Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) CADENCE

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

CADENCE

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Groupe multinational d'observateurs en République dominicaine

Nom de la mission internationale: Groupe multinational d’observateurs en République dominicaine (GMORD)

Mandat de l'opération: Nations Unies

Région géographique: Amérique centrale

Lieu: République dominicaine

Date: 1 septembre 1994 - 30 septembre 1994

Mandat de la mission :

Surveiller la frontière entre la République dominicaine et Haïti et conseiller le gouvernement dominicain relativement à l’application de l’embargo des Nations unies contre le gouvernement haïtien.

D'après la résolution 917 (1994) du Conseil de sécurité des Nations unies.

Historique de la mission:

En septembre 1991, le gouvernement démocratiquement élu de Jean Bertrand Aristide a été renversé par un coup d’état militaire. L'ONU a ordonné un embargo sur le pétrole et les armes contre Haïti en juin 1993. Un mois plus tard, les dirigeants politiques et militaires haïtiens ont conclu l’Accord de l'Île des Gouverneurs, qui annonçait la restauration de l’état de droit. Le président Aristide devait rentrer en Haïti au plus tard le 30 octobre 1993 et les dirigeants de la force militaire haïtienne devaient renoncer à toute intervention politique. L’Accord prévoyait aussi que l’ONU aiderait à moderniser les forces armées et à établir une nouvelle force policière en Haïti. Le 23 septembre 1993, le Conseil de sécurité de l’ONU a donc autorisé la mise sur pied et le déploiement de la Mission des Nations Unies en Haïti (MINUHA).

Lorsque le gouvernement militaire a empêché les membres de la MINUHA de débarquer, l’ONU a accru les sanctions contre le régime militaire haïtien.

Des navires des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni, de la France, de l’Argentine et des Pays-Bas ont été déployés dans les eaux haïtiennes dans le cadre de l’opération multinationale d’interdiction maritime afin de surveiller et d’appliquer les sanctions de l’ONU. Le mandat de l’opération FORWARD ACTION était de s’assurer que les marchandises à destination d’Haïti ne violaient pas les sanctions de l’ONU. De plus, on a formé le Groupe multinational d’observateurs en République dominicaine (GMORD) pour superviser l’embargo à la frontière entre la République dominicaine et Haïti. Des militaires du Canada, des États-Unis et de l’Argentine ont participé à cette opération.

Haut de la page


Renseignements de l'opération des FC (CADENCE)

Nom: CADENCE

En mai 1994, dans le cadre de l’opération CADENCE, le premier officier hispanophone des Forces canadiennes a été dépêché pour une courte durée auprès de l’équipe de reconnaissance du GMORD. En août, on a envoyé un autre officier, rejoint ensuite par 14 autres membres des FC au début de septembre. Entre autres responsabilités, ils devaient surveiller la frontière et rendre compte de la circulation entre les deux pays.

Le 31 juillet 1994, agissant en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 940 autorisant la formation d’une force multinationale qui devait « prendre tous les moyens nécessaires » pour appliquer l’Accord de l'Île des Gouverneurs. On prévoyait aussi le déploiement de 6 000 personnes dans le cadre d’une MINUHA élargie, qui remplacerait la force multinationale, une fois un climat de tolérance établi.

À la fin de septembre 1994, grâce à la force multinationale dirigée par les Américains qui surveillait l’embargo de l’intérieur d’Haïti, la présence du GMORD n’était plus nécessaire. Les Canadiens ont reçu leur ordre de redéploiement à la fin du mois, ce qui a mis fin à l’opération CADENCE.

Haut de la page