Croix de Victoria - Première Guerre mondiale, 1914-1918

Raphael Louis Zengel

Raphael Louis Zengel

Raphael Louis Zengel naît le 11 novembre 1894 à Faribault, aux États-Unis. Encore très jeune, il quitte les États-Unis en compagnie de sa mère pour venir habiter une propriété familiale en Saskatchewan. Zengel s’enrôle dans le Corps expéditionnaire canadien (CEC) en décembre 1914. Il sert outre-mer dans le 5e Bataillon d’infanterie du CEC et participe à plusieurs raids contre les tranchées allemandes. Pour le rôle joué dans l’un de ces raids, près de Passchendaele, en Belgique, en 1917, le Sergent Zengel reçoit la Médaille militaire.

Le 9 août 1918, le Sergent Zengel avance à la tête de son peloton durant le deuxième jour de l’offensive alliée massive contre les lignes allemandes autour d’Amiens, en France. Lorsqu’il remarque une brèche dans le flanc de son peloton et une mitrailleuse ennemie faisant feu sur les Canadiens à courte distance, il décide rapidement de s’occuper lui-même de la position de la mitrailleuse. Précédant son peloton de 200 mètres, il charge la position allemande, tue deux mitrailleurs et oblige les autres à fuir. Plus tard ce jour-là, quand la progression du 5e Bataillon est arrêtée par un intense feu de mitrailleuses, il fait montre d’une grande habileté tactique en dirigeant le feu de son peloton de manière à éliminer la résistance ennemie. Le courage et le leadership du Sergent Zengel, sans égard pour sa propre sécurité, inspirent ses hommes et contribuent grandement à la poursuite de l’avance des troupes. Pour sa conduite à cette occasion, le Sergent Zengel reçoit la Croix de Victoria. Il s’éteint à Vancouver, en Colombie-Britannique, le 22 février 1977.

Citation

Pour un acte de bravoure remarquable et pour son zèle en protégeant le flanc droit du bataillon. Il fait courageusement avancer son peloton pour mener l’offensive, mais il ne tarde pas à remarquer qu’une brèche s’est créée dans le flanc et qu’une mitrailleuse ennemie fait feu sur eux à courte distance. Il prend la situation en main, s’élance sur 200 verges en avant de son peloton, charge l’emplacement de la mitrailleuse, tue l’officier et le servant du canon et oblige les autres à fuir. Grâce à son audace et à sa rapidité d’action, il a sans aucun doute sauvé la vie d’un grand nombre de ses camarades.

Plus tard, quand le bataillon est arrêté par le feu très intense des mitrailleuses, il fait montre d’une grande habileté tactique en dirigeant le tir de son peloton, et les résultats sont dévastateurs pour l’ennemi. Peu après, il tombe inconscient pendant quelques minutes en raison des tirs ennemis, mais en reprenant connaissance, il reprend tout de suite ses tirs sur l’ennemi.

Le travail effectué par le Sgt Zengel, tout au long de l’offensive, a été excellent, et au mépris de sa sécurité personnelle, il a inspiré des militaires de tous grades et grandement contribué à la réussite de l’offensive.

(London Gazette, no 30922, le 27 septembre 1918)

 

[ Galerie des Croix de Victoria ] [ Brochure - La Croix de Victoria canadienne ]