Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) FORWARD ACTION

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

FORWARD ACTION

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Force multinationale

Nom de la mission internationale: Force multinationale (MNF)

Mandat de l'opération: Nations Unies

Région géographique: Amérique centrale

Lieu: Haïti

Date: 16 octobre 1993 - 29 septembre 1994

Mandat de la mission:

Conseil de sécurité des Nations unies, résolution 841 du 16 juin 1993 (chapitre VII); Conseil de sécurité des Nations unies, résolution 873 du 13 octobre 1993 (chapitre VII); Conseil de sécurité des Nations unies, résolution 875 du 16 octobre 1993 (chapitres VII et VIII) Conseil de sécurité des Nations Unies, résolution 940 du 31 juillet 1994 (chapitre VII)

En septembre 1991, le président d’Haïti, M. Jean-Bertrand Aristide, a été renversé par un coup d’État militaire. En décembre 1992, le Secrétaire général des Nations Unies a nommé M. Dante Caputo, de l’Argentine, comme envoyé spécial en Haïti, afin de trouver une solution pacifique à la crise qui a suivi le coup d’État contre le président et a entraîné l’imposition d’un embargo contre le pays par l’Organisation des États américains. Aux termes de la résolution 841 (16 juin 1993), le Conseil de sécurité des Nations Unies a décidé qu’il imposerait des sanctions additionnelles si les négociations n’aboutissaient pas. M. Caputo ayant réussi à négocier l’Accord de l’Île des Gouverneurs et le Pacte de New York, les sanctions ont été suspendues le 23 septembre 1993. Le Conseil de sécurité a autorisé la mise sur pied de la Mission des Nations Unies en Haïti (MINUHA) et son envoi immédiat pour une période de six mois.

Une équipe de reconnaissance de la MINUHA a été rapidement déployée à Port-au-Prince et a réussi à atterrir sans rencontrer de résistance. Cependant, lorsque le USS Harlan County (qui transportait du personnel militaire des Nations Unies) est arrivé à Port-au-Prince le 11 octobre 1993, des civils armés (« des attachés ») ont empêché le navire d’accoster. Face au refus du régime militaire d’Haïti de respecter l’Accord de l’Île des Gouverneurs, le Conseil de sécurité des Nations Unies a appliqué la résolution 841 et imposé en octobre 1993 un embargo sur le pétrole et les armes à Haïti. La résolution 873 (13 octobre 1993) a imposé à nouveau l’embargo et a gelé les avoirs étrangers d’Haïti, tandis que la résolution 875 (16 octobre 1993) a permis aux États membres d’intervenir par l’intermédiaire de leurs organismes régionaux (Chapitre VIII).

Des navires de guerre de plusieurs pays, notamment de l’Argentine, du Canada, de la France, des Pays-Bas et des États-Unis, se sont rendus dans la région pour former une force multinationale sous la direction des États-Unis et imposer l’embargo. La United States Navy a fourni le plus gros des forces, soit six navires de guerre relevant de l’opération Support Democracy. Cette flotte comprenait deux croiseurs de classe Ticonderoga, un croiseur de classe Belknap, un destroyer de classe Spruance et deux frégates de classe Oliver Hazard Perry. Comme la situation en Haïti ne s’améliorait pas, le Conseil de sécurité, aux termes de la résolution 940 (31 juillet 1994), a autorisé la force multinationale à prendre toutes les mesures nécessaires afin d’assurer le retour du président Aristide et de créer un environnement qui permettrait à la MINUHA de prendre le relais et de restaurer la démocratie à Haïti.

Le 19 septembre 1994, agissant en vertu de la résolution 940, les principaux éléments de la force multinationale regroupant des membres de 28 pays ont débarqué à Haïti sans rencontrer de résistance. Le président Aristide est ensuite retourné à Haïti et a repris ses fonctions de président après trois ans d’exil. Le 29 septembre 1994, à 7 h 30, tous les navires chargés de faire respecter l’embargo ont reçu l’ordre suivant : « Les opérations d’interdiction maritime sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. Ne pas effectuer d’arraisonnements ni d’abordages. » On a ensuite mis fin à toutes les opérations.

Haut de la page


Renseignements de l'opération des FC (FORWARD ACTION)

Nom: FORWARD ACTION

Date: 18 octobre 1993 - 29 septembre 1994

Enoncé de mission de la Force opérationnelle canadienne:

Mener une opération multinationale pour appliquer les sanctions prises contre Haïti aux termes de la résolution 841 adoptée le 16 juin 1993 par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Historique de la mission:

Le Canada a participé à l’opération Forward Action pendant toute la durée de l’embargo. Les NCSM Gatineau, Fraser et Preserver ont initialement été envoyés et ont commencé les opérations le 18 octobre 1993, à minuit. Ces navires ont été remplacés par les NCSM Provider (du 17 décembre 1993 au 14 janvier 1994), Fraser (du 14 janvier 1994 au 25 mars 1994), Annapolis (du 25 mars 1994 au 21 avril 1994), Ville de Québec (du 22 avril 1994 au 28 avril 1994), Terra Nova (du 28 avril 1994 au 13 juillet 1994), Kootenay (du 13 juillet 1994 au 13 septembre 1994) et Terra Nova (du 13 septembre 1994 au 29 septembre 1994).

Opérant dans la zone de Jérémie, au large de la péninsule sud-ouest de l’île Hispaniola, les navires canadiens ont effectué 9 424 interpellations et 1 388 arraisonnements armés et ont empêché 119 navires d’approvisionner Haïti.