Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) Pakistan – évacuation en 1971

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Opération Pakistan – évacuation en 1971

Nom de la mission internationale: Opération Pakistan – évacuation en 1971

Mandat: Gouvernement du Canada

Région géographique: Asie

Lieu: Pakistan

Date: 7 décembre 1971 - 13 décembre 1971

Mandat: Évacuer les ressortissants canadiens et étrangers des parties orientale et occidentale du Pakistan à la suite de la guerre indo-pakistanaise.

Notes sur la mission :

Les tensions entre l’Inde et le Pakistan se sont aggravées en 1971 à cause de l’appui accordé par l’Inde aux Bengalis qui luttaient pour leur indépendance dans la province du Pakistan oriental, maintenant appelé Bangladesh. Les escarmouches se sont amplifiées jusqu’au 3 décembre, date à laquelle le Pakistan a lancé un assaut coordonné contre les bases aériennes dans l’Ouest de l’Inde. Cette attaque a entraîné une guerre ouverte qui a duré jusqu’à la proclamation d’un cessez-le-feu le 16 décembre.

Le 7 décembre, le Premier ministre canadien a autorisé les Forces canadiennes à évacuer du Pakistan à la fois les citoyens canadiens et les ressortissants étrangers. Le premier geste en ce sens a été l’envoi d’un appareil Boeing CC137 du 437e Escadron, qui a quitté la BFC Trenton tôt le 8 décembre pour se rendre à Karachi, puis à Islamabad au Pakistan occidental, via Téhéran. Après avoir obtenu les autorisations nécessaires de l’Inde et du Pakistan, l’avion est parvenu à Karachi le 10 décembre et, même s’il n’y avait « officiellement » de place que pour 212 passagers, il a pu ramener à Téhéran 234 évacués. (On avait demandé aux adultes d’asseoir les enfants sur leurs genoux.) Puis, l’avion s’est rendu à Islamabad le 12 décembre pour y prendre 215 autres évacués, qui eux aussi ont été amenés à Téhéran. À la demande des Nations Unies, on a aussi dérouté un avion CC130 Hercules du 436e Escadron qui se trouvait déjà à Bangkok à l’occasion d’un vol d’entraînement autour du globe, afin d’évacuer du Pakistan oriental le personnel de l’ONU et les ressortissants étrangers. En dépit des garanties reçues relativement à la sécurité du déplacement, le 6 décembre, l’appareil a dû rebrousser chemin alors qu’il se trouvait à 10 minutes à peine de Dacca, parce que l’aéroport avait été attaqué moins d’une heure auparavant et ne pouvait plus accueillir d’avions. Une autre tentative le 7 décembre a échoué à cause de tirs antiaériens dans le secteur.

Le 11 décembre, l’avion Hercules est allé à Calcutta, en Inde, y demeurant jusqu’à ce que les autorités indiennes et pakistanaises lui accordent en principe la permission de se rendre à Dacca. Toutefois, quand le pilote a communiqué avec la tour de contrôle de Dacca, on l’a averti que son appareil serait abattu s’il tentait d’y atterrir. L’avion est donc retourné à Calcutta, puis à Bangkok plus tard dans la journée, avant de reprendre sa mission originale deux jours plus tard.