Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) Commission des Nations Unies pour Ruanda-Urundi

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

Commission des Nations Unies pour Ruanda-Urundi

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Commission des Nations Unies pour Ruanda-Urundi

Nom de la mission internationale: Commission des Nations Unies pour Ruanda-Urundi (UNCRU)

Mandat de l'opération: Nations Unies

Région géographique: Afrique

Lieu: Rwanda et Urundi

Date: 23 février 1962 - 26 mai 1962

Mandat de la mission:

La commission était chargée:

Notes sur la mission ou l'opération:

Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, le Ruanda-Urundi se trouvait sous la tutelle de la Belgique, à laquelle la Société des Nations avait confié l'administration des anciennes colonies allemandes. Ce mandat a été confirmé en 1946 par le Régime international de tutelle des Nations Unies. Vers la fin des années 50, lorsque les colonies africaines ont commencé à accéder à l'indépendance, des pressions croissantes ont été exercées sur les nations européennes afin qu'il en soit de même pour les colonies placées sous leur tutelle. En novembre 1959, des troubles ont commencé à survenir entre les Hutus et les Tutsis, au Ruanda. Parallèlement, la Belgique a annoncé sa politique devant mener à la dissolution de sa tutelle.

Après qu'une Commission des Nations Unies pour le Ruanda-Urundi composée de trois personnes a eu présenté à l'Assemblée générale son rapport sur les conditions dans les territoires en tutelle en juin 1962, l'Assemblée générale a créé une Commission des Nations Unies pour le Ruanda-Urundi de cinq personnes pour superviser la passation des pouvoirs de la Belgique aux deux nouvelles nations. Afin d'aider la Commission, on a demandé à des experts techniques de fournir des conseils relativement aux questions économiques, financières, judiciaires, policières et militaires. La Commission a présenté son rapport le 26 mai 1962, après quoi elle a été dissoute.

Le Canada a fourni de l’assistance spécialisée à la Commission dans les domaines policier et militaire. Deux officiers de la GRC ont évalué les capacités des forces policières au Ruanda et en Urundi et un officier de l’Armée canadienne a donné des conseils sur les forces militaires locales et sur le retrait prévu des forces belges. Le major canadien a été prêté par l'Organisation des Nations Unies au Congo le 23 mars. Une fois le mandat de la Commission terminé, ce major est demeuré au Ruanda-Urundi afin de travailler pour le compte du Représentant spécial du Secrétaire général.

Haut de la page