Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) ECLIPSE

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

ECLIPSE
Photo par le cplc Danielle Bernier, Caméra de combat J5 AP
Dek'emhare, Eritrea

Des membres du Peloton de reconnaissance vérifient leur
équipement avant de débuter les opérations de la journée
bord de leurs nouveaux véhicules blindés légers de
reconnaissance Coyote. Líexcellent systéme de
surveillance du Coyote permet aux soldats de repérer,
de surveiller et díenregistrer toute activité dans leur
secteur de responsabilité, le jour comme la nuit. Cette
capacité leur est utile dans le cadre de la Mission des
Nations Unies en Éthiopie et Érythrée (MINUEE)
qui se veut principalement une mission de surveillance.
Environ 540 soldats canadiens sont déployés
actuellement dans le cadre de líopération Eclipse,
en appui la MINUEE.

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Mission des Nations unies en Éthiopie et en Érythrée

Nom de la mission internationale: Mission des Nations unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE)

Mandat de l'opération: Nations Unies

Région géographique: Afrique

Lieu: Éthiopie et Érythrée

Date: 12 décembre 2000 - 31 juillet 2010

Mandat de la mission:

Résolution 1312 du Conseil de sécurité des Nations unies, 31 juillet 2000; Résolution 1320 du Conseil de sécurité des Nations unies, 15 septembre 2000

Contrôler la zone de sécurité provisoire aménagée par l’ONU entre l’Éthiopie et l’Érythrée, et vérifier le redéploiement des forces éthiopiennes en Érythrée à partir de positions prises après le 6 février 1999 et qui n’étaient pas sous le contrôle érythréen en mai 1998.

Historique de la mission:

Le 18 juin 2000, après deux années de combat continu à cause d’un litige frontalier, l’Éthiopie et l’Érythrée ont signé un accord de cessation des hostilités à la suite de pourparlers dirigés par l’Algérie et l’Organisation de l’unité africaine. L’accord prévoyait également la création d’une zone de sécurité provisoire qui serait contrôlée par des observateurs militaires des Nations unies (UNMO) et patrouillée par une force impartiale de maintien de la paix de l’ONU. L’ONU a exigé que les Casques bleus soient envoyés de la Brigade d’intervention rapide des forces en attente (BIRFA), une force militaire multinationale préétablie, créée en 1996 par les Nations unies (d’après une initiative danoise) afin de fournir des troupes au commencement des missions de maintien de la paix de l’ONU pour une période qui ne devait pas dépasser six mois.

En juillet, le Conseil de sécurité a créé la Mission des Nations unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE), composée de 200 observateurs militaires et d’environ 4 200 Casques bleus, pour maintenir les liens avec les belligérants et mettre en œuvre des méthodes de vérification du cessez-le-feu.

Haut de la page


Renseignements de l'opération des FC (ECLIPSE)

Nom: ECLIPSE

Date: 12 décembre 2000 - 11 juin 2001

Enoncé de mission de la Force opérationnelle canadienne:

Membre de la BIRFA, le Canada devait envoyer des observateurs militaires et une compagnie d’infanterie mécanisée pour participer à la mission de maintien de la paix dirigée par les Néerlandais.

Les forces militaires canadiennes ont également accepté d’envoyer un groupe-compagnie d’infanterie mécanisée avec une équipe de soutien technique et logistique - environ 450 personnes - pour la rotation de six mois. Sous l’appellation FC d’opération Eclipse, la compagnie qui en a découlé (la Force opérationnelle canadienne de l’Afrique de l’Est) était formée principalement du 2e Bataillon du Royal Canadian Regiment et du 4e Régiment d’appui du génie, les deux de Gagetown, au Nouveau-Brunswick. La Force opérationnelle a été intégrée à un bataillon de la Marine royale néerlandaise, avec huit autres officiers des Forces canadiennes déployés pour servir dans les rangs de la BIRFA et former le quartier général de la MINUEE.

Travaillant à partir de Dek’emhare et de Tsoreana, en Érythrée, et de Senafe, en Éthiopie, les troupes canadiennes ont été affectées au Secteur central et devaient assurer une permanence aux points de contrôle et aux postes d’observation, effectuer des patrouilles à pied et des patrouilles motorisées, apporter de l’aide humanitaire, contrôler le retrait des forces éthiopiennes et érythréennes de la zone de sécurité provisoire, rapporter toute violation de l’accord de paix et surveiller les échanges de prisonniers de guerre et les opérations de déminage. Elles étaient aussi responsables du Secteur de l’Est de la zone de responsabilité (AOR) de la MINUEE, d’où, du 1er janvier au 3 mars 2001, elles devaient assurer le retrait des troupes éthiopiennes jusqu’à l'arrivée des forces kényanes de remplacement.

Le Canada a achevé sa mission le 11 juin 2001. Les derniers soldats de l’opération Eclipse sont partis en juillet 2001.