Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) RELIEF

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

RELIEF
Secteur canadien à l’aéroport
de Mogadiscio, en Somalie.

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Opération RELIEF

Nom de la mission internationale: RELIEF

Mandat de l'opération: Gouvernement du Canada

Région géographique: Afrique

Lieu: Somalie

Date: 18 août 1992 - 28 février 1993

Haut de la page


Renseignements de l'opération des FC (RELIEF)

Enoncé de mission de la Force opérationnelle canadienne : Livrer des fournitures humanitaires en Somalie.

Historique de la mission:

La Somalie était déjà en proie à une guerre civile qui avait déplacé un million de personnes quand elle a été frappée par une grave sécheresse en 1991. La production agricole a diminué de 30 percent, et au début de 1992 environ 1 ou 2 millions de personnes risquaient de mourir de faim. Les organisations non gouvernementales (ONG) ont déployé davantage d’efforts pour apporter du secours, alors que les Nations unies ont commencé à jouer un rôle plus actif en essayant de ramener la paix en Somalie et en apportant de l’aide humanitaire.

À la suite d’une demande commune du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies et de la Commission internationale de la Croix-Rouge (CICR) à la fin d’août 1992, les FC ont envoyé une équipe de reconnaissance au Kenya et en Somalie pour évaluer la situation. À son retour, on a pris la décision de répondre à la demande, et la mission, nommée Opération RELIEF, a été autorisée le 2 septembre 1992.

Trois avions CC-130 ont été déployés, dont un pour le PAM et un pour la CICR. Le troisième avion servait de relève. Ils étaient basés à Nairobi, au Kenya, et volaient à la demande du centre de coordination des ONG. L’opération devait durer jusqu’au 12 décembre 1992.

Les premiers vols, un pour le PAM et un pour la CICR, ont eu lieu le 11 septembre. Par la suite, il y avait habituellement quatre vols par jour. Ils transportaient une vaste gamme d’aliments de secours comme du riz, des haricots et de l’huile à friture. En octobre, les Hercules ont également commencé à larguer du secours dans les régions éloignées pour aider les ONG à convaincre les affamés de demeurer où ils étaient, dans leurs villages, plutôt que de les quitter et de soit partir en vain à la recherche de nourriture ailleurs, soit submerger les organismes d’aide dans les villes voisines.

Bien que les avions Hercules canadiens se soient parfois trouvés au milieu d'échanges de feu entre factions se disputant le contrôle de secteurs particuliers, heureusement, aucun membre d’équipage n’a été tué ou blessé.

Pendant que les livraisons d’aide continuaient, on planifiait le transport aérien des troupes canadiennes devant participer à l’opération des Nations unies en Somalie (sous le nom canadien Op Cordon). Les troupes devaient atterrir à Nairobi, d’où des CC-130 les transporteraient vers Bossasso. Ce plan a changé quand on a décidé de redéployer les Canadiens à Belet Huen pour se joindre à la Force opérationnelle unifiée dirigée par les États-Unis (sous le nom canadien Op Deliverance). L’opération a donc été remise au 28 décembre 1992. Par la suite, les trois Hercules, en plus de participer à l’opération Relief, appuyaient également l’opération Deliverance.

Le 30 décembre, on a décidé de prolonger l’opération Relief jusqu’au 31 janvier 1993. Puis elle a encore été prolongée jusqu’au 28 février, date à laquelle elle a pris fin. Les trois Hercules CC-130 sont demeurés à Nairobi, d’où ils ont continué à voler dans le cadre de l’Opération Deliverance. Ils ont également participé à l’opération Survie au Soudan du PAM (nom canadien : Op Sudan). Au total, l’Opération Relief a permis d’effectuer 290 vols et de transporter 594 passagers et 4 100 tonnes de secours pour le Programme alimentaire mondial, et d’effectuer 257 vols et de transporter 297 passagers et 3 100 tonnes de secours pour la Commission internationale de la Croix-Rouge. Plus de 400 membres du personnel des forces aériennes ont participé à l’Opération Relief.