Croix de Victoria - Première Guerre mondiale, 1914-1918

Samuel Lewis Honey

Samuel Lewis Honey

Samuel Lewis Honey naît à Conn, en Ontario, le 9 février 1894. À la fin de janvier 1915, il s’enrôle comme soldat dans le Corps expéditionnaire canadien. Le Soldat Honey reçoit la Médaille militaire au début de 1917, puis la Médaille de conduite distinguée pour ses faits d'armes lors de l’attaque de la crête de Vimy par le Corps canadien en avril de la même année. Par la suite, il obtient sa commission d'officier et sert dans le 78e Bataillon d’infanterie.

Le Lieutenant Honey s'est vu décerner la Croix de Victoria pour sa conduite exemplaire durant l’offensive du bois de Bourlon, en France, du 27 au 30 septembre 1918. Prenant le commandement de sa compagnie après la mise hors de combat des autres officiers, il réorganise intelligemment l’avance sous un feu allemand intense et s’empare de son objectif. Lorsque sa compagnie commence à subir des pertes en raison d’un tir d’enfilade de mitrailleuses, le Lieutenant Honey repère les armes puis, seul, les attaque et fait 10 prisonniers. Sa compagnie et lui renforcent la position prise, puis repoussent quatre contre-attaques allemandes. Plus tard, après une reconnaissance de nuit en solitaire pour trouver un poste ennemi, il retourne à cet endroit avec un détachement de ses hommes et s’en empare. Le 29 septembre, il commande de nouveau sa compagnie lors d'une opération contre une solide position allemande. Le Lieutenant Honey succombe le 30 septembre aux blessures reçues ce jour-là.

Citation

Pour un acte de bravoure remarquable au cours de l’offensive du bois de Bourlon, du 27 septembre au 2 octobre 1918.

Le 27 septembre, alors que le commandant et tous les autres officiers de sa compagnie sont mis hors de combat, le Lt Honey prend le commandement et réorganise habilement l’avance, sous un feu très intense. Il poursuit rapidement l’avance et s’empare de l’objectif. Puis, constatant que sa compagnie subissait des pertes en raison d’un tir d’enfilade de mitrailleuses, il repère le nid de mitrailleuses, s’élance, seul, dans sa direction, s’empare des mitrailleuses et fait 10 prisonniers.

Plus tard, il repousse quatre contre-attaques ennemies et, une fois la nuit tombée, il sort de nouveau en solitaire. Ayant repéré un poste ennemi, il y conduit un détachement, qui s’empare du poste et de trois mitrailleuses.

Le 29 septembre, il conduit à nouveau sa compagnie contre une forte position ennemie, avec une grande habileté et beaucoup d’audace, et il continue, dans les jours qui suivent, à afficher le même bel exemple de bravoure et d’abnégation de soi. Il meurt des blessures qui lui ont été infligées la dernière journée de l’attaque menée par son bataillon..

(London Gazette, no 31108, le 6 janvier 1919)

 

[ Galerie des Croix de Victoria ] [ Brochure - La Croix de Victoria canadienne ]