Tome 3, Partie 2 : Régiments d'infanterie

ROYAL 22E RÉGIMENT

Insigne du Royal 22e Regiment

Le document qui suit peut être visualisé ou téléchargé :

Pour plus d'information sur comment accéder ce fichier, veuillez consulter notre page d'aide.


Colonel-en-chef : Sa Majesté la Reine

INSIGNE

Description

Un castor couchant au naturel soutenu d'un rondin d'or portant la devise JE ME SOUVIENS en lettres de sable, chargé d'un tourteau du même orné d'un écusson aux armes de la province de Québec de 1868 (d'or à la fasce de gueules chargée d'un léopard d'or, accompagnée en chef de deux fleurs de lis d'azur et en pointe d'une branchette d'érable à trois feuilles de sinople), le tout entouré d'un anneau de gueules liséré, inscrit REGIMENT CANADIEN FRANCAIS, et orné du nombre 22 brochant en pointe, le tout d'argent, sommé de la couronne royale au naturel.

Symbolisme

Le castor représente le service au Canada, et la Couronne, le service au souverain. L'écusson est orné des armoiries de la province concédées en 1868 à la province de Québec. Les fleurs de lis soulignent l'origine française de la population; le lion sur fond rouge rappelle le lien entre le Québec et la Grande- Bretagne; et la branche de trois feuilles d'érable est un symbole du Canada. Le nombre « 22 » et les mots « REGIMENT CANADIEN FRANCAIS » représentent le 22e bataillon du Corps expéditionnaire canadien de la Première Guerre mondiale. « JE ME SOUVIENS » est la devise du régiment et celle de la province de Québec.

Haut de la page

DEVISE

JE ME SOUVIENS

Haut de la page

MARCHES

Marche au pas cadencé

« Vive la Canadienne »

Marche lente

« Marche Lente du Royal 22e Régiment » (publiée également sous le nom « prière en famille »)

Haut de la page

ALLIANCES

Armée britannique

The Mercian Regiment et The Royal Welsh

Haut de la page

HONNEURS DE BATAILLE

Guerre de 1812

DÉFENSE DU CANADA – 1812-1815 – DEFENCE OF CANADA; CHÂTEAUGUAY; CRYSLER’S FARM (ce dernier honneur ayant été décerné en commémoration du « Canadian Fencible Infantry »)

Distinction honorifique

Distinction honorifique non blasonnable DÉFENSE DU CANADA – 1812-1815 – DEFENCE OF CANADA

Première Guerre mondiale

MONT-SORREL; SOMME, 1916, '18; Flers-Courcelette; Thiepval; Crête d'Ancre; ARRAS, 1917, '18; Vimy, 1917; Arleux; Scarpe, 1917, '18; CÔTE 70; YPRES, 1917; Passchendaele; AMIENS; LIGNE HINDENBURG; Canal du Nord; Cambrai, 1918; POURSUITE VERS MONS; FRANCE ET FLANDRES, 1915-18.

Seconde Guerre mondiale

DÉBARQUEMENT EN SICILE; Valguarnera; ADRANO; Catenuova; SICILE, 1943; Débarquement de Reggio; Potenza; LE SANGRO; Casa Berardi; Torre Mucchio; CASSINO II; Ligne Gustav; VALLÉE DU LIRI; Ligne Hitler; LIGNE GOTHIQUE; Borgo Santa-Maria; PASSAGE DU LAMONE; LIGNE RIMINI; San-Martino-San-Lorenzo; San-Fortunato; Cesena; ITALIE, 1943-1945; Apeldoorn; NORD- OUEST DE L'EUROPE, 1945.

Opérations des Nations Unies - Corée

CORÉE, 1951-1953.

Top of Page

LIGNÉE

Ce régiment vit le jour le 4 juin 1869 et regroupe les composantes de la Force régulière et de la Force de réserve suivantes.

Le Royal 22e Régiment vit le jour à Saint-Jean-sur- Richelieu, au Québec, le 7 novembre 1914, lorsque le « 22nd (French Canadian) Battalion, CEF » fut autorisé.1 Il fut rebaptisé : « 22nd (French Canadian) "Overseas" Battalion, CEF » le 7 juin 1915;2 « 22nd Regiment » le 1er avril 1920;3 « Royal 22nd Regiment » le 1er juin 1921;4 et « Royal 22e Régiment » le 15 juin 1928.5 Le 1er septembre 1954, il se fusionna avec « Le Régiment de Châteauguay » (voir ci- dessous), sous la même désignation.6 Le 2 février 1956, il se fusionna avec « Le Régiment de St. Hyacinthe » (voir ci-dessous), sous la même désignation.7

Notes:
Une composante de la Milice active permanente fut formée le 1er avril 1920 (voir ci-dessus) et la composante du Corps expéditionnaire outre-mer de régiment fut dissoute le 15 septembre 1920 (GO 149/20).

Le 1er mars 1946, le « Royal 22e Régiment, CASF, CIC » fut dissous (GO 139/46) et le « 2nd Battalion, Royal 22e Régiment, CIC » fut rebaptisé « Royal 22e Régiment, CIC » (GO 138/46). Le 27 juin 1946, le Royal 22e Régiment fut incorporé dans la Force permanente d'après-guerre (Force active) (GO 158/46) (voir l'historique opérationnel ci-dessous).

Le 7 août 1950, un « 2nd Battalion, Royal 22e Régiment, RCIC » fut autorisé dans la Force active et incorporé dans la Force spéciale (CAO 110-2, Supp Issue No. 210/50). Le 14 juillet 1952, il cessa d'être incorporé dans la Force spéciale de l'armée canadienne (CAO 76-8, Pt 'B', Supp Issue No. 293/52).

Le 9 août 1950, le Royal 22e Régiment fut rebaptisé le « Royal 22e Régiment, (1st Battalion), RCIC » (CAO 76-2, Supp Issue No. 193/50). Le 1er février 1952, il fut incorporé dans la Force spéciale (CAO 76-8, Pt 'B', Supp Issue No. 273/52). Le 9 avril 1952, il fut rebaptisé « 1st Battalion, Royal 22e Régiment, RCIC » (CAO 76-2, Pt 'B', Supp Issue No. 283/52) et le 10 juin 1953, il cessa d'être incorporé dans la Force spéciale de l'armée canadienne (CAO 76-8, Pt 'B', Supp Issue No. 345/53).

Le 9 décembre 1950, un « 3rd Battalion, Royal 22e Régiment, RCIC » fut autorisé dans la Force active et incorporé dans la Force spéciale (CAO 110-3, Supp Issue No. 210/50). Le 1er novembre 1953, il cessa d'être incorporé dans la Force spéciale de l'armée canadienne (CAO 76-8, Pt 'B', Supp Issue No. 365/53).

Le 1er septembre 1954, Les Fusiliers du St-Laurent furent rebaptisés « Les Fusiliers du St-Laurent (5th Battalion, Royal 22e Régiment) » (CAO 76-3, Pt 'B', Supp Issue No. 420/55). Il s'agissait d'une affiliation et non d'une amalgamation. Les Fusiliers du St-Laurent et le Royal 22e Régiment furent des régiments séparés et distincts. Ce régiment fut rebaptisé : « Les Fusiliers du St-Laurent (5e Bataillon, Royal 22e Régiment) » le 9 novembre 1963 (CAO 76-3, Pt 'B', Supp Issue No. 765/64); et « Les Fusiliers du St-Laurent » le 1er avril 1968 (CFOO 68/11).

Le 9 novembre 1963, les bataillons, sauf le 4e Bataillon, furent rebaptisés avec des désignations en langue française (CAO 76-2, 76-3, Pt 'B', Supp Issue No. 765/64). Le 12 août 1977, une directive ordonna que tous les titres génériques dans les Forces canadiennes, tel que « bataillon », soient bilingues (Mémorandum, DGBB (Directeur général - Bilinguisme et Biculturalisme), 1901- 1/1211-7-4, 12 août 77).

Le 4e Bataillon, Royal 22e Régiment (Châteauguay) vit le jour à Beauharnois, Québec, le 4 juin 1869, lorsque les « Voltigeurs-Canadiens of Beauharnois » furent autorisé.1 Ils furent rebaptisé : « 64th Voltigeurs de Beauharnois » le 5 novembre 1869;2 et « 64th Regiment "Voltigeurs de Beauharnois" » le 8 mai 1900.10 Le 1er mai 1901, il se fusionna avec le « 76th Regiment "Voltigeurs de Châteauguay" » (voir ci-dessous) et fut rebaptisé « 64th Regiment of Rifles "Voltigeurs de Châteauguay" ».11 Il fut rebaptisé : « 64th Chateauguay and Beauharnois Regiment » le 1er mars 1902;12 « Le Régiment Châteauguay et Beauharnois » le 29 mars 1920;13 « Le Régiment de Châteauguay » le 15 avril 1921;14 « 2nd (Reserve) Battalion, Le Régiment de Châteauguay (Mitrailleuses) » le 16 mars 1942;16 « Le Régiment de Châteauguay (Mitrailleuses) » le 1er juin 1945;17 « Le Régiment de Châteauguay » le 1er avril 1946.18 Le 1er septembre 1954, il se fusionna avec le Royal 22e Régiment et fut baptisé « Le Régiment de Châteauguay (4th Battalion, Royal 22e Régiment) ».19 Il fut rebaptisé « 4e Bataillon, Royal 22e Régiment (Châteauguay) » le 27 avril 1956.20

Notes:
Le « 64th Chateauguay and Beauharnois Regiment » fut dissous en vue de la réorganisation du 1er juin 1911 (GO 82/11) et réorganisé le 18 septembre 1912 (GO 60/12). Il s'agit de changements administratifs qui n'influent pas sur la lignée du régiment.

Lorsqu'il fut rebaptisé Le Régiment Châteauguay et Beauharnois, le 29 mars 1920 (voir ci-dessus), il fut organisé en tant que régiment à deux bataillons. Le 1er Bataillon (206th Battalion, CEF) faisait partie de l'ordre de bataille de la Milice active non permanente tandis que le 2e Bataillon (aucune désignation CEF) faisait partie de l'ordre de bataille de la Réserve.

Le Régiment de Châteauguay fut dissous en vue de la réorganisation du 15 avril 1921 et réorganisé la même journée (GO 157/21). Il s'agit de changements administratifs qui n'influent pas sur la lignée du régiment.

Le 15 mai 1922, le 1er Bataillon (206th Battalion, CEF) fut rebaptisé « 1er Bataillon » (GO 89/22). L'unité de réserve fut dissoute le 14 décembre 1936 (GO 3/37).

Le « 76th Regiment "Voltigeurs de Châteauguay » vit le jour à Sainte-Martine, au Québec, le 22 mars 1872, lorsque le « 76th Battalion of Infantry or "Voltigeurs de Châteauguay" » fut autorisé.22 Il fut rebaptisé : « 76th Battalion of Rifles or "Voltigeurs de Châteauguay" » le 18 mars 1881;23 et « 76th Regiment "Voltigeurs de Châteauguay" » le 8 mai 1900.24 Le 1er mai 1901, il se fusionna avec le « 64th Regiment "Voltigeurs de Beauharnois" » et fut rebaptisé « 64th Regiment of Rifles "Voltigeurs de Châteauguay" », tel que décrit au paragraphe précédent.

Le 6e Bataillon, Royal 22e Régiment vit le jour à Saint- Hyacinthe, au Québec, le 24 mars 1871, lorsque le « St. Hyacinthe Provisional Battalion of Infantry » fut autorisé.25 Il fut rebaptisé : « 84th "St. Hyacinthe" Battalion of Infantry » le 12 décembre 1879;26 « 84th St. Hyacinthe Regiment » le 8 mai 1900;27 « Le Régiment de St. Hyacinthe » le 29 mars 1920;28 « 2nd (Reserve) Battalion, Le Régiment de St. Hyacinthe » le 3 janvier 1942;28 et « Le Régiment de St. Hyacinthe » le 14 janvier 1946.30 Le 2 février 1956, il se fusionna avec le Royal 22e Régiment et fut rebaptisé « 6th Battalion, Royal 22e Régiment ».31 Il fut rebaptisé « 6e Bataillon, Royal 22e Régiment » le 9 novembre 1963.32

Notes:
Lorsqu'il fut rebaptisé Le Régiment de St. Hyacinthe, le 29 mars 1920 (voir ci-dessus), il fut organisé en tant que régiment à deux bataillons. Le 1er Bataillon faisait partie de l'ordre de bataille de la Milice active non permanente tandis que le 2e Bataillon faisait partie de l'ordre de bataille de la Réserve. L'unité de réserve fut dissoute le 14 décembre 1936 (GO 3/37).

Le Régiment de St. Hyacinthe fut dissous en vue de la réorganisation du 1er mars 1921 et réorganisé la même journée (GO 118/21). Il s'agit de changements administratifs qui n'influent pas sur la lignée du régiment.

Haut de la page

Perpétuations

« 7e Bataillon de la Milice d’élite incorporée », « Les Chasseurs », « Division de Beauharnois (1812-1815) », « Division de Beloeil (1812-1815) », « Division de Boucherville (1812-1815) », « Division de Chambly (1812-1815) », « Division de l’Isle Jésus (1812-1815) », « Division de Saint-Denis (1812-1815) », « Division de Saint-Hyacinthe (1812-1815) », « Division de Saint-Ours (1812-1815) », et « Division de Verchères (1812-1815) »

Site du Quartier général

1er Bataillon : Valcartier, Québec
2e Bataillon : Québec, Québec
3e Bataillon : Valcartier, Québec
4e Bataillon : Laval, Québec
6e Bataillon : Saint-Hyacinthe, Québec

Top of Page

HISTORIQUE OPÉRATIONNEL

Raids des Fenians

Le « 64th Voltigeurs de Beauharnois » fut mobilisé du 9 au 29 avril et du 24 au 31 mai 1870 pour le service actif. Le bataillon servit sur la frontière de Huntingdon.34

Première Guerre mondiale

Des détachements du « 64th Châteauguay and Beauharnois Regiment » furent mobilisés pour le service actif le 6 août 1914, pour fournir des services locaux de protection.35

Le « 22nd Battalion », autorisé le 7 novembre 1914 sous l'appellation de « 22nd (French Canadian) Battalion, CEF »,36 s'embarqua pour la Grande- Bretagne le 20 mai 1915.37 Il débarqua en France le 15 septembre 1915, où il combattit en tant que composante de la 5e brigade d'infanterie, de la 2e division canadienne en France et dans les Flandres jusqu'à la fin de la guerre.38 Le bataillon fut dissous le 15 septembre 1920.39

Seconde Guerre mondiale

Le Royal 22e Régiment, fut mobilisé pour le service actif le 1er septembre 1939 sous l'appellation de « Royal 22e Régiment, CASF »,40 s'embarqua pour la Grande-Bretagne le 9 décembre 1939.41 Le régiment débarqua en Sicile le 10 juillet 1943 et en Italie le 3 septembre 1943 en tant qu'élément de la 3e brigade, de la 1re division d'infanterie canadienne. Le 16 mars 1945, le régiment se rendit dans le Nord- Ouest de l'Europe avec le 1er corps canadien, où il combattit jusqu'à la fin de la guerre.42 Le régiment outre-mer fut dissous le 1er mars 1946.43

Le 1er juin 1945, une seconde composante de la Force active du régiment fut mobilisée, sous l'appellation de « 1st Canadian Infantry Battalion (Royal 22e Régiment), CASF », pour le service dans le théâtre de guerre du Pacifique.44 Il fut rebaptisé : « 2nd Battalion (Royal 22e Régiment), CIC » le 2 septembre 1945;45 et « Royal 22e Régiment, CIC » le 1er mars 1946.46 Le 27 juin 1946, il fut incorporé au sein dans la Force permanente.47

Des détachements de « Le Régiment de Châteauguay (Mitrailleuses) » furent mobilisés pour le service le 26 août 1939 et furent mis en service actif le 1er septembre 1939, sous l'appellation de « Le Régiment de Châteauguay (Mitrailleuses), CASF (Details) », fournissant des services locaux de protection.48 Les détachements mobilisés pour le service actif furent dissous le 31 décembre 1940.49

Subséquemment, le régiment mobilisa le « 1st Battalion, Le Régiment de Châteauguay (Mitrailleuses), CASF » pour le service actif le 18 mars 1942.50 Il fut rebaptisé : « 1st Airfield Defence Battalion (Le Régiment de Châteauguay) (Mitrailleuses), CIC, CASF » le 19 juillet 1943;51 « 1st Airfield Defence Battalion (Le Régiment de Châteauguay), CIC, CASF » le 1er janvier 1944;52 et « 1st Battalion, Le Régiment de Châteauguay, CIC, CASF » le 1er septembre 1944.53 Il servit au Canada dans un rôle de défense territoriale, en tant que composante de la 7e division canadienne, et trois compagnies de cette unité servent à Terre-Neuve.54 Le 10 janvier 1945, il s'embarqua pour la Grande-Bretagne,55 où il fut dissous le 18 janvier 1945, fournissant des renforts à l'armée canadienne en campagne.56

Des détachements de « Le Régiment de St. Hyacinthe » furent mobilisés pour le service le 26 août 1939 et furent mis en service actif le 1er septembre 1939, sous l'appellation de « Le Régiment de St. Hyacinthe, CASF (Details) », fournissant des services locaux de protection.57 Les détachements mobilisés pour le service actif furent dissous le 31 décembre 1940.58

Subséquemment, le régiment mobilisa le « 1st Battalion, Le Régiment de St. Hyacinthe, CASF » pour le service actif le 3 janvier 1942.59 Il servit au Canada dans un rôle de défense territoriale, en tant que composante de la Région de l'Atlantique, et à Terre- Neuve de avril 1943 à septembre 1944.60 Le bataillon fut dissous le 14 janvier 1946.61

Opérations des Nations Unies - Corée

Trois bataillons du Royal 22e Régiment servirent en la République de Corée en tant que composantes du 25e groupe-brigade d'infanterie canadienne, de la 1re division du Commonwealth. Le 2e Bataillon (du 4 mai 1951 au 24 avril 1952) fut le premier à arriver en Corée, suivie par le 1er Bataillon (du 20 avril 1952 au 21 avril 1953), alors le 3e Bataillon (du 16 avril 1953 jusqu'à l'armistice du 27 juillet 1953).62

La Guerre du Golfe

La compagnie « C » du 1e Bataillon servit à Doha, au Quatar en charge de la protection des aérodromes du 24 décembre 1990 jusqu'à la fin de mars 1991.63

DRAPEAU CONSACRÉ RÉGIMENTAIRE

Royal 22e Regiment

DRAPEAU DE CAMP

Royal 22e Regiment


1. GO 36/15.

2. MO No. 293/15.

3. GO 37/20.

4. GO 149/21. « En témoignage des services rendus lors de la Guerre de 1914-1918, a titre de 22nd Battalion, CEF, Sa Majesté a gracieusement approuvé l'octroi du titre « Royal » au 22nd Regiment, MAP ». / "In recognition of the services rendered during the War 1914-1918, as the 22nd Battalion, CEF, His Majesty The King has graciously approved the grant of the title "Royal" to the 22nd Regiment, PAM."

5. GO 97/28. La nomenclature actuelle mentionnée est « Royal 22è [sic] Régiment. Tous les ordres subséquents corrigent cet erreur typographique./ Actual nomenclature quoted was 'Royal 22è [sic] Régiment'. All subsequent orders corrected the typographical error.

6. CAO 76-3, Supp Issue No. 420/55; et/and CAO 76-3, Supp Issue No. 493/56.

7. CAO 76-3, Pt 'B', Supp Issue No. 484/56.

8. MGO, 4 juin 1869; et/and MGO 6/81. Formé d'une compagnie d'infanterie indépendante, « No. 1 Company » (2nd Beauharnois Infantry Company, autorisée le 8 juin 1866); et de cinq nouvelles compagnies de voltigeurs à Beauharnois, baptisées : « No. 2 Company », « No. 3 Company », « No. 4 Company », « No. 5 Company » et « No. 6 Company » / Formed from one independent infantry company, 'No. 1 Company', (2nd Beauharnois Infantry Company, authorized 8 June 1866), and five new rifle companies at Beauharnois, designated: 'No. 2 Company', 'No. 3 Company', 'No. 4 Company', 'No. 5 Company' and 'No. 6 Company'.

9. MGO, 5 novembre 1869.

10. MO 105/1900.

11. GO 49/01.

12. GO 35/02.

13. MO 95/20.

14. GO 77/21.

15. GO 164/36; et/and GO 15/37.

16. GO 42/41 et/and GO 147/42.

17. GO 264/45.

18. GO 115/46.

19. CAO 76-3, Supp Issue No. 420/55; et/and CAO 76-3, Supp Issue No. 493/56.

20. CAO 76-3, Supp Issue No. 493/56.

21. Mémorandum, DGBB (Directeur général - Bilinguisme et Biculturalisme/Director General Bilingualism and Biculturalism), 1901-1/1211-7-4, 12 août/Aug 77.

22. MGO 7/72; et/and MGO 6/81. Formé d'une compagnie d'infanterie indépendante, « No. 4 Company » (Ste. Martine Infantry Company, 8 juin 1866), et de cinq nouvelles compagnies de voltigeurs, baptisées : « No. 1 Company » à Sainte-Philomène, « No. 2 Company » à Sainte-Martine, « No. 3 Company » à Saint-Urbain, « No. 5 Company » à Sainte-Martine et « No. 6 Company » à Châteauguay / Formed from one independent infantry company, 'No. 4 Company' (Ste. Martine Infantry Company, 8 June 1866), and five new rifle companies, designated: 'No. 1 Company' at Ste. Philomène, 'No. 2 Company' at Ste. Martine, 'No. 3 Company' at St. Urbain, 'No. 5 Company' at Ste. Martine and 'No. 6 Company' at Châteauguay.

23. MGO 6/81. « ... et cette partie des Ordres généraux du 22 mars 1872, dans lesquels le 76e Bataillon est décrit en tant « qu'infanterie » furent par la suit corrigés respectivement en remplaçant « Rifles » par « Infantry », la description précédente ayant été erronée » / "... and that portion of General Orders of 22nd March 1872, in which the 76th Battalion is described as "Infantry," are hereby respectively amended by substituting "Rifles" for "Infantry," the previous description having been erroneous."

24. GO 105/1900.

25. GO 8/71. Formé de quatre compagnies de voltigeurs et infanterie indépendante autorisées selon les dates suivantes : « No. 1 Company » (No. 1 Volunteer Militia Rifle Company at St. Hyacinthe, 12 septembre 1862), « No. 2 Company » (An Infantry Company at St. Pie, 2 avril 1869), « No. 3 Company » (An Infantry Company at St. Simon, 23 juillet 1869), et « No. 4 Company » (An Infantry Company at Sorel,29 octobre 1869)/ Formed from four independent rifle and infantry companies authorized on the following dates: 'No. 1 Company' (No. 1 Volunteer Militia Rifle Company at St. Hyacinthe, 12 September 1862), 'No. 2 Company' (An Infantry Company at St. Pie, 2 April 1869), 'No. 3 Company' (An Infantry Company at St. Simon, 23 July 1869), and 'No. 4 Company' (An Infantry Company at Sorel, 29 October 1869).

26. GO 30/79.

27. MO 105/1900.

28. MO 95/20.

29. GO 75/42.

30. GO 198/46; et/and GO 400/45.

31. CAO 76-3, Pt 'B', Supp Issue No. 484/56.

32. CAO 76-3, Pt 'B', Supp Issue No. 765/64.

33. Mémorandum, DGBB (Directeur général - Bilinguisme et Biculturalisme/Director General Bilingualism and Biculturalism), 1901-1/1211-7-4, 12 août/Aug 77.

34. Adjutant General of the Militia Annual Report réimprimer dans/reprinted in Report of the State of the Militia of the Dominion of Canada for the Year 1870 (Ottawa, 1871), p. 1-3 et/and 55; et/and Hereward Senior, The Last Invasion of Canada, The Fenian Raids, 1866-1870, (Toronto, 1991), passim.

35. GO 142/14.

36. GO 36/15.

37. CEF Sailing List, vol. II.

38. Journaux de guerre/War Diary, 22nd Canadian Infantry Battalion, BAC/LAC, GE 9/RG 9, séries III-D-3, vol. 4931, dossier/File 413; Jean-Pierre Gagnon, Le 22e Bataillon (canadien-français) 1914-1919, Laval, 1986), passim et/and Colonel Joseph Chaballe, Histoire du 22e Bataillon canadien-français, Tome 1 1914-1919, (Montréal, 1952), passim.

39. GO 149/20.

40. GO 135/39. Le 1er septembre 1939, tous les corps, unités et détachements de la Force permanente furent incorpores dans l'armée active du Canada. / On 1 September 1939, all corps, units and detachments of the Permanent Force were embodied in the Canadian Active Service Force.

41. Serge Bernier, Le Royal 22e Regiment, 1914-1999, (Montréal, 1999), p. 107.

42. Ibid, passim.

43. GO 139/46.

44. GO 241/45. Les unités canadiennes du théâtre des opérations du Pacifique furent organisées et équipées de la même façon que l'Armée américaine. Le bataillon servit en tant que composante du « 3rd Canadian Infantry Regiment ». / The Canadian units formed for the Pacific theatre of operations were organized and equipped the same as the American army. The battalion was part of the '3rd Canadian Infantry Regiment'.

45. GO 378/45.

46. GO 138/46.

47. GO 158/46.

48. GO 124/39; GO 135/39; et/and GO 136/39.

49. GO 44/41.

50. GO 147/42.

51. GO 436/43.

52. GO 34/44.

53. GO 448/44.

54. Colonel C.P. Stacey, Histoire officielle de la participation de l'Armée canadienne à la Seconde Guerre mondiale, Volume 1, Six années de guerre (Ottawa, 1957), pp. 183 et/and 556; Collection de documents/Document Collection 92/252, (3-6-37) Le Régiment de Châteauguay, boîte/Box 37, chemise/Folder 1; et/and Collection de documents/Document Collection 342.009(D18) Sitreps from Defences at Goose Bay and Rigolet - Oct 44/Aug 45.

55. Ibid.

56. GO 114/45.

57. GO 124/39; et/and GO 135/39.

58. GO 44/41.

59. GO 75/42.

60. Colonel C.P. Stacey, Histoire officielle de la participation de l'Armée canadienne à la Seconde Guerre mondiale, Volume 1, Six Années de guerre (Ottawa, 1957), p. 556; et/and Collection de documents/Document Collection 92/252, (3-6-44) Le Régiment de St. Hyacinthe, boîte/Box 37, chemise/Folder 8.

61. GO 198/46.

62. Lieutenant-colonel Herbert Fairlie Wood, Singulier champ de bataille (Ottawa, 1966), passim.

63. 1er Bataillon, Royal 22e Régiment, RHA 1991, dossier 1325-1 (Cmdt), 16 juillet 1992, dans RHA dossier 1853; et/and major Jean H. Morin et capitaine de corvette Richard H. Gimblett, Opération Friction, (Toronto, 1997), p. 172.

Avis sur les notes en bas de page : Le texte contenu dans cette page est fourni tel qu’il figure dans le document d’origine et il ne peut être modifié. Comme certaines notes font référence à des annotations qui n’existent que dans une seule des deux langues officielles, il se peut que les numéros ne correspondent pas dans le contenu que vous visionnez. Aux fins de clarification, nous vous invitons à vérifier la note en bas de page correspondante dans la page en anglais.