Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) LONG HAUL

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

LONG HAUL
REC681277, 14 août 1968, BFC Rockliffe. Bombardier
Liberator en vol. Avion présenté au Canada par l’Inde.

Information internationale

Nom de l'opération internationale: RÉCUPÉRATION DU LIBERATOR

Nom de la mission internationale: RÉCUPÉRATION DU LIBERATOR

Mandant: Gouvernement du Canada

Région géographique: Asie

Lieu: Inde

Date: 27 mai 1968 - 16 juin 1968

Notes sur la mission:

Lors de la Seconde Guerre mondiale, l’Aviation royale du Canada utilisait le Consolidated B-24 Liberator comme avion de patrouille maritime, comme fret long-courrier et comme transport VIP. Le Canada ne conserva aucun de ces avions une fois les combats terminés.

Le Liberator que possède maintenant le Musée de l’aviation du Canada fut utilisé par le Southeast Asia Command pendant la Seconde Guerre mondiale. L’avion fut abandonné vers la fin de la guerre, mais la Indian Air Force l’a restauré et utilisé pour les patrouilles maritimes. Le Musée national de l’aviation (maintenant le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada) l’échangea contre un Westland Lysander restauré par du personnel militaire à Winnipeg lors des célébrations du Centenaire du Canada.

Le 27 mai 1968 lors d’une cérémonie à New-Delhi, le Liberator fut remis au Musée national de l’aviation. Le 14 juin, l’avion fut transporté en Europe par l'ARC et ensuite escorté pour la traversée de l’Atlantique par le 405e escadron. Sans équipement de dégivrage ou radar, et muni d’équipements de navigation limités, le Liberator avait besoin d'une escorte. Le voyage fut fécond en événements : une partie de la tourelle avant se brisa et fendit le pare-brise du pilote et le moteur numéro quatre refusa de fonctionner à pleine puissance, ce qui obligea un détour par Keflavik.

Le Liberator arriva à Trenton le 16 juin et le No. 6 Repair Depot entreprit sa remise en état.