Tome 3, Partie 2 : Régiments d'infanterie

THE CANADIAN GRENADIER GUARDS

Insigne de The Canadian Grenadier Guards

Le document qui suit peut être visualisé ou téléchargé :

Pour plus d'information sur comment accéder ce fichier, veuillez consulter notre page d'aide.


Colonel-en-chef : Sa Majesté la Reine

INSIGNE

Description

Une grenade allumée de dix-sept flammes chargée de deux monogrammes composés des lettres ER affrontés, sommés de la couronne royale et soutenus du mot CANADA, le tout d'or.

Symbolisme

La couronne et le monogramme, qui représentent le service au Souverain ou à la Souveraine, changent périodiquement étant donné qu'ils sont associés à un monarque donné. La grenade, ainsi appelée pour sa ressemblance avec le fruit du même nom, était une petite bombe faite d'une sphère en fer remplie d'explosifs et détonnée à l'aide d'une simple mèche. Cette invention a mené à la création d'un type de soldat d'infanterie, le grenadier, qui était entraîné et muni du matériel nécessaire pour lancer des grenades.

Haut de la page

DEVISE

NULLI SECUNDUS (Toujours premier, jamais deuxième)

MARCHES

Marche au pas cadencé

« British Grenadiers »

Marche lente

« Grenadiers Slow March » (jouée également au pas cadencé à l'arrivée au camp ou à la caserne)

ALLIANCE

Armée britannique

Grenadier Guards

HONNEURS DE BATAILLE

Guerre de 1812

DÉFENSE DU CANADA – 1812-1815 – DEFENCE OF CANADA; CHÂTEAUGUAY

Distinction honorifique

Distinction honorifique non blasonnable DÉFENSE DU CANADA – 1812-1815 – DEFENCE OF CANADA

Guerre d'Afrique du Sud

AFRIQUE DU SUD, 1899-1900.

Première Guerre mondiale

YPRES, 1915, '17; FESTUBERT, 1915; MONT-SORREL; SOMME, 1916; Crête d'Ancre; Ancre, 1916; ARRAS, 1917, '18; Vimy, 1917; CÔTE 70; Passchendaele; AMIENS; Scarpe, 1918; Drocourt-Quéant; LIGNE HINDENBURG; Canal du Nord; VALENCIENNES; SAMBRE; FRANCE ET FLANDRES, 1915-18.

Seconde Guerre mondiale

FALAISE; Route de Falaise; La Laison; Chambois; L'ESCAUT; La Basse-Meuse; LA RHÉNANIE; La Hochwald; Veen; Canal Twente; Bad Zwischenahn; NORD-OUEST DE L'EUROPE, 1944-1945.

LIGNÉE

Ce régiment de la Force de réserve vit le jour le 17 novembre 1859 et regroupe les régiments suivants.

Le « The Canadian Grenadier Guards » vit le jour à Montréal, au Québec, le 17 novembre 1859, lorsque le « First Battalion Volunteer Militia Rifles of Canada » fut autorisé.1 Il fut rebaptisé « The First (or Prince of Wales's) Regiment of Volunteer Rifles of Canadian Militia » le 7 septembre 1860.2 Le 2 mai 1898, il se fusionna avec le « 6th Battalion "Fusiliers" » (voir ci-dessous) et fut rebaptisé « 1st Battalion "Prince of Wales' Regiment Fusiliers" ».3 Il fut rebaptisé : « 1st Regiment "Prince of Wales' Fusiliers" » le 8 mai 1900;4 « 1st Regiment Canadian Grenadier Guards » le 29 décembre 1911;5 « The Canadian Grenadier Guards » le 29 mars 1920;6 « 2nd (Reserve) Battalion, The Canadian Grenadier Guards » le 7 novembre 1941;7 « Canadian Grenadier Guards » le 15 février 1946;8 « The Canadian Grenadier Guards (6th Battalion, The Canadian Guards) » le 1er septembre 1954;9 et « The Canadian Grenadier Guards » le 1er août 1976.10

Notes :
Le « 1st Regiment "Prince of Wales" Fusiliers fut dissous en vue de la réorganisation du 1er février 1911 (GO 18/11) et réorganisé le 29 décembre 1911 (GO 39/12). Il s'agit de changements administratifs qui n'influent pas sur la lignée du régiment.

Lorsqu'il fut rebaptisé le « The Canadian Grenadier Guards », le 29 mars 1920 (voir ci-dessus), il fut organisé en tant que régiment à deux bataillons. Le 1er Bataillon (87th Battalion, CEF) faisait partie de l'ordre de bataille de la Milice active non permanente tandis que le 2e Bataillon (245th Battalion, CEF) faisait partie de l'ordre de bataille de la Réserve. L'unité de réserve fut dissoute le 14 décembre 1936 (GO 3/37).

Le « The Canadian Grenadier Guards » fut dissous en vue de la réorganisation du 15 septembre 1920 et réorganisé la même journée (GO 232/20). Il s'agit de changements administratifs qui n'influent pas sur la lignée du régiment.

Le « 6th Battalion "Fusiliers" » vit le jour à Montréal, au Québec, le 31 janvier 1862, lorsque le « 6th Battalion Volunteer Militia Rifles, Canada » fut autorisé.11 Il fut rebaptisé : « Sixth Battalion Volunteer Militia, Canada, or "Hochelaga Light Infantry" » le 5 juin 1863;12 « 6th Battalion "Hochelaga Fusiliers" » le 3 décembre 1875;13 et « 6th Battalion "Fusiliers" » le 28 janvier 1876.14 Le 2 mai 1898, il se fusionna avec « The First (or Prince of Wales's) Regiment of Volunteer Rifles of Canadian Militia », tel que décrit au paragraphe précédent.

Perpétuations

« 1er Bataillon d’infanterie légère de la Milice », « 2e Bataillon de la Milice d’élite incorporée », « Corps des Voyageurs canadiens », « Montreal Incorporated Volunteers », « Bataillon de la Milice de Montréal », « Provincial Commissariat Voyageurs », « 1st Battalion (City of Montréal) “British Militia” (1812-1815) », « 87th » et « 245th "Overseas" Battalion, CEF »

Site du Quartier général

Montréal, Québec

Haut de la page

HISTORIQUE OPÉRATIONNEL

Raids des Fenians

Le « The First Regiment of Volunteer Rifles of Canadian Militia » fut mobilisé le 8 mars 1866. Ayant servit sur la frontière du sud-est, le bataillon fut retiré du service actif le 31 mars 1866.15

Le « Sixth Battalion Volunteer Militia, Canada » fut mobilisé pour le service actif du 8 au 31 mars et du 1er au 22 juin 1866. Le bataillon servit sur la frontière du sud-est.16

Le « The First Regiment of Volunteer Rifles of Canadian Militia » fut mobilisé le 24 mai 1870. Ayant servit sur la frontière du sud-est, le bataillon fut retiré du service actif le 31 mai 1870.17

Le « Sixth Battalion Volunteer Militia, Canada » fut mobilisé le 24 mai 1870. Ayant servit sur la frontière du sud-est, le bataillon fut retiré du service actif le 31 mai 1870.18

Guerre d'Afrique du Sud

Le régiment fournit des volontaires aux contingents canadiens durant la Guerre d'Afrique du Sud.19

Première Guerre mondiale

Des détachements du régiment furent mobilisés pour le service actif le 6 août 1914, pour fournir des services locaux de protection.20

Le « 87th Battalion », autorisé le 22 décembre 1915 sous l'appellation de « 87th "Overseas" Battalion, CEF »,21 s'embarqua pour la Grande-Bretagne le 23 avril 1916.22 Il débarqua en France le 12 août 1916, où il combattit en tant que composante de la 11e brigade d'infanterie, de la 4e division canadienne en France et dans les Flandres jusqu'à la fin de la guerre.23 Le bataillon fut dissous le 30 août 1920.24

Le « 245th Battalion », autorisé le 15 juillet 1916 sous l'appellation de « 245th "Overseas" Battalion, CEF »,25 s'embarqua pour la Grande-Bretagne le 3 mai 1917.26 Il fut incorporé au sein du « 23rd Reserve Battalion, CEF » le 14 mai 1917, fournissant des renforts au Corps d'armée canadien en campagne.27 Le bataillon fut dissous le 17 juillet 1917.28

Seconde Guerre mondiale

Le régiment mobilisa le « The Canadian Grenadier Guards, CASF » pour le service actif le 24 mai 1940.29 Il fut rebaptisé « 1st Battalion, The Canadian Grenadier Guards, CASF » le 7 novembre 1940.30 Il fut converti en régiment blindé et fut rebaptisé : « 22nd Armoured Regiment (The Canadian Grenadier Guards), CAC, CASF » le 26 janvier 1942;31 et « 22nd Armoured Regiment (The Canadian Grenadier Guards), RCAC, CASF » le 2 août 1945.32 Il s'embarqua pour la Grande-Bretagne le 25 septembre 1942.33 Le 26 juillet 1944, il débarqua en France en tant qu'élément de la 4e brigade blindée, de la 4e division blindée canadienne, et combattit dans le Nord-Ouest de l'Europe jusqu'à la fin de la guerre.34 Le régiment outre-mer fut dissous le 15 février 1946.35

Le 1er juin 1945, une seconde composante de la Force Active du régiment fut mobilisée, sous l'appellation de « 22nd Canadian Tank Battalion (The Canadian Grenadier Guards), CAC, CASF », pour le service dans le théâtre de guerre du Pacifique.36 Il fut rebaptisé « 22nd Canadian Tank Battalion (The Canadian Grenadier Guards), RCAC, CASF » le 2 août 1945.37 Le bataillon fut dissous le 1er novembre 1945.38

Haut de la page

DRAPEAU CONSACRÉ RÉGIMENTAIRE

The Canadian Grenadier Guards

Note :
Chaque compagnie du régiment avait son propre insigne qui se portait en alternance au centre des drapeau consacré régimentaire.

DRAPEAU DE CAMP

The Canadian Grenadier Guards


1. MGO 17 Nov 59. Formed from nine independent rifle companies authorized on the following dates: 'No. 1 Company' (First Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 31 August 1855); 'No. 2 Company' (2d Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 27 September 1855);'No. 3 Company' (3rd Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 2 May 1856); 'No. 4 Company' (4th Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 2 May 1856); 'No. 5 Company' (The 5th Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 26 June 1856); 'No. 6 Company' (The 6th Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 17 July 1856); 'No. 7 Company' (The 7th Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 17 July 1856); 'No. 8 Company' (The 8th Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 30 October 1856); and 'No. 9 Company' (The 9th Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 2 April 1857) / Formé de neuf compagnies indépendantes de voltigeurs autorisées selon les dates suivantes : « No. 1 Company » (First Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 31 août 1855); « No. 2 Company » (2d Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 27 septembre 1855); « No. 3 Company » (3rd Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 2 mai 1856); « No. 4 Company » (4th Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 2 mai 1856); « No. 5 Company » (The 5th Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 26 juin 1856); « No. 6 Company » (The 6th Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 17 juillet 1856); « No. 7 Company » (The 7th Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 17 juillet 1856); « No. 8 Company » (The 8th Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 30 octobre 1856); et « No. 9 Company » (The 9th Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 2 avril 1857).

2. MGO 7 Sep 60.

3. MGO 42/98; and/et MGO 43/98.

4. MO 105/1900.

5. GO 39/12; GO 74/12; and/et GO 44/14. The designation '1st Regiment The Grenadier Guards of Canada', which was authorized in GO 74/12, was cancelled by GO 44/14 as it had been granted without the approval of His Majesty The King. GO 44/14 adverts to GO 39/12 approving the new title '1st Regiment Canadian Grenadier Guards' with effect from 29 December 1911 / La désignation « 1st Regiment The Grenadier Guards of Canada » qui fut autorisée par le GO 74/12, fut annulée par le GO 44/14 et fut attribué sans avoir reçu l'approbation de Sa Majesté le Roi. Le GO 44/14, qui fait référence au GO 39/12 approuve le nouveau titre de « 1st Regiment Canadian Grenadier Guards » entrant en vigueur partir de 29 décembre 1911.

6. MO 95/20.

7. GO 42/41.

8. GO 400/45; and/et GO 111/46.

9. CAO 76-3, Pt 'B', Supp Issue No 420/55.

10. Message, NDHQ DOE 342, 141700Z JUL 76.

11. MGO 31 Jan 62. Formed from four independent and two new rifle companies authorized on the following dates: 'No. 1 Company' (The 1st Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 10 January 1862); 'No. 2 Company' (Volunteer Militia Rifle Company of Montreal - Captain S. Filer, 17 January 1862); 'No. 3 Company' (Volunteer Militia Rifle Company of Montreal - Captain C. Bimmore, 17 January 1862); 'No. 4 Company' (Volunteer Militia Rifle Company - Captain J.H. Isaacson, 17 January 1862); and the newly authorized 'No. 5 Company' and 'No. 6 Company' / Formé de quatre compagnies indépendantes, et de deux nouvelles compagnies de voltigeurs, autorisées selon les dates suivantes : « No. 1 Company » (The 1st Volunteer Militia Rifle Company of Montreal, 10 janvier 1862); « No. 2 Company » (Volunteer Militia Rifle Company of Montreal - capitaine S. Filer, 17 janvier 1862); « No. 3 Company » (Volunteer Militia Rifle Company of Montreal - capitaine C. Bimmore, 17 janvier 1862); « No. 4 Company » (Volunteer Militia Rifle Company of Montreal - capitaine J.H. Isaacson, 17 janvier 1862); et les « No. 5 Company » et « No. 6 Company » nouvellement autorisées.

12. MGO 5 Jun 63.

13. MGO 32/75.

14. MGO 2/76.

15. MGO 8 Mar 66; MGO 28 Mar 66; and/et Report of the State of the Militia of the Province of Canada, (Ottawa, 1866), p. 37.

16. MGO 8 Mar 66; MGO 28 Mar 66; and/et MGO 22 June 66. All but the two companies stationed at Isle aux Noix were relieved from duty on 31 March / Toutes les compagnies cantonnées à l'Isle-aux-Noix, à la exception de deux, furent relevées de leur devoir le 31 mars.

17. Adjutant General of the Militia Annual Report reprinted in Report of the State of the Militia of the Dominion of Canada for the Year 1870 (Ottawa, 1871), p. 77.

18. Ibid.

19. GO 60/33.

20. GO 142/14.

21. GO 151/15.

22. CEF Sailing List, vol. V.

23. War Diary/Journaux de guerre, 87th Canadian Infantry Battalion, LAC/BAC RG 9/GE 9, Series III-D-3, Vol. 4944, File/dossier 455; and/et A. Fortescue Duguid, History of The Canadian Grenadier Guards, (Montreal, 1965), pp. 102-230.

24. GO 149/20.

25. GO 69/16.

26. CEF Sailing List, vol. XI.

27. Edwin Pye Papers, Summary of History of C.E.F. Units - 245th Battalion, Document Collection/Collection de documents 74/672, Series/séries IV, Box/boîte 13, Folder/chemise 245.

28. GO 82/18.

29. GO 184/40; and/et GO 50/41.

30. GO 42/41.

31. GO 132/42.

32. GO 275/45. The Canadian Armoured Corps was redesignated 'Royal Canadian Armoured Corps' on this date / Le « Canadian Armoured Corps » fut rebaptisé « Royal Canadian Armoured Corps » à cette date.

33. Document Collection/Collection de documents 92/252, (3-6-5) The Canadian Grenadier Guards, Box/boîte 35, Folder/chemise 3.

34. A. Fortescue Duguid, History of The Canadian Grenadier Guards, (Montreal, 1965), pp. 256-354.

35. GO 111/46.

36. GO 241/45. The Canadian units formed for the Pacific theatre of operations were organized and equipped the same as the American army / Les unités canadiennes du théâtre des opérations du Pacifique furent organisées et équipées de la même façon que l'Armée américaine.

Avis sur les notes en bas de page : Le texte contenu dans cette page est fourni tel qu’il figure dans le document d’origine et il ne peut être modifié. Comme certaines notes font référence à des annotations qui n’existent que dans une seule des deux langues officielles, il se peut que les numéros ne correspondent pas dans le contenu que vous visionnez. Aux fins de clarification, nous vous invitons à vérifier la note en bas de page correspondante dans la page en anglais.