Tome 3, Partie 2 : Régiments d'infanterie

LES FUSILIERS DE SHERBROOKE

Insigne des Fusiliers de Sherbrooke

Le document qui suit peut être visualisé ou téléchargé :

Pour plus d'information sur comment accéder ce fichier, veuillez consulter notre page d'aide.


INSIGNE

Description

De gueules à la grenade d'or chargée de la couronne royale au naturel, le tout entouré d'un anneau de gueules liséré d'or, inscrit LES FUSILIERS DE SHERBROOKE en lettres du même et sommé d'un castor couchant au naturel, le tout brochant sur une feuille d'érable d'or soutenue d'un du même inscrit de la devise.

Symbolisme

La feuille d'érable et le castor représentent le service au Canada et la couronne, le service au Souverain. La grenade rappelle le rôle original des fusiliers, soldats spécifiquement équipés pour escorter les trains d'artillerie. La couleur or reflète les origines de l'insigne en tant qu'insigne de casquette en métal. La rouge est la couleur traditionnelle de l'armée. « LES FUSILIERS DE SHERBROOKE » est le nom du régiment, et « DROIT AU BUT » en est la devise.

Haut de la page

DEVISE

DROIT AU BUT

MARCHE

« Queen City »

ALLIANCE

Armée britannique

The Rifles

Haut de la page

HONNEURS DE BATAILLE

Première Guerre mondiale

AMIENS.

Seconde Guerre mondiale

DÉBARQUEMENT EN NORMANDIE; Authie; CAEN; L'Orne; CRÊTE DE BOURGUÉBUS; Faubourg de Vaucelles; Saint-André-sur-Orne; FALAISE; Route de Falaise; Clair Tizon; La Laison; Canal d'Anvers- Turnhout; L'ESCAUT; La Basse-Meuse; LA RHÉNANIE; La Hochwald; Xanten; Le RHIN; Emmerich-Hoch Elten; Zutphen; Deventer; NORD-OUEST DE L'EUROPE, 1944-1945.

LIGNÉE

Ce régiment de la Force de réserve vit le jour à Sherbrooke, au Québec, le 1er avril 1910, lorsque le « 54th Regiment "Carabiniers de Sherbrooke" » fut autorisé.1 Il fut rebaptisé : « Les Carabiniers de Sherbrooke » le 29 mars 1920;2 « Les Fusiliers de Sherbrooke » le 15 janvier 1933;3 « Les Fusiliers de Sherbrooke (Reserve) » le 7 novembre 1940;4 « 2nd (Reserve) Battalion, Les Fusiliers de Sherbrooke » le 18 mars 1942;5 et « Les Fusiliers de Sherbrooke » le 1er juin 1945.6

Notes:

Lorsqu'il fut rebaptisé Les Carabiniers de Sherbrooke, le 29 mars 1920 (voir ci-dessus), il fut organisé en tant que régiment à deux bataillons. Le 1er Bataillon (163rd Battalion, CEF) faisait partie de l'ordre de bataille de la Milice active non permanente tandis que le 2e Bataillon (aucune désignation CEF) faisait partie de l'ordre de bataille de la Réserve. L'unité de réserve fut dissoute le 14 décembre 1936 (GO 3/37).

Les Carabiniers de Sherbrooke furent dissous en vue de la réorganisation du 15 juin 1920 et réorganisé la même journée (GO 137/20). Il s'agit de changements administratifs qui n'influent pas sur la lignée du régiment.

Perpétuations

« 163rd "Overseas" Battalion, CEF »

Site du Quartier général

Sherbrooke, Québec

Haut de la page

HISTORIQUE OPERATIONNEL

Première Guerre mondiale

Des détachements du « 54th Regiment "Carabiniers de Sherbrooke" » furent mobilisés pour le service actif le 6 août 1914, pour fournir des services locaux de protection.7

Le « 163rd Battalion », autorisé le 22 décembre 1915 sous l'appellation de « 163rd "Overseas" Battalion, CEF »,8 s'embarqua pour les Bermudes pour exercer des tâches de garnison, le 26 mai 1916.9 Il quitta le Canada pour la Grande-Bretagne le 27 novembre 1916.10 Il fut incorporé au sein du « 10th Reserve Battalion, CEF » le 8 janvier 1917, afin de fournir des renforts au Corps d'armée canadien en campagne.11 Le bataillon fut dissous le 15 septembre 1917.12

Seconde Guerre mondiale

Le régiment, conjointement avec le « The Sherbrooke Regiment (Machine Gun) (aujourd'hui, le « The Sherbrooke Hussars »), mobilisèrent le « The Sherbrooke Fusiliers Regiment, CASF » pour le service actif le 24 mai 1940.13 Il fut rebaptisé : « 1st Battalion, The Sherbrooke Fusiliers Regiment, CASF » le 7 novembre 1940;14 « 1st Battalion, The Sherbrooke Fusilier Regiment, CASF » le 15 novembre 1940;15 et lorsqu'il fut converti en régiment blindé, le « 27th Armoured Regiment (The Sherbrooke Fusiliers Regiment), CAC, CASF » le 26 janvier 1942;16 et « 27th Armoured Regiment (The Sherbrooke Fusiliers Regiment), RCAC, CASF » le 2 août 1945.17 Le régiment servit à Terre-Neuve, exerçant des tâches de garnison, du 13 août 1941 au 15 février 1942,18 et il s'embarqua pour la Grande-Bretagne le 27 octobre 1942.19 Lors du Jour « J », le 6 juin 1944, il débarqua en Normandie, en France, en tant qu'élément de la 2e brigade blindée canadienne, et combattit dans le Nord-Ouest de l'Europe jusqu'à la fin de la guerre.20 Le régiment outre-mer fut dissous le 15 février 1946.21

Subséquemment, le régiment mobilisa le « 1st Battalion, Les Fusiliers de Sherbrooke, CASF » pour le service actif le 18 mars 1942.22 Il servit au Canada dans un rôle de défense territoriale, en tant que composante de la 15e brigade d'infanterie, de la 7e division canadienne et la 14e brigade d'infanterie, de la 6e division canadienne.23 Le 10 janvier 1945, il s'embarqua pour la Grande-Bretagne où il fut dissous le 18 janvier 1945.24

Haut de la page

DRAPEAU CONSACRÉ

Les Fusiliers de Sherbrooke

DRAPEAU DE CAMP

Les Fusiliers de Sherbrooke


1. GO 38/10.

2. MO 95/20.

3. GO 16/33.

4. GO 273/40.

5. GO 147/42; et/and GO 42/41.

6. GO 264/45.

7. GO 142/14.

8. GO 151/15.

9. Edwin Pye Papers, Summary of History of C.E.F. Units - 163rd Battalion, Collection de documents/Document Collection 74/672, séries/Series IV, boîte/Box 13, chemise/Folder 163; and/et Hélène Pelletier-Baillargeon, Oliver Asselin et son temps. Tome II: Le volontaire, (Québec, 2001),pp. 31 - 93.

10. CEF Sailing List, vol. VIII.

11. Edwin Pye Papers, Summary of History of C.E.F. Units - 163rd Battalion, Collection de documents/Document Collection 74/672, séries/Series IV, boîte/Box 13, chemise/Folder 163.

12. GO 82/18.

13. GO 184/40; et/and GO 50/41.

14. GO 42/41.

15. GO 42/41; et/and GO 62/41. À noter le changement de forme du mot « fusiliers » du pluriel au singulier / Note the change of the word 'fusiliers' from the plural to the singular form.

16. GO 132/42.

17. GO 275/45. Le « Canadian Armoured Corps » fut rebaptisé « Royal Canadian Armoured Corps » à cette date /The Canadian Armoured Corps was redesignated 'Royal Canadian Armoured Corps' on this date.

18. Lieutenant-Colonel H.M. Jackson, The Sherbrooke Regiment (12th Armoured Regiment), (s.n., 1958), pp. 68, et/and 76.

19. Ibid, p. 82.

20. Major M. Litalien, Les Fusiliers de Sherbrooke, 1910-2010 : L'épopée d'une institution des Cantons de l'Est, (Sherbrooke, à être publié en 2010), passim; et/and John Marteinson et Michael R. McNorgan, Le Corps blindé royal canadien, (Toronto, 2000), passim.

21. GO 111/46.

22. GO 147/42.

23. Major M. Litalien, Les Fusiliers de Sherbrooke, 1910-2010 : L'épopée d'une institution des Cantons-de-l'Est, (Sherbrooke, 2010), passim; et/and Collection de documents/Document Collection 92/252, (3-6-13) Les Fusiliers de Sherbrooke, boîte/Box 35, chemise/Folder 12.

24. Ibid; et/and GO 114/45.

Avis sur les notes en bas de page : Le texte contenu dans cette page est fourni tel qu’il figure dans le document d’origine et il ne peut être modifié. Comme certaines notes font référence à des annotations qui n’existent que dans une seule des deux langues officielles, il se peut que les numéros ne correspondent pas dans le contenu que vous visionnez. Aux fins de clarification, nous vous invitons à vérifier la note en bas de page correspondante dans la page en anglais.