ARCHIVÉE - Origines du repas de Noël

Faites défiler la page et l'avis "archivé" apparaît au haut de la fenêtre.

Avertissement Le document suivant est désuet.

Information archivée dans le Web

Information identifiée comme étant archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’a pas été modifiée ni mise à jour depuis la date de son archivage. Les pages Web qui sont archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez la demander sous d’autres formes. Ses coordonnées figurent à la page « Contactez-nous »

22 déc. 1966. Le commandant, le Lcol avn P.J. Roy, découpe la première dinde au cours du souper de Noël annuel des aviateurs servi par les officiers et les s/off sup.
22 déc. 1966. Le commandant,
le Lcol avn P.J. Roy, découpe
la première dinde au cours du
souper de Noël annuel des
aviateurs servi par les
officiers et les s/off sup.

Le renversement des rôles est une tradition militaire particulière à Noël. Le plus jeune militaire change de rôle avec le commandant pour la journée, les officiers servent le repas aux militaires du rang qui, à leur tour, servent le repas au personnel de la cuisine. Toutes ces activités remontent aux coutumes du festival Saturnalia à l’époque de la Rome antique. Célébré en l’honneur du dieu Saturne, ce festival tombait en même temps que Noël, Hanukkah, le solstice et/ou Kwanzaa. Les guirlandes, les couronnes et les décorations de sapin de Noël tirent également leurs origines du festival Saturnalia.

Menu du souper et concert de Noël du Peloton 16, Compagnie D, 49e Bataillon. Cedric A. Winser / Bibliothèque et Archives Canada / PA-200686
Menu du souper et concert de Noël du Peloton 16,
Compagnie D, 49e Bataillon. Cedric A. Winser /
Bibliothèque et Archives Canada / PA-200686

Durant le Saturnalia, les esclaves et les enfants se faisaient servir leurs repas, dirigeaient les rituels et prenaient part aux festivités comme s’ils étaient les maîtres/parents. Les maîtres/parents, eux, jouaient le rôle de leurs esclaves et de leurs enfants et les servaient pour plaisanter. Le renversement des rôles était symbolique, car en réalité, les esclaves n’avaient pas le pouvoir de prendre des décisions comme personnes libres et les enfants ne pouvaient pas conclure des contrats ou des ententes d’affaires; ce changement de rôles ne permettait que de simples privilèges.

Les soldats qui célèbrent Noël autour de la table ( Ortona ) « Soldats canadiens prenant un verre le jour de Noël au front, à Ortona, en  Italie, le 25 décembre 1943. » Bibliothèque et Archives Canada, PA-163936
Les soldats qui célèbrent Noël autour
de la table ( Ortona ) « Soldats canadiens
prenant un verre le jour de Noël au front,
à Ortona, en Italie, le 25 décembre 1943.»
Bibliothèque et Archives Canada, PA-163936

À l’instar des habitants de la Rome antique, les membres des Forces canadiennes poursuivent la tradition du renversement des rôles aujourd’hui en accordant de petits privilèges dans l’esprit de la fête. Bien qu’on ne puisse pas retracer les origines de cette coutume à un événement en particulier ou même à une époque précise, l’armée britannique en a fait une tradition depuis au moins le XVIIIe siècle.

« Souper de Noël annuel des militaires du rang, 8 décembre 1987 : (de > gauche à droite) le Cpl J.T. McCauley, technicien de terminaux (222), le Cpl J.R. Guerin, Radio (211), le Cplc P.D. Fisher, poseur de lignes (052). » PAC87-677-8
« Souper de Noël annuel des militaires
du rang, 8 décembre 1987 : (de gauche à
droite) le Cpl J.T. McCauley, technicien
de terminaux (222), le Cpl J.R. Guerin,
Radio (211), le Cplc P.D. Fisher, poseur
de lignes (052).» PAC87-677-8"

Avant l’introduction de la mécanisation et des systèmes sophistiqués de logistique au XXe siècle, les militaires du rang subalternes vaquaient la plupart du temps à des tâches routinières ennuyeuses. Les officiers se chargeaient donc d’organiser des festivités pour les caporaux et les soldats afin de leur remonter le moral et de leur exprimer leur reconnaissance. Une tradition qui transcende les âges est le dîner de Noël. Non seulement les officiers et les sous officiers supérieurs organisent le dîner, mais ils le préparent et le servent également aux caporaux et aux soldats de leur unité. Leur tâche ne se termine pas là : ils doivent aussi nettoyer la salle à manger.

Souper de Noël incluant le Capitaine Agar Adamson (deuxième à partir de la > gauche), du Princess Patricia's Canadian Light Infantry.  Agar Stewart Allan Masterton Adamson / Bibliothèque et Archives Canada / PA-139711
Souper de Noël incluant le Capitaine
Agar Adamson (deuxième à partir de la
gauche), du Princess Patricia's Canadian
Light Infantry. Agar Stewart Allan
Masterton Adamson / Bibliothèque
et Archives Canada / PA-139711

Une tradition en particulier est pratiquée à l’échelle des Forces pendant le temps des Fêtes, période de l’année où l’on assouplit les règles pour plaisanter un peu. Souvent, les commandants changent de rôle et de tunique avec le plus jeune militaire de leur unité. Ce soldat devient donc commandant honoraire pour la journée. Les autres officiers, adjudants et sergents échangent leur tunique et leur vestecontre des chapeaux et des tabliers de chef.

Le commandant de la base, le Col avn Mansell, échange sa tunique avec celle de l’Avc B.F.G. Kuske, le plus jeune aviateur de la BFC Moncton, au cours du souper de Noël annuel des aviateurs
Le commandant de la base,
le Col avn Mansell, échange
sa tunique avec celle de l’Avc
B.F.G. Kuske, le plus jeune
aviateur de la BFC Moncton, au
cours du souper de Noël annuel
des aviateurs

La pratique de l’échange de veste entre le soldat supérieur et le sergent major régimentaire est assez récente et reflète l’importance du rôle du sergent major régimentaire comme conseiller du commandant et comme personne assurant la liaison entre les membres de l’unité et la structure de commandement supérieure.

Certaines traditions du temps des Fêtes peuvent varier d’une armée à l’autre et entre les unités des Forces canadiennes. Par exemple, dans la marine, on se sert de lumières et de décorations pour orner des sapins, des rues, des bâtiments et les bouts de vergue de navires. Souvent, il s’agit d’une compétition à savoir qui a le meilleur décor.

Ortona, Italie, Souper de Noël 1943, Bibliothèque et Archives Canada, PA-152839
Ortona, Italie, Souper de Noël 1943,
Bibliothèque et Archives Canada, PA-152839