Tome 3, Partie 1 : Régiments blindés, artilleries et génies en campagne - Régiments et escadrons du génie

6E ESCADRON DE GÉNIE

Le document qui suit peut être visualisé ou téléchargé :

Pour plus d'information sur comment accéder ce fichier, veuillez consulter notre page d'aide.


LIGNÉE

Cet escadron de la Force de réserve vit le jour le 1er février 1911. Il regroupe les escadrons du génie suivants.

Le 6e Escadron de génie vit le jour à North Vancouver, en Colombie-Britannique, le 1er février 1911, lorsque la « 6th Field Company, CE » fut autorisée.1 Elle fut rebaptisée : « 6th Field Company, RCE » le 29 avril 1936;2 « 6th (Reserve) Field Company, RCE » le 7 novembre 1940;3 « 6th Field Company, RCE » le 31 décembre 1945;4 et « 6th Field Squadron, RCE » le 19 juin 1947.5 Le 31 décembre 1954, il se fusionna avec le « 54th Field Park Squadron, RCE » (voir ci-dessous) sous la même désignation.6 Il fut rebaptisé : « 6th Field Engineer Squadron (M) » le 21 mai 1975.7 Il fut rebaptisé en français : « 6e Escadron de génie (M) » le 3 mai 1979;8 et « 6e Escadron de génie » le 19 décembre 1991.9

Note:
La « 6th Field Company, CE » fit partie de l'ordre de bataille de la Réserve à compter du 15 juin 1920 (GO 89/20 et GO 128/30). L'unité de réserve fut dissoute le 14 décembre 1936 (GO 3/37).

Le « 54th Field Park Squadron, RCE » vit le jour à Vancouver, en Colombie-Britannique, le 5 juin 1947, lorsque le « 54th Field Park Squadron, RCE » fut autorisé.10 Le 31 décembre 1954, il se fusionna avec le « 6th Field Squadron », tel que décrit au paragraphe précédent.

Site du Quartier général

Vancouver, Colombie-Britannique

HISTORIQUE OPÉRATIONNEL

Première Guerre mondiale

La « 6th Field Company » fut mobilisée pour le service actif le 6 août 1914, fournissant des services locaux de protection et de génie.11

Seconde Guerre mondiale

Des détachements de la « 6th Field Company » furent mobilisés pour le service actif au Canada du 26 août 1939 au 31 décembre 1940, fournissant des services locaux de protection et de génie.12

La « 6th Field Company » mobilisa la « 6th Field Company, RCE, CASF » pour le service actif le 24 mai 1940.13 Elle s'embarque pour la Grande-Bretagne en juin 1941. La compagnie participa aux débarquements en Normandie, en juin 1944, en tant qu'élément de la 3e division d'infanterie canadienne.14 La compagnie outre-mer fut dissoute le 31 décembre 1945.15

Le 1er juin 1945, une « 2nd/6th Field Company, RCE, CAOF » fut mise sur pied en Allemagne afin d'offrir des services de génie à la force d'occupation alliée.16 La compagnie fut dissoute le 29 avril 1946.17

Haut de la page


1. GO 18/11.

2. GO 75/36.

3. GO 42/41; GO 213/43; and/et GO 439/44.

4. GO 400/45.

5. CAO 76-3, Issue No. 43/47.

6. CAO 76-3, Part 'B' Supp Issue No. 412/54; and/et CAO 76-3, Part 'B' Supp Issue No. 458/55.

7. DGOM Memorandum to C Prog, 1901-1774 TD 5115 (DGOM), 14 May 75; NDHQ Message DOE 255, 16 Jun 75; and/et CFOO 3.310, 20 Nov 75 / OOFC 3.310, 20 nov 75.

8. CFOO 3.310, 3 May 79 / OOFC 3.310 3 mai 79.

9. MOO 96/91, 19 Dec 91 / DMO 96/91, 19 déc 91.

10. CAO 110-3, Issue No. 43/47.

11. GO 130/14; and/et Colonel A.J. Kerry and Major W.A. McDill, The History of the Corps Of Royal Canadian Engineers, Volume 1 (1749-1939), (Ottawa: The Military Engineers Association of Canada, 1962), pp. 65 and 66.

12. GO 124/39; GO 134/39; GO 44/41; and/et Colonel A.J. Kerry and Major W.A. McDill, The History of the Corps Of Royal Canadian Engineers, Volume 2 (1936-1945), (Ottawa: The Military Engineers Association of Canada, 1966), pp. 15 and 16.

13. GO 184/40; and/et GO 50/41.

14. Colonel A.J. Kerry and Major W.A. McDill, The History of the Corps Of Royal Canadian Engineers, Volume 2 (1936-1945), (Ottawa: The Military Engineers Association of Canada, 1966), pp. 51 and 264.

15. GO 111/46.

16. GO 319/45.

17. GO 201/46.

Avis sur les notes en bas de page : Le texte contenu dans cette page est fourni tel qu’il figure dans le document d’origine (voir le lien PDF indiqué ci-dessus) et il ne peut être modifié. Comme certaines notes font référence à des annotations qui n’existent que dans une seule des deux langues officielles, il se peut que les numéros ne correspondent pas dans le contenu que vous visionnez. Aux fins de clarification, nous vous invitons à vérifier la note en bas de page correspondante dans la page en anglais.