Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) HORATIO

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

HORATIO
14 septembre 2008
Tiburon (Haïti)
Photo : Cplc Eduardo
Mora Pineda
Services d’imagerie de la
formation, Halifax

Des membres de la collectivité de
Tiburon, en Haïti, observent avec
curiosité l’atterrissage de
l’hélicoptère Sea King
transportant les sacs de riz.

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Opération HORATIO

Nom de la mission internationale: Opération HORATIO

Organisme responsable: Gouvernement du Canada

Région géographique: Amérique centrale

Lieu: Haïti

Date: 12 septembre 2008 - 26 septembre 2008

Mandat: fournir de l’aide humanitaire à Haïti

Détails:

À la fin de l’été 2008, Haïti a été frappé par quatre ouragans successifs : Fay, Gustav, Hanna et Ike. En raison des forts vents et des pluies diluviennes, au moins 550 personnes sont mortes et une grande partie de l’infrastructure déjà fragile d’Haïti a été endommagée ou détruite. Jusqu’à 800 000 personnes, soit 10 p. 100 de la population, avaient besoin d’aide.

En réaction à cette catastrophe pour l’humanité, le gouvernement du Canada a autorisé les Forces canadiennes à fournir de l’assistance. Un ordre d’avertissement a été émis le 10 septembre, indiquant à diverses unités des FC qu’elles pourraient être appelées à apporter de l’aide en Haïti. À la demande du Premier ministre d’Haïti et du Programme alimentaire mondial (PAM), les FC ont été chargées de livrer des secours dans la partie sud du pays. Le NCSM ST. JOHN’S, déjà déployé dans les Caraïbes dans le cadre d’une opération antidrogue, a été réaffecté dans la région. Un ordre d’opération émis le 17 septembre a donné le nom d’opération Horatio à la mission.

L’Équipe d’intervention en cas de catastrophe (EICC) a été mise en attente tandis qu’une équipe de reconnaissance a été déployée dans l’île le 9 septembre afin de déterminer si l’EICC pourrait être utile. Du personnel du Quartier général interarmées à Kingston, soutenu par quatre officiers canadiens qui se trouvaient en Haïti dans le cadre de l’opération Hamlet (à l’appui de la MINUSTAH de l’ONU), a aidé à coordonner les initiatives au sol avec d’autres ministères du gouvernement canadien, le gouvernement d’Haïti et le PAM. Parallèlement, des ingénieurs militaires travaillant à un projet de reconstruction en Jamaïque ont été réaffectés en Haïti, où au moins six ponts avaient été détruits.

Pendant son séjour en Haïti, le NCSM ST. JOHN’S devait charger des fournitures à Port-au-Prince, puis se rendre dans la péninsule sud du pays. Le premier chargement de 95,3 tonnes a été embarqué manuellement, des marins et des résidants de l’endroit se tenant côte à côte et faisant passer les sacs de nourriture le long du quai jusqu’au navire. Il y avait des piles de sacs sur le pont du hangar et dans les passages couverts, et en fait dans presque toutes les sections accessibles. Plus tard, des grues ont été utilisées pour le rechargement. Une fois rendu à destination, le navire jetterait l’ancre au large, tandis qu’un Sea King embarqué s’occuperait de transporter les approvisionnements à terre. Le Sea King s’est révélé très utile, car il a permis d’atteindre des collectivités qui ne pouvaient l’être autrement, tout en transportant plus de 300 chargements de fret. À la fin de l’opération, le ST. JOHN’S avait effectué quatre voyages aller-retour et livré plus de 467 tonnes métriques de riz, de semoule de maïs et de soya, d’eau embouteillée, de comprimés pour purifier l’eau et d’autres approvisionnements de secours à 9 collectivités au cours d’une période de 13 jours.

Le 25 septembre, le PAM a indiqué qu’il disposait d’une capacité de transport maritime suffisante et d’assez d’hélicoptères pour prendre la relève de la mission canadienne. Le NCSM ST. JOHN ainsi que le personnel et les unités participantes ont pris le chemin du retour le lendemain.