Croix de Victoria - Guerre en Afrique du Sud (des Boers), 1899-1902

Arthur Herbert Lindsay Richardson

Arthur Herbert Lindsay Richardson

Arthur Herbert Lindsay Richardson naît à Southport, en Angleterre, le 23 septembre 1873. En 1894, il immigre au Canada et s'enrôle dans la Police à cheval du Nord-Ouest. En 1899, au début de la guerre d’Afrique du Sud, Richardson obtient un congé de la Police à cheval afin de s’enrôler dans le Lord Strathcona’s Horse (Royal Canadians), régiment mis sur pied pour participer au conflit.

Le 5 juillet 1900, le Sergent Richardson mérite la Croix de Victoria, pour son fait d'armes à Wolve Spruit, près de Standarton, en Afrique du Sud. Quand il repère un cavalier canadien blessé dont le cheval a été abattu, il conduit son propre cheval à moins de 300 mètres de l’ennemi au milieu d’un intense tir croisé afin de porter secours à son camarade.

En 1902, après la guerre, le Sergent Richardson retourne dans la Police à cheval et est finalement promu sergent-major. Cependant, en 1907, sa mauvaise santé le force à acheter sa libération. Il va s’établir à Liverpool, en Angleterre, où il vit en solitaire. Durant cette période, un autre homme du nom d’Arthur Richardson, caporal dans les Gordon Highlanders de l’Armée britannique, commence à se faire passer pour le récipiendaire de la Croix de Victoria. Il réussit si bien, qu’à sa mort, il est enterré avec les honneurs militaires. Ironiquement, on aperçoit Arthur Richardson, le véritable récipiendaire de la Croix de Victoria, qui marche dans le cortège funèbre de son imposteur. À partir de cette date, le Sergent Richardson connaît une certaine notoriété. Il s'éteint à Liverpool le 15 décembre 1932.

Citation

Le 5 juillet 1900, à Wolve Spruit, environ 15 milles au nord de Standerton, un détachement du Lord Strathcona’s Corps ne comportant que 38 soldats se trouve confronté à une force de 80 soldats ennemis, contre lesquels il mène un combat rapproché.

Quand l’ordre de se retirer est donné, le Sergent Richardson conduit son cheval sous d’intenses feux croisés, pour ramasser et ramener avec lui un cavalier canadien qui est blessé à deux endroits et dont le cheval a été abattu.

Au moment où il accomplit son exploit, le Sergent Richardson se trouve à 300 verges de l’ennemi et son propre cheval est blessé.

(London Gazette, no 27229, le 14 septembre 1900)

 

[ Galerie des Croix de Victoria ] [ Brochure - La Croix de Victoria canadienne ]