Leslie Reid - PAFC

Llewellyn II 59°04’N; 134°05’W

Technique : Huile et graphite sur canevas
Dimensions : 81 cm x 127 cm
Date : 2014

Le glacier Llewellyn est l’un des plus gros de la Colombie-Britannique. C’est un glacier émissaire du champ de glace Juneau, qui s’étend le long de l’extrémité nord de la chaîne Côtière de l’Alaska et de la Colombie- Britannique. En août 2013, l’artiste participante au PAFC Leslie Reid a visité cet emplacement en grande partie inaccessible, à bord d’un hélicoptère militaire. Cet ancien glacier qui se déplace lentement est rempli de débris, mais en mettant en évidence sa glaciale couleur blanc bleuté contre un ciel aigue-marine sans nuage, Reid attire l’attention sur sa fragilité. Elle met au défi notre compréhension des dimensions du glacier et de l’endroit où elle-même se trouve en excluant la base du Llewellyn et tout élément figuratif ou matériel reconnaissable. Ensemble, la fragilité et les dimensions indéfinissables du glacier représentent la vulnérabilité de celui-ci, attribuable au réchauffement climatique.



Kaskawulsh III 60°44’N; 138°04’W

Technique : Huile et graphite sur canevas
Dimensions : 81 cm x 127 cm
Date : 2014

Le glacier Kaskawulsh s’étend à partir du versant nord-est des monts Saint-Elias, au Yukon. L’eau de fonte se jette dans l’océan Pacifique et dans le réseau hydrographique de l’Alsek et du fleuve Yukon au nord. Des souvenirs des vols de cartographie effectués dans la région dans les années 40 par son père, membre de l’Aviation royale canadienne (ARC), ont inspiré Leslie Reid à participer au PAFC. Le vol militaire auquel elle a pris part lui a permis de réaliser des photographies dont les perspectives aériennes semblent aplanir les chaînes de montagnes environnantes, de sorte que les éléments dominants sont le glacier et ses eaux de fonte. Dans cette peinture, exécutée à partir de l’une des ces photographies, l’application couche après couche d’un vernis à peine teinté souligne ou obscurcit subtilement des éléments particuliers pour créer un tout harmonieux. La multiplicité des couches de peinture donne, sur toute la surface de la toile, une impression de mouvement, qui évoque le mouvement interne et externe du glacier lui-même. L’aspect plat du sujet révèle toutefois que l’oeuvre découle d’une photographie prise par Reid et, ce faisant, rend hommage avec délicatesse au travail du père de l’artiste.