Tome 3, Partie 1 : Régiments blindés, artilleries et génies en campagne - Régiments des artilleries

1ER RÉGIMENT, ROYAL CANADIAN HORSE ARTILLERY

Le document qui suit peut être visualisé ou téléchargé :

Pour plus d'information sur comment accéder ce fichier, veuillez consulter notre page d'aide.


LIGNÉE

Ce régiment de la Force régulière vit le jour à Kingston, en Ontario, et à la ville de Québec, au Québec, le 1er décembre 1898, lorsque le « Royal Canadian Artillery (Field Division) » du « The Royal Canadian Artillery » fut autorisé.1 Il fut rebaptisé : « Royal Canadian Field Artillery » le 1er juin 1901;2 « Royal Canadian Horse Artillery » le 1er septembre 1905;3 « 71st Regiment (Royal Canadian Horse Artillery) » le 16 octobre 1946;4 « 1st Field Regiment, Royal Canadian Horse Artillery » le 7 juillet 1949;5 et « 1st Regiment, Royal Canadian Horse Artillery » le 18 juin 1951.6 Il fut rebaptisé : en français « 1er Régiment, Artillerie hippomobile royale canadienne » le 7 février 1955;7 en anglais « 1st Regiment, Royal Canadian Horse Artillery » le 17 février 1964;8 et, en français « 1er Régiment, Royal Canadian Horse Artillery » le 12 janvier 1978.9

Site du Quartier général

Shilo, Manitoba

Affectation des batteries

Batterie « A », RCHA
Batterie « B », RCHA
Batterie « C », RCHA

ALLIANCE

Armée britannique

« 1st Regiment, Royal Horse Artillery »

HISTORIQUE OPÉRATIONNEL

Rébellion du Nord-Ouest

Lors de la Rébellion du Nord-Ouest, le service des Batteries « A » et « B » du Régiment remonte à une période précédent la formation de la « Royal Canadian Horse Artillery ». Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter la charte de la branche.

Guerre d'Afrique du Sud

La « The Royal Canadian Artillery (Field Division) » mobilisa la « Brigade Division, Royal Canadian Artillery » pour le service actif le 20 décembre 1899.10 La Brigade s'embarqua pour l'Afrique le 21 février 1900,11 où ses batteries fournirent un appui d'artillerie de campagne aux forces impériales dans l'est du Transvaal, au nord de Cape Colony, à l'ouest de Griqualand et pour le « Rhodesian Field Force ».12 Cette brigade active fut dissoute le 21 janvier 1901.13

Première Guerre mondiale

La « The Royal Canadian Horse Artillery » fut placée en service actif le 6 août 1914, afin d'entreprendre des fonctions d'instruction et d'administration de camp.14 Le 26 août 1914, elle mobilisa la « Royal Canadian Horse Artillery Brigade, CEF »,15 qui embarqua pour la Grande-Bretagne le 30 septembre 1914.16 La brigade débarqua en France le 20 juillet 1915,17 où elle fournit un appui d'artillerie mobile de campagne en tant que composante de la « Canadian Cavalry Brigade, CEF » en France et dans les Flandres jusqu'à la fin de la guerre.18 La brigade fut dissoute le 23 octobre 1920.19

Seconde Guerre mondiale

La « The Royal Canadian Horse Artillery » fut mobilisée pour le service actif, le 1er septembre 1939, sous l'appellation de « 1st Field Brigade, RCA, CASF ».20 Elle fut rebaptisée « 1st Field Regiment, RCA, CASF » le 21 décembre 1939.21 Le régiment embarqua pour la Grande-Bretagne en décembre 1939 et, en juin 1940, il alla en France en tant que composante de la « Second British Expeditionary Force », atteignant un endroit à l'ouest de Le Mans avant qu'on lui ordonne de revenir.22 Il fut rebaptisé « 1st Field Regiment, RCHA, CASF » le 1er janvier 1941.23 Le régiment atteignit la Sicile en juillet 1943 et l'Italie en septembre 1943, fournissant un appui d'artillerie de campagne pour la 1re division d'infanterie canadienne. En mars 1945, le régiment alla dans le Nord-Ouest de l'Europe avec le 1er Corps canadien, où il servit jusqu'à la fin de la guerre.24 Le régiment outre-mer fut dissous le 25 août 1945.25

Le 1er juin 1945, une seconde composante de la Force Active du régiment fut mobilisée, sous l'appellation de « 1st Canadian Field Artillery Battalion, RCA, CASF », pour servir dans le théâtre de guerre du Pacifique.26 Il fut rebaptisé : « 2nd/1st Field Regiment, RCHA, CASF » le 1er septembre 1945;27 et « 71st Regiment, RCHA, CASF » le 1er mars 1946.28 Le 27 juin 1946, il fut incorporé au sein de la Force permanente.29

Opérations des Nations Unies - Corée

Le régiment servit dans le théâtre d'opération de mai 1952 à avril 1953 en tant que composante du 25e groupe-brigade d'infanterie canadienne, 1re division du Commonwealth.30


1. MGO 111/98. Formed from two independent Permanent Force batteries, 'A' and 'B' Batteries, of garrison artillery [authorized 20 October 1871] and a third newly authorized, but not formed, 'C' Battery / Formé de deux batteries indépendantes de la force permanente, batteries « A » et « B », de l'artillerie de garnison (autorisées le 20 octobre 1871) et d'une troisième, batterie « C », nouvellement autorisée mais non formée.

2. GO 71/01.

3. GO 200/05.

4. GO 259/46.

5. CAO 76-2, Supp Issue No. 136/49.

6. CAO 76-2, Pt 'B', Supp Issue No. 251/51.

7. CAO 220-3, 7 février 1955.

8. CAO 220-3, 17 février 1964.

9. CFOO 12.3.2, 12 Jan 78 / OOFC 12.3.2, 12 jan 78.

10. MO No. 265/99. The batteries of the brigade were designated 'C', 'D', and 'E' Batteries, Royal Canadian Artillery. On 16 January 1900, due to a shortage of personnel, 'A' and 'B' Batteries were temporarily amalgamated under the designation 'A Battery, Field Division, Royal Canadian Artillery' (MO No. 12/1900) / Les batteries de la brigade furent baptisées « C, D et E Batteries, Royal Canadian Artillery ». Le 16 janvier 1900, en raison d'une pénurie de personnel, les batteries « A » et « B » furent temporairement fusionnées sous l'appellation de « A Battery, Field Division, Royal Canadian Artillery » (MO No. 12/1900).

11. MO No. 290/1900.

12. Kardex 500.009 (D79), South Africa, Actions, Medals, etc.

13. GO 21/01.

14. GO 142/14. The RCHA was called out to provide utilitarian services at Camp Valcartier. Initially, it was not part of the Expeditionary Force, though many of its personnel joined CEF units / La RCHA fut appelée à fournir des services utilitaires au Camp Valcartier. Initialement, elle ne faisait pas partie du Corps expéditionnaire canadien, bien que plusieurs membres de son personnel se joignèrent aux unités du CEC.

15. G.W.L. Nicholson, The Gunners of Canada. The History of the Royal Regiment of Canadian Artillery, vol. 1 (Toronto, 1967), p.198.

16. Colonel A. Fortescue Duguid, Official History of the Canadian Forces in The Great War 1914-1919, General Series Vol. 1, August 1914-September 1915, Appendix 132 (Ottawa, 1938), p.113.

17. War Diary, Royal Canadian Horse Artillery, 20 July 1915/20 juillet 1915, NAC/AN, RG/GE 9, Series 111-D-3, Vol. 4972, File/dossier 556-557.

18. G.W.L. Nicholson, The Gunners of Canada. The History of the Royal Regiment of Canadian Artillery, vol. 1 (Toronto, 1967), passim; Colonel A. Fortescue Duguid, Official History of the Canadian Forces in The Great War 1914-1919, General Series Vol. 1, August 1914-September 1915 (Ottawa, 1938), p. 535.

19. GO 191/20.

20. GO 135/39.

21. GO 44/40.

22. G.W.L. Nicholson, The Gunners of Canada. The History of the Royal Regiment of Canadian Artillery, vol. 2 (Toronto, 1972), passim.

23. GO 45/41.

24. G.W.L. Nicholson, The Gunners of Canada. The History of the Royal Regiment of Canadian Artillery, vol. 2 (Toronto, 1972), passim.

25. GO 401/45.

26. GO 241/45.

27. GO 345/45.

28. GO 138/46.

29. GO 158/46. Officially, the Royal Canadian Horse Artillery still existed in the Permanent Force, thus necessitating its redesignation four months later (see footnote 4, above) / Officiellement, le « Royal Canadian Horse Artillery » existait toujours dans la Force permanente, nécessitant ainsi qu'elle soit rebaptisé quatre mois plus tard (voir la note en bas de page 4, ci-dessus).

30. Herbert Fairlie Wood, Strange Battleground. The Operations in Korea and their Effects on the Defence Policy of Canada (Ottawa, 1966), p. 273.

Avis sur les notes en bas de page : Le texte contenu dans cette page est fourni tel qu’il figure dans le document d’origine (voir le lien PDF indiqué ci-dessus) et il ne peut être modifié. Comme certaines notes font référence à des annotations qui n’existent que dans une seule des deux langues officielles, il se peut que les numéros ne correspondent pas dans le contenu que vous visionnez. Aux fins de clarification, nous vous invitons à vérifier la note en bas de page correspondante dans la page en anglais.