Identification des pertes militaires à Kapelsche Veer

Soldat Albert Laubenstein

La seule photo connue du Sdt Laubenstein (nécrologies de l’Edmonton Journal).
La seule photo connue du Sdt Laubenstein
(nécrologies de l’Edmonton Journal).

Le soldat Albert Laubenstein naît le 28 mars 1918, à Sutherland, en Saskatchewan. Au moment de son enrô lement, Albert, célibataire, travaille dans une ferme laitiè re à Royal Oak, en Colombie-Britannique. Homme musclé et athlè te passionné, il aime jouer au hockey, au baseball et au soccer.

Le 23 juillet 1940, il s’enrô le dans la 102nd (North British Columbia) Heavy Battery, RCA, CASF, estimant qu’il est de son devoir de servir et ayant l’intention de demeurer dans l’armée aprè s la guerre. Le 9 novembre 1941, il s’embarque pour Liverpool avec le 4th Light Anti-Aircraft Regiment, RCA, CASF, puis pour la France le 18 ao&‌ucirc; t 1942, dans le cadre de l’opération JUBILEE (l’attaque contre Dieppe).

Le 19 octobre 1944, il est muté dans les Rocky Mountain Rangers, CASF, en tant que fantassin, avant de partir pour le Nord-Ouest de l’Europe le 20 novembre 1944 et d’être affecté au Lincoln and Welland Regiment, CASF, le 9 janvier 1945.

Le soldat Laubenstein meurt tôt le matin du 26 janvier 1945 alors qu’il participe à l’opération ELEPHANT à Kapelsche Veer.

Des membres de son unité renvoient alors au quartier général ses plaques d’identité, un portefeuille et quelques cartes de membre. Aprè s la guerre, la Commonwealth War Graves Commission a gravé son nom sur le panneau 10 du monument commémoratif de Groesbeek, aux Pays-Bas, avec ceux des autres soldats qui n’avaient aucune sépulture connue.

Le 19 juin 2014, un amateur de détection d’objets métalliques a découvert des restes humains sur la rive sud de la Meuse, prè s de Sprang-Capelle, aux Pays-Bas. Il semblerait que les camarades du soldat aient improvisé une inhumation avant de se retirer.

Informée de la découverte des restes humains, l’Unité de récupération et d’identification (URI) de l’Armée royale néerlandaise a entrepris l’exhumation le lendemain de celle-ci. L’URI a transféré les restes et les artéfacts à son laboratoire, au Camp Soesterberg.

Parmi les artéfacts récupérés avec les restes se trouvaient un ruban avec une barrette chargée d’une feuille d’érable (Médaille canadienne du volontaire), un ruban (étoile de 1939-1943), huit cartouches de 9 mm et une chevaliè re en argent.

La chevalière était auparavant sertie d’une lettre G dorée. Comme le p&egravere du Sdt Laubentstein s’appelait George, cette découverte porte à croire que la chevali&egravere était un bijou de famille. Sources : URI/ARN
La chevalière était auparavant
sertie d’une lettre G dorée.
Comme le père du Sdt Laubentstein
s’appelait George, cette découverte
porte à croire que la chevalière était
un bijou de famille. Sources : URI/ARN

Plus d’une décennie auparavant, dans le cadre d’une enquête, l’URI avait demandé à la DHP les dossiers médicaux et les fiches dentaires des six soldats du Lincoln and Welland Regiment portés disparus. L’URI disposait encore de ces dossiers et fiches en juin 2014.

Grâ ce aux fiches dentaires du soldat Laubenstein fournies par l’Armée canadienne, qui indiquaient d’importants traitements dentaires, notamment des incrustations en or distinctives, les restes humains ont pu être identifiés le jour même. Aprè s un examen minutieux, des membres du Corps dentaire royal canadien ont pu attester l’identité du soldat Laubenstein.

Le ruban d’une Médaille canadienne du volontaire (MCV) avec barrette chargée d’une feuille d’érable indiquant le service outre-mer et le ruban d’une étoile de 1939-1943. Sources : URI/ARN
Le ruban d’une Médaille canadienne
du volontaire (MCV) avec barrette
chargée d’une feuille d’érable indiquant
le service outre-mer et le ruban d’une
étoile de 1939-1943. Sources : URI/ARN

L’inhumation du soldat Laubenstein a eu lieu le 6 mai 2015 au cimetiè re de guerre canadien de Bergen-Op-Zoom. Le neveu du soldat Laubenstein et sa fille, ainsi que des représentants du gouvernement du Canada et des Forces armées canadiennes ont assisté à la cérémonie.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le soldat Laubenstein, vous pouvez consulter son dossier de service à Bibliothè que et Archives Canada.