L'identification des victimes de guerre - L’attaque sur la boucle d’Arleux

Sergent James Alexander Milne

Church Parade 10th Bn. Abeele, Belgium, May 1916
Rassemblement pour service religieux
(10e Bataillon d’infanterie), à Abeele
(Belgique), mai 1916 Mention de sources
Canada. Ministère de la Défense nationale/
Bibliothèque et Archives Canada/PA-000032

James Alexander Milne naît le 10 février 1883, à Gellybrands (Cookney, Kincardineshire), en Écosse. Élevé par sa grand-mère maternelle, Eliza Valentine (née Smith, veuve Milne), il immigre au Canada entre 1905 et 1911. Célibataire, il travaille comme ouvrier à Calgary avant de s’enrôler dans le Corps expéditionnaire canadien (CEC) le 27 janvier 1915 auprès du 50e Bataillon, CEC.

Lorsqu’il s’enrôle, il déclare sur sa feuille d’engagement que son lieu de naissance est Stonehaven et qu’il est né en 1886. Il est impossible de comprendre pourquoi il a fourni ces renseignements, même si l’on sait que l’agglomération plus importante de Stonehaven se trouvait à cinq milles au sud-est de Cookney.

Tents of the 10th Bn. May 1916
Tentes du 10e Bataillon d’infanterie, à Abeele (Belgique),
mai 1916 Mention de sources : Canada. Ministère de la
Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada
/PA-000032 Photographe : Knobel, Henry Edward (MIKAN
no 3405993)

Le 50e Bataillon quitte le Camp Valcartier pour l’Angleterre le 27 octobre 1915 et arrive au camp militaire de Bramshott le 6 novembre 1915. Le 3 février 1916, le soldat Milne et de nombreux autres membres du 50e Bataillon sont transférés au 9e Bataillon de réserve, CEC, pour suivre un entraînement plus poussé. Le 15 mars 1916, le Sdt Milne est transféré au 10e Bataillon, CEC, qui fait partie de la 1re Division canadienne, 2e Brigade d’infanterie canadienne du Corps canadien, servant en France et en Belgique.

Porté à l’effectif du 10e Bataillon le 19 mars 1916, le Sdt Milne se trouve au sein de celui-ci lorsque le bataillon retourne dans les tranchées non loin d’Ypres. Il est présent lors de l’assaut ennemi au mont Sorrel le 2 juin 1916, où le 10e Bataillon aide à empêcher les Allemands de percer la ligne.

Promu au grade de caporal suppléant le 12 juin après la bataille du mont Sorrel, il survit aux violents combats qui se déroulent sur la Somme d’août à octobre 1916. Milne manifeste probablement des aptitudes au commandement puisqu’il est promu caporal le 14 février 1917, soit le jour où le feld-maréchal Haig passe le bataillon en revue.

Il participe ensuite à l’attaque sur la crête de Vimy le 9 avril 1917 et, le même jour, il est promu au grade de sergent alors qu’il est sur le terrain. Sa promotion devient effective le 24 avril 1917.

Puis, il prend part à l’assaut sur Arleux-en-Gohelle le 28 avril 1917, au cours duquel il est tué et porté disparu.

Location of discovery
Mention de sources : La Commonwealth War Graves Commission

Après la guerre, la Commonwealth War Graves Commission a gravé le nom du Sgt Milne sur le Monument commémoratif du Canada à Vimy, auprès de ceux d’autres soldats n’ayant pas de sépulture connue.

Le 5 mai 2013, soit un peu plus de 96 ans après la mort du sergent Milne, une équipe d’archéologues a découvert des restes humains tandis qu’elle effectuait des fouilles obligatoires en vue de la construction d’un complexe résidentiel à Arleux-en-Gohelle, en France.

Les artéfacts retrouvés auprès des restes humains donnaient à penser qu’il s’agissait de ceux d’un soldat canadien du 10e Bataillon d’infanterie, qui avait servi pendant la Première Guerre mondiale. Il y avait de nombreux boutons, des boucles ainsi qu’une paire de bottes et une plaque d’identité corrodée.

Plaque d’identité du sergent Milne
Plaque d’identité lors de sa découverte
Plaque d’identité du sergent Milne
Plaque d’identité, une fois traitée par
l’Institut canadien de conservation

L’Institut canadien de conservation a traité et nettoyé la plaque d’identité pour découvrir les inscriptions. Au bas de la plaque, on pouvait clairement lire « 10 BN ». Les chiffres « 434 », suivis d’un espace corrodé d’environ un caractère, lui-même suivi des chiffres « 56 », indiquaient un numéro matricule. Dans la partie supérieure droite de la plaque se trouvaient les lettres « LNE ». Or, le seul numéro matricule parmi ceux des soldats portés disparus qui commençait par « 434 » et se terminait par « 56 » était celui du sergent James Alexander Milne. Ce dernier était aussi le seul des militaires portés disparus dont le nom comportait la combinaison de lettres « LNE ».

Insigne de coiffure du 10e Bataillon, CEC
Insigne de coiffure du 10e Bataillon d’infanterie
canadien, retrouvé avec les restes du Sergent
Milne. Au centre de l’insigne se trouve l’image
d’un castor, accompagnée de l’inscription « 10th
Canadian » en dessous. Le castor et l’inscription
sont entourés d’une couronne de feuilles d’érable
rattachée à la Couronne Tudor au sommet de
l’insigne.
Insignes de col du 10e Bataillon, CEC
Les deux insignes de col du 10e Bataillon
d’infanterie canadien découverts avec les
restes du Sergent Milne.

Au moyen d’une analyse historique, généalogique, anthropologique et archéologique et avec l’aide de l’Équipe d’intervention en odontologie médico-légale des Forces canadiennes, du Musée canadien de l’histoire et de l’Institut canadien de conservation, le comité d’examen du Programme d’identification des pertes militaires a été en mesure de confirmer, en décembre 2016, que les restes humains retrouvés étaient bien ceux du sergent James Alexander Milne.

L’inhumation du sergent Milne a eu lieu le 25 août 2017 au cimetière Orchard Dump, à Arleux-en-Gohelle, en France. Il a été inhumé par des membres du Calgary Highlanders, de Calgary, en Alberta. Des représentants du gouvernement du Canada, du gouvernement français local et des Forces armées canadiennes ont assisté à la cérémonie.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le sergent Milne, veuillez consulter son dossier de service sur le site Web de Bibliothèque et Archives Canada.