Croix de Victoria - Première Guerre mondiale, 1914-1918

Claude Joseph Patrick Nunney

Claude Joseph Patrick Nunney

Claude Joseph Patrick Nunney naît à Dublin, en Irlande, le 24 décembre 1892 et est accueilli au Canada comme orphelin. Il est d’abord placé dans un orphelinat à Ottawa, en Ontario, puis dans une famille qui vit dans le comté avoisinant de Glengarry. En mars 1915, à Alexandria, en Ontario, Nunney s’enrôle dans le Corps expéditionnaire canadien et sert dans le 38e Bataillon d’infanterie. Avant la Croix de Victoria, il reçoit la Médaille de conduite distinguée et la Médaille militaire.

La Croix de Victoria a été décernée à titre posthume au Soldat Nunney pour la rapidité et la fermeté dont il a fait preuve les 1er et 2 septembre 1918 durant les combats sur la ligne Drocourt-Quéant, en France. Le 1er septembre, près de Vis-en-Artois, des positions récemment prises par les Canadiens sont soumises à un intense barrage d’artillerie ennemie et subissent une contre-attaque. De sa propre initiative, le Soldat Nunney quitte la ligne principale de sa compagnie, franchit le barrage et se rend jusqu’à la ligne d’avant-poste. Il se déplace alors d’une position à l’autre afin d’encourager ses camarades. Le lendemain, la conduite exemplaire du Soldat Nunney est une source d’inspiration pour sa compagnie dans la poursuite de son objectif. Grièvement blessé ce jour-là, le Soldat Nunney meurt le 18 septembre 1918.

Citation

Pour un acte de bravoure remarquable au cours des opérations sur la ligne Drocourt-Quéant, les 1er et 2 septembre 1918.

Le 1er septembre, alors que son bataillon se trouve dans les environs de Vis-en-Artois et se prépare à avancer, l’ennemi installe un solide barrage et contre-attaque. De sa propre initiative, le Sdt Nunney, qui se trouvait alors au poste de commandement de sa compagnie, franchit le barrage et se rend jusqu’à la ligne d’avant-poste. Il se déplace d’une position à l’autre et encourage ses camarades en prêchant par son exemple d’intrépidité. L’ennemi est repoussé et la situation devient moins critique. Au cours de l’attaque du 2 septembre, il se retrouve continuellement devant ses camarades, grâce à sa rapidité. Son intrépidité exemplaire a sans aucun doute inspiré grandement sa compagnie dans la poursuite de ses objectifs.

Tout au long des opérations, il a affiché un courage irréprochable jusqu’à ce qu’il soit gravement blessé.

(London Gazette, no 31067, le 14 décembre 1918)

 

[ Galerie des Croix de Victoria ] [ Brochure - La Croix de Victoria canadienne ]