Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) Guatemala 1954

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

Guatemala 1954

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Guatemala 1954

Nom de la mission internationale: Guatemala 1954

Mandat de l'opération: Gouvernement du Canada

Région géographique: Amérique centrale

Lieu: Guatemala

Date: 28 juin 1954 - 5 juillet 1954

Mandat de la mission: Évacuer les Canadiens du Guatemala dès réception d’un ordre à cet effet.

Notes sur la mission ou l'opération:

En 1951, Jacobo Arbenz a été élu président du Guatemala en remportant une majorité écrasante des votes. Arbenz a mis en place un régime progressiste permettant la présence de syndicats et a restauré un grand nombre des anciens partis politiques, notamment le Parti communiste. Il a également favorisé activement l’indépendance du pays et a appuyé les paysans en redistribuant les terres. L’une des entreprises touchées par cette mesure était la United Fruit Company, d’origine américaine, qui détenait le quasi-monopole de la production de fruits au Guatemala, possédait de larges bandes des meilleures terres, avait des intérêts dans les chemins de fer et l’électricité et contrôlait le seul port du pays donnant sur l’Atlantique. La United Fruit a fait pression sur le régime Eisenhower pour écarter Arbenz du pouvoir. Le fait qu’Arbenz avait acheté des armes de conception soviétique de la Tchécoslovaquie portait les décideurs américains à croire qu’il avait des tendances communistes, ce qui renforçait leur position. Par conséquent, la Central Intelligence Agency (CIA) a lancé l’opération PBFortune.

La planification de l’opération avait été entamée en 1951. Cependant, ce n’est qu’en décembre 1953 que le plan a été mis à exécution. En mai 1954, la Marine américaine a entrepris des opérations au large du Honduras avec un groupe de débarquement de bataillon du Corps des Marines, en prétextant qu’elle voulait protéger le Honduras d’une éventuelle invasion de la part du Guatemala. Le 18 juin, les forces du Colonel Carlos Castillo Armas, un officier guatémaltèque en exil choisi par la CIA pour mener une insurrection, a envahi le Guatemala à partir d’El Salvador et du Honduras. Les quelque 480 guérilleros, mal équipés et mal entraînés, n’étaient pas de taille à affronter les 5 000 membres de l’armée guatémaltèque. Battus à plate couture, les insurgés étaient sur le point de céder lorsque, le 27 juin, Arbenz a démissionné. Ayant reçu des rapports indiquant que les Marines américains débarquaient au Honduras en vue d’envahir le Guatemala et craignant que ses propres officiers ne se joignent à Armas, Arbenz avait décidé de démissionner et de s’exiler. Dans les 11 jours suivant sa démission, 5 juntes militaires se sont succédé au palais présidentiel. Le Guatemala, où la démocratie venait à peine de naître, a commencé à s’enliser dans une dictature militaire ne respectant pas les droits de la personne et menant une guerre anti-insurrectionnelle qui allait faire plus de 140 000 morts.

Haut de la page


Renseignements de l'opération des FC (Guatemala 1954)

Historique de la mission:

Étant donné l’instabilité politique entraînée par la démission d’Arbenz et la crainte que les combats ne commencent dans les principales villes, le ministère des Affaires étrangères a demandé à l’ARC, le 28 juin 1954, de mettre un avion en attente au cas où il serait décidé d’évacuer les Canadiens du Guatemala. Toute initiative en ce sens aurait été entreprise en collaboration avec les États-Unis et aurait débuté en même temps que l’évacuation des Américains. Les plans de contingence sont demeurés en place jusqu’au 5 juillet, date à laquelle les Affaires étrangères ont déclaré qu’il pouvait être abandonné. Les dossiers n’indiquent pas quel escadron avait été chargé de l’éventuelle évacuation. Toutefois, c’est fort probablement au 426e Escadron que cette tâche avait été confiée étant donné son rôle et les appareils qu’il utilisait.

Haut de la page