Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) UMIAK

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Équipe d’instructeurs militaires du commonwealth – Ouganda

Nom de la mission internationale: Équipe d’instructeurs militaires du commonwealth – Ouganda

Nom de l’opération canadienne: Opération UMIAK

Organisme responsable: Gouvernement du Canada

Mandat: Fournir un soutien médical aux instructeurs militaires des pays du Commonwealth chargés de former les soldats ougandais.

Région géographique: Afrique

Lieu: Ouganda

Date: 18 mars 1982 - 24 mars 1984

Nom canadien : Opération UMIAK : Du 6 avril au 4 septembre 1982

Mandat de la mission: Transporter des maisons préfabriquées en Islande.

Exposé des faits:

En 1972, Idi Amin Dada s’est emparé du pouvoir en Ouganda en renversant Milton Obote. L’Armée nationale de libération de l’Ouganda (ANLU) s’est lancée dans une campagne de guérilla pour chasser Amin Dada. Le 11 avril 1979, Amin a dû fuir l’Ouganda, après quoi un gouvernement provisoire s'est constitué. L’ANLU, qui avait reçu une assistance considérable des militaires tanzaniens pour vaincre Amin, est alors devenue l’Armée nationale. Durant le régime intérimaire subséquent, plusieurs chefs de l’ANLU ont chacun entrepris de former leurs propres armées. Yoweri Museveni a ainsi créé l’Armée de résistance nationale (ARN), dont les effectifs ont vite passé de 80 à 8 000 soldats. Obote est rentré en Ouganda, où il a gagné le 10 décembre 1980 des élections très contestées.

En moins de 2 ans, l’Armée nationale a vu ses effectifs gonfler de 600 à 24 000 membres. Beaucoup de soldats appartenaient à des minorités ethniques traitées durement par Amin Dada. Certains soldats ayant fait partie de l’ANLU, qui combattaient désormais l’ANR et qui n’avaient reçu qu’un minimum de formation militaire, se sont alors vengés contre les habitants de la région natale d’Amin. Une fois élu, Obote a entrepris de rétablir des relations cordiales avec les autres pays et de rebâtir l’économie en ruine. Mais les progrès laborieux étaient anéantis par les tentatives futiles pour battre l’ANR. La répression caractéristique du régime d’Amin Dada a refait son apparition.

Confronté aux nombreux problèmes qu’impliquaient la reconstruction de l’économie et la lutte contre l'ANR, Obote a demandé de l’assistance. En 1982, la Grande-Bretagne a mis sur pied l’équipe d’instructeurs militaires du Commonwealth en Ouganda (CMTT) chargée de former et d’organiser l'Armée nationale. Le Secrétariat du Commonwealth a prié les membres de cette organisation de prêter leur concours à cette fin; l’Australie, le Canada, la Guyane, la Jamaïque, le Sierra Leone, la Tanzanie et le Royaume-Uni ont répondu positivement en fournissant des instructeurs. L’équipe, qui comprenait 37 membres, menait ses activités à partir de la ville de Jinja, à 50 km à l’est de Kampala. Elle n'a fonctionné que du 18 mars 1982 au 24 mars 1984.

Les efforts des instructeurs de la CMTT, malgré leur zèle, étaient insuffisants compte tenu des effectifs globaux de l'Armée nationale. Étant donné l’incapacité continue de cette dernière à vaincre l’ANR, au début de 1983, Obote a autorisé le déplacement par la force de plus de 750 000 civils vivant dans la région de Luwero, où l'ANR bénéficiait d’un maximum d’appui. Les civils qui ne résidaient pas dans des camps aménagés par le gouvernement étaient considérés comme étant hostiles au régime. Les policiers se sont mis systématiquement à enlever et torturer des gens pour trouver les partisans de l’ANR, tandis que les militaires attaquaient sans distinction les présumés partisans de cette armée. Par ailleurs, Obote a conclu des ententes avec la Corée du Nord, dont l'une permettait à ce pays d’envoyer 30 officiers en Ouganda pour entraîner les troupes d’infanterie à Gulu. Durant les années 80, ces Nord Coréens ont souvent dirigé au combat les troupes de l'Armée nationale contre les membres de l'ANR. Selon les estimations, environ 500 000 personnes auraient été tuées sous le régime d’Obote, qui a fini par tomber le 27 juillet 1985.

Au début de 1982, le Canada a été prié de participer à la CMTT. Le gouvernement a autorisé l’envoi de personnel médical, soit un médecin militaire au grade de major et deux adjoints médicaux (un adjudant et un sergent). Le trio était chargé de soigner à la fois les membres de la CMTT et les soldats ougandais. La mission a été effectuée du 6 avril au 4 septembre 1982.

Les recherchistes ont parfois désigné cette mission sous le nom d’opération Umiak. Mais rien dans les documents du MDN ne prouve que ce nom a été utilisé en l’occurrence. De plus, on n’a trouvé aucune date fiable quant à la durée globale de la mission de la CMTT.