Croix de Victoria - Première Guerre mondiale, 1914-1918

James Edward Tait

James Edward Tait

James Edward Tait naît à Maxwelltown, en Écosse, le 27 mai 1886, et immigre au Canada plus tard. En novembre 1915, il s’enrôle dans le Corps expéditionnaire canadien (CEC) et obtient sa commission d'officier. Le Lieutenant Tait reçoit la Croix militaire pour sa conduite le 9 avril 1917, jour où le Corps canadien attaque la crête de Vimy, en France, et s’en empare.

La Croix de Victoria a été décernée à titre posthume au Lieutenant Tait pour les exploits accomplis alors qu’il servait au sein du 78e Bataillon d’infanterie, CEC, durant les quatre premiers jours de la bataille d’Amiens, du 8 au 11 août 1918. Quand la progression de sa compagnie est arrêtée par des mitrailleuses allemandes dans le bois de Beaucourt en France, le Lieutenant Tait rassemble ses hommes et les fait avancer malgré un feu intense. Cependant, une mitrailleuse ennemie embusquée continue à causer de lourdes pertes jusqu’à ce que Tait charge seul la position de la mitrailleuse et tue son servant. Inspirés par son action, ses hommes attaquent la position allemande principale, font 20 prisonniers et s’emparent de 12 mitrailleuses. Ce fait d’armes permet au 78e Bataillon de reprendre son avance. À une autre occasion, lors d’une contre-attaque ennemie, le Lieutenant Tait, bien que mortellement blessé par l'explosion d'un obus, continue à commander ses hommes jusqu’à sa mort.

Citation

Pour un acte de bravoure remarquable et pour son initiative à l’assaut. La progression de sa compagnie étant arrêtée par les tirs nourris des mitrailleuses, le Lt Tait rassemble sa compagnie et la fait avancer avec grande habileté et beaucoup d’audace, malgré la pluie de projectiles. Toutefois, une mitrailleuse ennemie embusquée continue de causer de lourdes pertes. S’emparant d’un fusil et d’une baïonnette, le Lt Tait charge, seul, et tue l’artilleur ennemi. Inspirés par son exemple, ses hommes attaquent la position allemande, saisissent 12 mitrailleuses et font 20 prisonniers. Ce courageux fait d’armes ouvre la voie à son bataillon, qui peut ainsi poursuivre sa route.

Un peu plus tard, quand l’ennemi contre-attaque nos positions, sous d’intenses bombardements d’artillerie, ce brave officier affiche un courage et un sens du leadership hors du commun et, bien que blessé mortellement par un obus, il continue à commander et à aider ses hommes jusqu’à sa mort.

(London Gazette, no 30922, le 27 septembre 1918)

 

[ Galerie des Croix de Victoria ] [ Brochure - La Croix de Victoria canadienne ]