Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) Commission des Nations Unies pour l'Inde et le Pakistan

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

Commission des Nations Unies pour l'Inde et le Pakistan

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Commission des Nations Unies pour l'Inde et le Pakistan

Nom de la mission internationale: Commission des Nations Unies pour l'Inde et le Pakistan (UNCIP)

Mandat de l'opération: Nations Unies

Région géographique: Asie

Lieu: India et Pakistan

Date: 20 janvier 1948 - 1 juillet 1950

Mandat de la mission :

La Commission des Nations Unies pour l’Inde et le Pakistan a été mise sur pied pour aider l’Inde et le Pakistan à parvenir à un accord concernant l’État disputé du Jammu-et-Cachemire et, après l’éclatement des combats, à négocier un cessez le feu.

tes sur la mission ou l'opération :

Quand la vice-royauté (et ancienne colonie) des Indes a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne en août 1947, elle a été divisée en deux nouveaux pays, l’Inde et le Pakistan; le premier avait une population à majorité hindoue, et le second, à majorité musulmane. Selon les règles de partition, les 562 États princiers autonomes, dont celui du Jammu-et-Cachemire (connu sous le nom de Cachemire), avaient le choix de se joindre soit à l’Inde, soit au Pakistan, choix dicté habituellement par la religion dominante. Toutefois, même si les trois quarts des habitants du Cachemire étaient musulmans, le maharaja, lui, était hindou; or, ses tergiversations pour choisir entre l’adhésion à l’Inde ou au Pakistan ont provoqué des troubles sectaires internes, alors que des musulmans de l’ethnie pachtoune ont envahi le Cachemire à partir du territoire du futur Pakistan. Le 22 octobre 1947, l’armée indienne a fini par intervenir pour contrer la progression pachtoune, intervention qui par ricochet a entraîné l’armée pakistanaise dans le conflit.

Le 31 décembre 1947, l’Inde a demandé aux Nations Unies d’intervenir. Le 20 janvier 1948, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 39 instituant la Commission des Nations Unies pour l’Inde et le Pakistan (CNUIP), mais les deux parties s’étant opposées à la composition prévue, il a fallu proposer une deuxième résolution (47). Celle ci, approuvée par le Conseil de sécurité le 21 avril, a obtenu l’assentiment des deux parties, si bien que les premiers membres de la Commission ont pu arriver dans la région le 7 juillet. Le 13 août, la Commission avait proposé un processus visant à mettre en œuvre et à faire respecter un cessez le feu, proposition qui a finalement été acceptée et mise en œuvre par l’Inde et le Pakistan le 1er janvier 1949. Les 7 premiers observateurs sont arrivés 3 semaines plus tard, tandis que la plupart des autres membres du personnel de la CUNIP, dont l’effectif devait atteindre 34 membres à son point culminant, étaient rendus sur place à la fin de février.

Cette mission, la toute première de l’ONU, avait été menée avec le consentement des deux camps, suivant des principes stricts d’impartialité et de non ingérence. La tâche des membres de la CNUIP consistait à observer et signaler les actions des armées indiennes et pakistanaises, sans toutefois s’interposer entre elles pour prévenir activement les affrontements; ainsi, la Commission a contribué à fixer avec précision la ligne de cessez le feu le long de l’ensemble de la frontière indo pakistanaise. Le 18 juillet 1949, l’accord de Karachi a décrété que la ligne de cessez le feu deviendrait la ligne de contrôle; en outre, la CNUIP pourrait poster le nombre d’observateurs jugé nécessaire pour observer la situation et faire rapport, de même qu’enquêter sur les prétendues violations en collaboration avec les commandants pakistanais et indiens locaux.

Le 14 mars 1950, étant donné que le cessez le feu était respecté le long de la ligne de contrôle, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 90, qui mettait un terme à la mission de la CNUIP et qui désignait en remplacement un représentant spécial de l’ONU chargé d’aider les deux pays à démilitariser le Cachemire en vue de résoudre sur une base permanente ce litige territorial. En effet, les deux camps continuaient à se disputer la possession du territoire au delà de la ligne de contrôle. Mais les observateurs allaient demeurer sur place, à présent au sein d’une organisation indépendante, le Groupe d’observateurs militaires des Nations Unies pour l’Inde et le Pakistan (UNMOGIP).

Le 10 décembre 1948, le gouvernement canadien a accédé à la demande de l’ONU de fournir une contribution à la CNUIP; quatre représentants canadiens ont alors été envoyés au Cachemire en février 1949. Cette contribution est passée à huit membres en juin, après quoi tous les Canadiens ont été mutés à l’UNMOGIP une fois celui ci créé. Le Brigadier canadien H.H. Angle a été nommé observateur militaire en chef de la CNUIP en novembre 1949, poste qu’il occupait encore au moment de son décès dans un accident d’avion au Cachemire le 17 juillet 1950.

Haut de la page