Tome 3, Partie 2 : Régiments d'infanterie

THE TORONTO SCOTTISH REGIMENT (QUEEN ELIZABETH THE QUEEN MOTHER'S OWN)

Insigne du Toronto Scottish Regiment

Le document qui suit peut être visualisé ou téléchargé :

Pour plus d'information sur comment accéder ce fichier, veuillez consulter notre page d'aide.


Colonel-en-chef : Son Altesse Royale le Prince Charles Prince de Galles KG KT GCB OM AK QSO GCL SOM CD ADC

INSIGNE

Description

Une guirlande de chardons au naturel, au sautoir d'argent brochant chargé d'une feuille d'érable automnale au naturel, tous deux enfilant un anneau d'azur liséré d'argent inscrit CARRY ON en lettres du même, la feuille d'érable chargée d'un anneau semblable inscrit BELGIUM FRANCE 1916-1919, et, sur le tout, une tête de licorne d'argent armée et crinée d'or, colletée d'une couronne enchaînée du même, soutenue d'une torque d'argent et de gueules, les branches supérieures et inférieures du sautoir chargées chacune d'un listel d'azur liséré d'argent inscrit TORONTO en chef et SCOTTISH en pointe en lettres du même.

Symbolisme

La feuille d'érable représente le service au Canada. Les chardons (l'emblème floral de l'Écosse) et la croix de Saint-André (le saint patron de l'Écosse) sont des emblèmes faisant souvent partie des insignes de l'infanterie des Highlands. La composition de l'insigne est similaire à celle de The London Scottish, le premier régiment allié du régiment. La licorne, reprise des insignes du 75th "Overseas" Battalion et The Mississauga Horse, rappelle les liens historiques unissant ce régiment à ces unités. Les mots « BELGIUM » et « FRANCE » et les dates « 1916-1919 » commémorent le service rendu par les unités perpétuées par ce régiment lors de la Première Guerre mondiale. « TORONTO SCOTTISH » est une variante du nom du régiment et « CARRY ON » en est la devise.

Haut de la page

DEVISE

CARRY ON (Continue)

MARCHES

« Blue Bonnets Over the Border »

ALLIANCE

Armée britannique

The Royal Regiment of Scotland et The London Regiment

Haut de la page

HONNEURS DE BATAILLE

Première Guerre mondiale

SOMME, 1916; Crête d'Ancre; Ancre, 1916; ARRAS, 1917, '18; Vimy, 1917; CÔTE 70; YPRES, 1917; Passchendaele; AMIENS; Scarpe, 1918; Drocourt-Quéant; LIGNE HINDENBURG: Canal du Nord; VALENCIENNES; SAMBRE; FRANCE ET FLANDRES, 1916-18.

Seconde Guerre mondiale

Dieppe; CRÊTE DE BOURGUÉBUS; Saint-André-sur-Orne; Crête de Verrières-Tilly-la-Campagne; FALAISE; Route de Falaise; Clair Tizon; Dunkerque, 1944; Canal d'Anvers Turnhout; L'ESCAUT; Woensdrecht; Beveland-Sud; LA RHÉNANIE; La Reichswald; Route de Goch-Calcar; La Hochwald; Xanten; Canal Twente; Groningue; Oldenburg; NORD-OUEST DE L'EUROPE, 1942, 1944-1945.

LIGNEE

Ce régiment de la Force de réserve vit le jour à Toronto, en Ontario, le 1er mai 1920, lorsque « The Mississauga Regiment » fut autorisé.1 Il fut rebaptisé le « The Toronto Scottish Regiment » le 1er septembre 1921.2 Le 15 décembre 1936, il se fusionna avec les « B Company » et « C Company », du « 1st Machine Gun Battalion, CMGC » et fut rebaptisé « The Toronto Scottish Regiment (Machine Gun) ».3 Il fut rebaptisé : « 2nd (Reserve) Battalion, The Toronto Scottish Regiment (Machine Gun) » le 7 novembre 1940;4 « The Toronto Scottish Regiment » le 19 juin 1947;5 et « The Toronto Scottish Regiment (Queen Elizabeth The Queen Mother's Own) » le 19 octobre 2000.6

Notes :

Lorsque le régiment fut organisé en tant que le « The Mississauga Regiment », le 1er mai 1920 (voir ci-dessus), il fut organisé en régiment à deux bataillons. Le 1er Bataillon (75th Battalion, CEF) faisait partie de l'ordre de bataille de la Milice active non permanente tandis que le 2e Bataillon (84th Battalion, CEF) faisait partie de l'ordre de bataille de la Réserve. L'unité de réserve fut dissoute le 14 décembre 1936 (GO 3/37).

Le « The Toronto Scottish Regiment » fut dissous en vue de l'incorporation du 14 décembre 1936 et réorganisé le lendemain (GO 189/36). Il s'agit de changements administratifs qui n'influent pas sur la lignée du régiment.

La perpétuation du « 1st Machine Gun Battalion, CMGC » du 1919 à 1936 fut transférée au « The Irish Regiment of Canada (Machine Gun) » (GO 149/37).

Perpétuations

« 75th » et « 84th "Overseas" Battalion(s), CEF »

Site du Quartier général

Mississauga, Ontario

Haut de la page

HISTORIQUE OPERATIONNEL

Première Guerre mondiale

Le « 75th Battalion », autorisé le 10 juillet 1915 sous l'appellation de « 75th "Overseas" Battalion, CEF »,7 s'embarqua pour la Grande-Bretagne le 29 mars 1916.8 Il débarqua en France le 12 août 1916,9 où il combattit en tant que composante de la 11e brigade d'infanterie, de la 4e division canadienne en France et dans les Flandres jusqu'à la fin de la guerre.10 Le bataillon fut dissous le 15 septembre 1920.11

Le « 84th Battalion », autorisé le 10 juillet 1915 sous l'appellation de « 84th "Overseas" Battalion, CEF »,12 s'embarqua pour la Grande Bretagne le 18 juin 1916.13 Son personnel passa aux « 73rd "Overseas" Battalion, CEF », « 75th "Overseas" Battalion, CEF » et autres unités de la 4e division canadienne le 30 juin 1916, fournissant des renforts au Corps d'armée canadien en campagne.14 Le bataillon fut dissous le 11 avril 1918.15

Seconde Guerre mondiale

Le régiment mobilisa le « The Toronto Scottish Regiment (Machine Gun), CASF » pour le service actif le 1er septembre 1939.16 Il fut rebaptisé : « 1st Battalion, The Toronto Scottish Regiment (Machine Gun), CASF » le 7 novembre 1940;17 « 2nd Infantry Division Support Battalion (The Toronto Scottish Regiment), CIC, CASF » le 1er mai 1943;18 et « The Toronto Scottish Regiment (Machine Gun), CIC, CASF » le 24 février 1944.19 Le 7 décembre 1939, il s'embarqua pour la Grande-Bretagne.20 Le bataillon prit part au raid de Dieppe le 19 août 1942.21 Il débarqua encore une fois en France le 6 et 7 juillet 1944, en tant qu'élément de la 2e division d'infanterie, et combattit dans le Nord-Ouest de l'Europe jusqu'à la fin de la guerre.22 Le bataillon outre-mer fut dissous le 31 décembre 1945.23

Haut de la page

DRAPEAU CONSACRÉ

The Toronto Scottish Regiment

DRAPEAU DE CAMP

The Toronto Scottish Regiment


1. GO 66/20.

2. GO 246/21.

3. GO 189/36.

4. GO 42/41.

5. CAO 76-3, Pt 'B', Supp Issue No. 43/47.

6. Letter from Her Majesty's Secretary to the Governor General dated 19 October 2000 (DHH file 1060-5132); and MOO 2000062, 14 Dec 2000 / Lettre de le secrétaire de la Reine au Gouverneur Général le 19 octobre 2000 (DHP dossier 1060-5132); et DMO 20000062, 14 déc 2000).

7. GO 103a/15.

8. CEF Sailing List, vol. IV. The unit also sent a reinforcing draft overseas on 1 October 1915 / L'unité envoya également un contingent de renforts outre-mer le 1er octobre 1915.

9. War Diary/Journaux de guerre, 75th Canadian Infantry Battalion, LAC/BAC, RG/GE 9, Series III-D-3, Vol. 4943, File/dossier 452.

10. G.W.L. Nicholson, Official History of the Canadian Army in the First World War, Canadian Expeditionary Force 1914-1919 (Ottawa, 1962), passim.

11. GO 149/20.

12. GO 103a/15.

13. CEF Sailing List, vol. V. The unit also sent a reinforcing draft overseas on 25 September 1915 / L'unité envoya également un contingent de renforts outre-mer le 25 septembre 1915.

14. Edwin Pye Papers, Summary of History of C.E.F. Units - 84th Battalion, Document Collection/Collection de documents 74/672, Series/séries IV, Box/boîte 12, Folder/chemise 84.

15. GO 82/18.

16. GO 135/39.

17. GO 42/41.

18. GO 21/44.

19. GO 222/44.

20. Major D.W. Grant, "CARRY ON": The History of The Toronto Scottish Regiment (M.G.) 1939-1945, (Toronto, 1949), p. 5.

21. Colonel C.P. Stacey, Official History of the Canadian Army in the Second World War, Volume 1: Six Years of War (Ottawa, 1955), pp. 349-386.

22. Colonel C.P. Stacey, The Victory Campaign: The Operations in North-West Europe 1944-1945, (Ottawa, 1966), passim; and/et Major D.W. Grant, "CARRY ON", The History of The Toronto Scottish Regiment (M.G.) 1939-1945, (Toronto, 1949), pp. 73-136.

23. GO 85/46.

Avis sur les notes en bas de page : Le texte contenu dans cette page est fourni tel qu’il figure dans le document d’origine et il ne peut être modifié. Comme certaines notes font référence à des annotations qui n’existent que dans une seule des deux langues officielles, il se peut que les numéros ne correspondent pas dans le contenu que vous visionnez. Aux fins de clarification, nous vous invitons à vérifier la note en bas de page correspondante dans la page en anglais.