston à l’effectif le 4 décembre de la même année.

Dans les mois qui suivent, le soldat Johnston et le 16e Bataillon participent à de nombreuses batailles, notamment celle de la crête de Vimy.

Le soldat Johnston et le 16e Bataillon combattent au cours de la progression sur la cote 70, qui commence le 15 août 1917 et dure 10 jours, soit jusqu’au 25 août 1917. La progression se déroule en deux étapes visant la prise de deux objectifs. Peu après le début de l’attaque, le 16e Bataillon prend le contrôle de la partie qu’on lui a confiée en ce qui concerne le premier objectif, appelé « Ligne bleue ». Le second objectif, appelé « Ligne verte », est saisi tôt le lendemain.

Danse les états de service et le dossier médical du soldat Johnston, il est indiqué qu’il a été blessé, puis, dans des rapports ultérieurs, qu’il était porté disparu et présumé tué au combat entre le 15 et le 16 août 1917, à l’âge de 22 ans.

Après la guerre, la Commonwealth War Graves Commission a gravé le nom du Sdt Johnston sur le Monument commémoratif du Canada à Vimy, auprès de ceux d’autres soldats n’ayant pas de sépulture connue.

En août 2011, des ossements humains ont été découverts au cours d’une opération d’élimination de munitions non explosées, près de la rue Léon Droux, à Vendin-le-Vieil, en France. Un bouton du 16e Bataillon ainsi qu’une plaque d’identité lisible ont été trouvés avec les restes humains,

Button

Bouton de cuivre du 16e Bataillon
d’infanterie canadien (Canadian
Scottish) trouvé avec les restes du
Soldat Johnston. Au centre du bouton
se trouve la Couronne de Saint-Édouard
au-dessus de la croix de Saint-André.
La devise du bataillon « Deas gu cath »,
qui signifie en gaélique écossais
« Prêt à piquer », entoure la couronne.
Le tout est encerclé par les mots
« Canadian Scottish », le chiffre 16
et un chardon. Mention de sources: DHP
Private Johnston's identification disc

Plaque d’identité trouvée avec les
é restes du Soldat Johnston. Bien qu’
endommagé, le nom de Johnston, son
numéro matricule et sa religion restent
lisibles. Mention de sources: DHP

Au moyen d’une analyse historique, généalogique, anthropologique et archéologique et avec l’aide de l’Équipe d’intervention en odontologie médico-légale des Forces canadiennes et du Musée canadien de l’histoire, le comité d’examen du Programme d’identification des pertes militaires a été en mesure de confirmer que les restes humains retrouvés étaient bien ceux du soldat Reginald Joseph Winfield Johnston.

L’inhumation du soldat Johnston a eu lieu le 24 août 2017 au cimetière britannique de Loos, à Loos-en-Gohelle, en France. Il a été inhumé par des membres du Canadian Scottish Regiment (Princess Mary’s) de Victoria, en Colombie-Britannique. Le neveu, la nièce et des petites-nièces du soldat Johnston, ainsi que des représentants du gouvernement du Canada, du gouvernement français local et des Forces armées canadiennes ont assisté à la cérémonie. Des images de la cérémonie sont disponibles à la page flickr de l’Armée canadienne. L’album est intitulé « First World War Interments » et les images de l’inhumation du soldat Johnston sont identifiées par « Hill 70 Interment ».

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le soldat Johnston, veuillez consulter son dossier de service sur le site Web de Bibliothèque et Archives Canada.