Tome 3, Partie 2 : Régiments d'infanterie

THE BLACK WATCH (ROYAL HIGHLAND REGIMENT) OF CANADA

Insigne de The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada

Le document qui suit peut être visualisé ou téléchargé :

Pour plus d'information sur comment accéder ce fichier, veuillez consulter notre page d'aide.


Colonel-en-chef : Son Altesse Royale le Prince Charles Prince de Galles KG KT GCB OM AK QSO GCL SOM CD ADC

INSIGNE

Description

D'azur à la figure de saint André au naturel posée de front debout sur une terrasse de sinople, tenant sa croix d'argent, le tout enclos dans un anneau d'azur liséré d'or, inscrit NEMO ME IMPUNE LACESSIT en lettres du même, sommé de la couronne royale et environné d'une guirlande de chardon, le tout au naturel accompagné en chef d'un listel inscrit THE BLACK WATCH et en pointe de deux listels d'or inscrits ROYAL HIGHLAND REGIMENT et OF CANADA en lettres sable, le tout sur la croix diamantée de l'Ordre du Chardon d'argent.

Symbolisme

La couronne représente le service au souverain. L'insigne du régiment est conçu d'après celui du Black Watch (Royal Highland Regiment), ancien régiment allié britannique - désormais The Royal Regiment of Scotland, issue d'une fusion - dont l'insigne était basé sur l'Ordre très ancien et très noble du Chardon, l'ordre de chevalerie le plus élevé en Écosse. L'étoile diamantée, les chardons (emblème floral de l'Écosse) et la représentation de saint André (patron de l'Ordre et de l'Écosse) avec la croix figurent sur l'insigne de l'Ordre. Les banderoles portant les inscriptions « THE BLACK WATCH », « ROYAL HIGHLAND REGIMENT » et « OF CANADA » sont une variante du nom du régiment, et « NEMO ME IMPUNE LACESSIT » est la devise du régiment et de l'Ordre du Chardon.

Haut de la page

DEVISE

NEMO ME IMPUNE LACESSIT (Personne ne m'offensera impunément)

MARCHES

Marche au pas cadencé

« The Highland Laddie »

Marche lente

« The Red Hackle »

ALLIANCE

Armée britannique

The Royal Regiment of Scotland

Haut de la page

HONNEURS DE BATAILLE

Guerre de 1812

DÉFENSE DU CANADA – 1812-1815 – DEFENCE OF CANADA; CHÂTEAUGUAY

Guerre d'Afrique du Sud

AFRIQUE DU SUD, 1899-1900.

Première Guerre mondiale

YPRES, 1915, '17; Gravenstafel; Saint-Julien; FESTUBERT, 1915; MONT SORREL; SOMME, 1916; Pozières; Flers-Courcelette; Thiepval; Crête d'Ancre; Ancre, 1916; ARRAS, 1917, '18; Vimy, 1917; Arleux; Scarpe, 1917, '18; CÔTE 70; Passchendaele; AMIENS; Drocourt-Quéant; LIGNE HINDENBURG; Canal du Nord; POURSUITE VERS MONS; FRANCE ET FLANDRES, 1915-18.

Seconde Guerre mondiale

CRÊTE DE BOURGUÉBUS; Faubourg de Vaucelles; Crête de Verrières-Tilly-la-Campagne; FALAISE; Clair Tizon; Forêt de la Londe; Dunkerque, 1944; Canal d'Anvers-Turnhout; L'ESCAUT; Woensdrecht; Beveland-Sud; Chaussée de Walcheren; LA RHÉNANIE; La Hochwald; Xanten; LE RHIN; Groningue; Oldenburg; NORD-OUEST DE L'EUROPE, 1944-1945.

LIGNÉE

Ce régiment de la Force de réserve vit le jour le 31 janvier 1862 et regroupe le régiment et bataillons suivants.

Le « The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada » vit le jour à Montréal, au Québec, le 31 janvier 1862, lorsque le « 5th Battalion Volunteer Militia Rifles, Canada » fut autorisé.1 Il fut rebaptisé : « 5th Battalion, "The Royal Light Infantry of Montreal" » le 7 novembre 1862;2 « 5th Battalion, "Royal Fusiliers" » le 19 novembre 1875;3 « 5th Battalion, "Royal Scots Fusiliers" » le 27 février 1880;4 « 5th Battalion, "Royal Scots of Canada" » le 29 février 1884;5 « 5th Regiment "Royal Scots of Canada" » le 8 mai 1900;6 « 5th Regiment "Royal Scots of Canada, Highlanders" » le 2 mai 1904;7 « 5th Regiment "Royal Highlanders of Canada" » le 1er octobre 1906;8 « The Royal Highlanders of Canada » le 29 mars 1920;9 « The Black Watch (Royal Highlanders) of Canada » le 1er janvier 1930;10 et « The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada » le 1er juillet 1935.11 Le 16 octobre 1953, il se fusionna avec le « 1st Canadian Highland Battalion » et le « 2nd Canadian Highland Battalion » (voir ci- dessous), conservant la même désignation.12

Notes:

Le « 5th Battalion, "The Royal Light Infantry of Canada" » fut dissous en vue de la réorganisation du 2 juin 1871 (MGO 14/71). Il fut réorganisé le 12 avril 1872 (MGO 18/71 et MGO 9/72). Il s'agit de changements administratifs qui n'influent pas sur la lignée du régiment.

Le 1er août 1906, le régiment fut organisé en tant que régiment à deux bataillons avec le 1er et le 2e bataillons faisaient partie de l'ordre de bataille de la Milice active non permanente (GO 125/06).

Lorsqu'il fut rebaptisé le « The Royal Highlanders of Canada », le 12 mars 1920 (voir ci-dessus), il fut organisé en tant que régiment à quatre bataillons. Le 1er Bataillon (13th Battalion, CEF) et le 2e Bataillon (42nd Battalion, CEF) faisaient partie de l'ordre de bataille de la Milice active non permanente tandis que le 3e Bataillon (73rd Battalion, CEF) et le 4e Bataillon (aucune désignation CEF) faisaient partie de l'ordre de bataille de la Réserve. Les unités de réserve furent dissoutes le 14 décembre 1936 (GO 3/37).

Le « The Royal Highlanders of Canada » fut dissous en vue de la réorganisation du 1er octobre 1920 et réorganisé la même journée (GO 232/20). Il s'agit de changements administratifs qui n'influent pas sur la lignée du régiment.

Le 1er septembre 1939, lorsque le « 1st Battalion, The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada, CASF » fut mobilisé (voir l'historique opérationnel ci-dessous) le bataillon de la Milice active non permanente existait toujours, même si ce n'était que sur papier. Ainsi, le 7 novembre 1940, le « 1st Battalion » et le « 2nd Battalion » furent re-baptisés le « 2nd (Reserve) Battalion » et le « 3rd (Reserve) Battalion ». Le 18 mars 1942, lorsqu'un deuxième bataillon fut mobilisé pour le service actif, ils devinrent respectivement le « 3rd (Reserve) Battalion » et le « 4th (Reserve) Battalion » (GO 273/40 et GO 42/41).

Le 15 août 1943, lorsque le 2e bataillon de l'armée active du Canada fut dissous, le « 4th (Reserve) Battalion » fut rebaptisé « 2nd (Reserve) Battalion » (GO 469/43).

Le 30 novembre 1945, lorsque le bataillon de l'armée active du Canada fut dissous, le « 3rd (Reserve) Battalion fut rebaptisé le « 1st Battalion » (GO 400/45 et GO 85/46). Le 31 mars 1946, le « 2nd (Reserve) Battalion » et le quartier général du régiment furent dissous et le « 1st (Reserve) Battalion » a automatiquement renoncé à sa désignation numérique (GO 113/46).

Le 4 mai 1951, le régiment mobilisa deux compagnies temporaires pour la Force active, baptisées « E » et « F » (CAO 110-2, Pt 'B', Supp Issue No. 245/51 et SD 1 Letter No. 4237, 5 mai 1951). La compagnie « E » fut réduite à des effectifs nuls lorsque son personnel passa au «1st Canadian Highland Battalion » pour le service en Allemagne avec l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (SD 1 Letter No. 4365, 12 novembre 1951). Elle fut dissoute le 29 juillet 1953 (CAO 78-2, Pt 'B', Supp Issue No. 352/53). Initialement, la compagnie « F » servit comme réservoir de renforts pour la compagnie « E ». Le 15 mai 1952, elle fut réduite à des effectifs nuls, lorsque son personnel passa au « 2nd Canadian Highland Battalion » pour le service en Corée avec les Nations Unies (SD 1 Letter No. 4452, 22 avril 1952 et CAO 110-2, Pt 'B', Supp Issue No. 283/52). La compagnie « F » fut dissoute le 29 juillet 1953 (CAO 78-2, Pt 'B', Supp Issue No. 352/53).

Le 16 octobre 1953, l'unité de la Force de la réserve fut rebaptisé le « 3rd Battalion » (CAO 76-3, Pt 'B', Supp Issue No. 358/53).

Le 1er juillet 1970, lorsque les 1er et 2e bataillons furent réduit à des effectifs nuls et transférés à l'Ordre de bataille supplémentaire, le bataillon de la Force de réserve a automatiquement renoncé à sa désignation numérique (Message, CANFORCEHED DO 32, 011845Z APR 70, Collection de documents 73/1223, séries 2, fiche 1050, boite 55).

Le « 1st Canadian Highland Battalion » vit le jour à Valcartier, au Québec, le 4 mai 1951, lorsque le « 1st Canadian Highland Battalion » fut autorisé dans la Force active.13 Le 16 octobre 1953, il fut rebaptisé le « 1st Battalion, The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada », tel que décrit au paragraphe précédent.

Le « 1st Canadian Highland Battalion » vit le jour à Aldershot, en Nouvelle-Écosse, le 10 avril 1952, lorsque le « 2nd Canadian Highland Battalion » fut autorisé dans la Force active.14 Le 16 octobre 1953, il fut rebaptisé le « 2nd Battalion, The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada », tel que décrit au paragraphe précédent.

Perpétuations

« 5e Bataillon de la Milice d’élite incorporée », « 13th », « 42nd » et « 73rd "Overseas" Battalion(s), CEF »

Site du Quartier général

Montréal, Québec

Haut de la page

HISTORIQUE OPERATIONNEL

Raids des Fenians

Le « 5th Battalion, "The Royal Light Infantry of Canada" » fut mobilisé le 8 mars 1866. Ayant servit sur la frontière du sud-est, le bataillon fut retiré du service actif le 31 mars 1866.15

Le bataillon fut mobilisé le 24 mai 1870. Ayant servit sur la frontière du sud-est, le bataillon fut retiré du service actif le 31 mai 1870.16

Guerre d'Afrique du Sud

Le régiment fournit des volontaires aux contingents canadiens, en particulier au « 2nd (Special Service) Battalion, Royal Canadian Regiment of Infantry ».17

Première Guerre mondiale

Des détachements du régiment furent mobilisés pour le service actif le 6 août 1914, pour fournir des services locaux de protection.18

Le « 13th Battalion », autorisé le 1er septembre 1914 sous l'appellation de « 13th Battalion, CEF »,19 s'embarqua pour la Grande-Bretagne le 26 septembre 1914.20 Il débarqua en France le 16 février 1915, où il combattit en tant que composante de la 3e brigade d'infanterie, de la 1re division canadienne en France et dans les Flandres jusqu'à la fin de la guerre.21 Le bataillon fut dissous le 15 septembre 1920.22

Le « 42nd Battalion », autorisé le 7 novembre 1914 sous l'appellation de « 42nd Battalion, CEF »,23 s'embarqua pour la Grande-Bretagne le 10 juin 1915.24 Il débarqua en France le 9 octobre 1915, où il combattit en tant que composante de la 7e brigade d'infanterie, de la 3e division canadienne en France et dans les Flandres jusqu'à la fin de la guerre.25 Le bataillon fut dissous le 15 septembre 1920.26

Le « 73rd Battalion », autorisé le 10 juillet 1915 sous l'appellation de « 73rd "Overseas" Battalion, CEF »,27 s'embarqua pour la Grande-Bretagne le 31 mars 1916.28 Il débarqua en France le 13 août 1916, où il combattit en tant que composante de la 12e brigade d'infanterie, de la 4e division canadienne jusqu'au 9 avril 1917, lorsqu'il fut retiré de la ligne de front après Vimy puis démantelé afin fournir des renforts.29 Le bataillon fut dissous le 19 avril 1917.30

Seconde Guerre mondiale

Le 2e bataillon fut mobilisé pour le service actif le 26 août 1939 et des détachements du bataillon furent mis en service actif le 1er septembre 1939, sous l'appellation de « 2nd Battalion, The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada, CASF (Details) », fournissant des services locaux de protection.31 Les détachements mobilisés pour le service actif furent dissous le 31 décembre 1940.32 Le régiment mobilisa le « 1st Battalion, The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada, CASF » pour le service actif le 1er septembre 1939.33 Cette unité, servit à Terre-Neuve du 22 juin au 11 août 1940 et s'embarqua pour la Grande-Bretagne le 25 août 1940.34 Le 6 juillet 1944, le bataillon débarqua en France, en tant qu'élément de la 5e brigade d'infanterie, de la 2e division d'infanterie canadienne, et combattit dans le Nord-Ouest de l'Europe jusqu'à la fin de la guerre.35 Le bataillon outre-mer fut dissous le 30 novembre 1945.36

Note :

Trois pelotons ont prirent part au raid de Dieppe le 19 août 1942.

Subséquemment, le régiment mobilisa le « 2nd Battalion, The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada, CASF » pour le service actif le 18 mars 1942.37 Il servit au Canada dans un rôle de défense territoriale, en tant que composante de la Région de l'Atlantique.38 Le bataillon fut dissous le 15 août 1943.39

Haut de la page

DRAPEAU CONSACRÉ

The Black Watch Royal Highland Regiment of Canada

DRAPEAU DE CAMP

The Black Watch Royal Highland Regiment of Canada


1. MGO 31 Jan 62. Formed from six rifle companies authorized on 22 January 1862 / Formé de six compagnies de voltigeurs autorisées le 22 janvier 1862.

2. MGO 7 Nov 62.

3. MGO 31/75 as amended by/tel qu'amendé par MGO 1/76.

4. MGO 4/80.

5. MGO 6/84.

6. MO 105/1900.

7. GO 71/04.

8. GO 147/06. GO 6/10 of 3 January 1910 provides His Majesty's approval for the use of the title "Royal".

9. MO 95/20.

10. GO 3/30.

11. GO 93/35.

12. CAO 76-2, Pt 'B', Supp Issue No 358/53.

13. CAO 110-2, Pt 'B', Supp Issue No 245/51; and/et John Marteinson, We Stand on Guard, (Montreal, 1992), pp. 372-382. Formed for service in Germany with the North Atlantic Treaty Organization from the personnel of five Active Force highland companies, all designated '"E" Company', raised by The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada, The North Nova Scotia Highlanders, 48th Highlanders of Canada,The Seaforth Highlanders of Canada and The Canadian Scottish Regiment (Princess Mary's) / Formé pour le service en Allemagne avec l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord à partir du personnel de cinq compagnies highland de la Force active, toutes désignées compagnie « E », levées par le « The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada », « The North Nova Scotia Highlanders », « 48th Highlanders of Canada », « The Seaforth Highlanders of Canada » et « The Canadian Scottish Regiment (Princess Mary's) ».

14. CAO 110-2, Pt 'B', Supp Issue No 283/52; SD 1 Letter No. 4452, 22 April 1952; and/et John Marteinson, We Stand on Guard, (Montreal, 1992), pp. 372-382. Formed for service in the Republic of Korea with the United Nations from the personnel of five Active Force highland companies, all designated '"F" Company', raised by The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada, The North Nova Scotia Highlanders, 48th Highlanders of Canada, The Seaforth Highlanders of Canada and The Canadian Scottish Regiment (Princess Mary's) / Formé pour le service en la République de Corée avec les Nations Unies à partir du personnel de cinq compagnies highland de la Force active, toutes désignées compagnie « F », levées par le « The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada », « The North Nova Scotia Highlanders », « 48th Highlanders of Canada », « The Seaforth Highlanders of Canada » et « The Canadian Scottish Regiment (Princess Mary's) ».

15. MGO 8 March 1866; and/et MGO 28 March 1866.

16. Adjutant General of the Militia Annual Report reprinted in Report of the State of the Militia of the Dominion of Canada for the Year 1870

(Ottawa, 1871), p. 77.

17. GO 60/33.

18. GO 142/14.

19. Valcartier Camp Order No. 215; and/et Valcartier Camp Order No. 241 - "Organization Expeditionary Force", 3 September 1914/3 septembre 1914, reprinted in/imprimé à nouveau dans le Colonel A.F. Duguid, Official History of the Canadian Forces in the Great War, 1914-1919, vol. 1 - Appendices (Ottawa, 1938), pp. 54-55.

20. R.C. Fetherstonhaugh, The 13th Battalion Royal Highlanders of Canada 1914-1919, (Montreal, 1925) pp. 13-16.

21. War Diary/Journaux de guerre, 13th Canadian Infantry Battalion, LAC/BAC, RG 9/GE 9, Series III-D-3, Vol. 4921, File/dossier 382.

22. GO 149/20.

23. GO 86/15.

24. CEF Sailing List, vol. III.

25. War Diary/Journaux de guerre, 42nd Canadian Infantry Battalion, LAC/BAC, RG/GE 9, Series III-D-3, Vol. 4938, File/dossier 433.

26. GO 149/20.

27. GO 103a/15.

28. CEF Sailing List, vol. IV.

29. War Diary/Journaux de guerre, 73rd Canadian Infantry Battalion, LAC/BAC, RG/GE 9, Series III-D-3, Vol. 4943, File/dossier 451. The majority

of the soldiers were sent to the 13th and 42nd Battalions / La plupart furent envoyés aux « 13th Battalion » et « 42nd Battalion ».

30. War Diary/Journaux de guerre, 12th Canadian Infantry Brigade, LAC/BAC, RG/GE 9, Series III-D-3, Vol. 4907, File/dossier 326.

31. GO 124/39; and/et GO 135/39.

32. GO 44/41.

33. GO 135/39.

34. Colonel Paul P. Hutchison, Canada's Black Watch, (Montreal, 1962), pp. 189-191.

35. Ibid, passim.

36. GO 85/46.

37. GO 147/42.

38. Colonel C.P. Stacey, Official History of the Canadian Army in the Second World War, Volume 1, Six Years of War (Ottawa, 1955), p. 536.

39. GO 438/43.

Avis sur les notes en bas de page : Le texte contenu dans cette page est fourni tel qu’il figure dans le document d’origine et il ne peut être modifié. Comme certaines notes font référence à des annotations qui n’existent que dans une seule des deux langues officielles, il se peut que les numéros ne correspondent pas dans le contenu que vous visionnez. Aux fins de clarification, nous vous invitons à vérifier la note en bas de page correspondante dans la page en anglais.