Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) Jamaïque 1988

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

Jamaïque 1988

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Jamaïque 1988

Nom de la mission internationale: Jamaïque 1988

Mandat de l'opération: Gouvernement du Canada

Région géographique: Amérique centrale

Lieu: Jamaïque

Date: 14 septembre 1988 - 15 octobre 1988

Haut de la page


Renseignements de l'opération des FC (Jamaïque 1988)

Enoncé de mission de la Force opérationnelle canadienne:

Livrer de l’aide humanitaire en Jamaïque et aider à la reconstruction à la suite de l’ouragan Gilbert.

Historique de la mission:

Le 12 septembre, l'un des ouragans les plus violents que l’Atlantique ait connus a balayé l’île de la Jamaïque sur toute sa longueur. L’ouragan Gilbert, dont les vents atteignaient les 200 km/h (catégorie 3) au moment où il a frappé l’île, a causé des dégâts considérables dans la capitale, Kingston. Il s’est transformé en ouragan de catégorie 5 en poursuivant sa course vers les îles Caïmans, puis vers la presqu’île du Yucatan.

En Jamaïque, l’ouragan a arraché la toiture de bâtiments, endommagé des infrastructures essentielles comme les hôpitaux et les systèmes d’approvisionnement en eau et en électricité et fait au moins 500 000 sans-abri (près d’un quart de la population). La puissance de l’ouragan était telle qu’il a soulevé des bateaux de pêche et les a déposés à plusieurs kilomètres à l’intérieur des terres. La Croix-Rouge internationale a lancé un appel afin de recueillir de la nourriture, des couvertures, des articles de literie, ainsi que des feuilles de plastique et de la tôle pour la construction d’abris temporaires.

Par l'entremise de la Croix-Rouge canadienne, le Canada a fourni plus de 16 000 couvertures, 12 000 draps et 418 rouleaux de plastique. Un premier Hercules a quitté la Base des Forces canadiennes (BFC) Trenton dans les deux jours suivant l’ouragan. D’autres Hercules ont suivi, ainsi qu’un C-5 Galaxy de la United States Air Force (USAF). Les vols ont permis d’apporter des vivres, des vêtements et même des camions de réparation des installations électriques.

Les premiers membres des Forces canadiennes arrivés sur le terrain ont évalué les dommages et dressé une liste de l’aide nécessaire. Les ingénieurs militaires de la 1re Unité du Génie construction ont été chargés de reconstruire les systèmes d’approvisionnement en eau et en électricité du centre de l’île. Avant tout, il a fallu enlever les arbres morts tombés sur les routes et les lignes électriques.

Le personnel du 2e Régiment du génie, aidé d’autres spécialistes, a entrepris la restauration du système d’aqueduc. Un groupe déployé dans le village de Duckenfield Hall à l’extrémité est de l’île a ajouté du chlore à l’eau des puits avant de la distribuer par camion aux villages avoisinants. La seconde équipe est allée à Black River, à l’extrémité ouest de l’île, a puisé de l’eau d’une rivière, l’a purifiée, puis distribuée.

L’équipe mobile de réparation (EMR) de la BFC Trenton a également participé à la reconstruction. à la demande de l’Agence canadienne de développement international, elle a fourni une génératrice à une laiterie de l’île afin qu’elle puisse fournir du lait frais pasteurisé. L’équipe a également réparé et remplacé des puits, de l’équipement de réfrigération et des lignes électriques de diverses fermes. Elle a même rassemblé le bétail égaré et l’a enfermé dans des enclos.

Au moins 30 membres des Forces canadiennes ont contribué à la reconstruction de l’infrastructure de l’île, tandis que des membres du 436e Escadron ont participé au transport par avion des fournitures. L’essentiel du travail des Forces canadiennes a duré jusqu’au début octobre, et le dernier militaire a quitté le pays à la mi-octobre.