Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) BOREAS

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

BOREAS
Le 11 novembre 2008
SARAJEVO, BOSNIE-HERZÉGOVINE

Le major Paul Richer, un officier du
service des communications travaillant
à Sarajevo, Bosnie-Herzégovine, place un
coquelicot au pied du monument canadien en
hommage au caporal-chef (cplc) Langevin
et au caporal (cpl) David Galvin au cours
d’une visite le 11 novembre 2008. Le cplc
Langevin du 12e Régiment blindé du Canada
(12e RBC) et le cpl Galvin, un réserviste du
Sherbrooke Hussars, attaché au 12e RBC, ont
perdu la vie à Zenica, Bosnie, le 29 novembre
1993 lors d’un accident de véhicule au cours
de leur service avec la Force de protection
des Nations Unies (FORPRONU).

On retrouve huit membres des FC qui
continuent de servir en mission avec
l’Opération BRONZE. Ils servent à
différentes positions d’état-major
pour les opérations de maintien de la
paix dans les Balkans. Depuis 1992,
plus de 40 000 canadiens ont servi
dans la péninsule Balkanique et
plus de 23 y ont perdu la vie
lors de leur service à cet endroit.

Photo : Caporal-chef Robert Bottrill,
Caméra de combat des Forces
canadiennes

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Opération ALTHEA

Nom de la mission internationale: FORCE DE L’UNION EUROPÉENNE EN BOSNIE-HERZÉGOVINE (EUFOR)

Organisme responsable: Union européenne

Région géographique: Europe

Lieu: Bosnie-Herzégovine

Date: 2 décembre 2004 - En cours

Opération canadienne:
Opération BOREAS - Du 9 février 2005 au 31 mars 2007

Notes sur la mission:

La Force de stabilisation (SFOR) de l’OTAN a réussi à soutenir la mise en œuvre de l’Accord-cadre général pour la paix en Bosnie-Herzégovine (Accord de Dayton) et à atténuer les tensions dans ce pays. Au fil des ans, l’effectif initial de la Force, qui s'élevait à 32 000 militaires, a été réduit pour s'établir à 7 000 militaires en juin 2004. Cependant, après une présence de huit ans dans le pays, l’OTAN a fini par considérer que sa présence n’était plus nécessaire et qu’une autre organisation devrait prendre la relève.

En 2003, dans la Déclaration de Thessalonique, l’Union européenne (UE) a rappelé que les Balkans occidentaux étaient d’une importance critique pour l’UE. Cette dernière a donc consenti à déployer une force. Après une période de transition, le 2 décembre 2004, la Force de l’Union européenne en Bosnie-Herzégovine (EUFOR) a pris entièrement la relève. Cette nouvelle force a été baptisée opération Althea. Elle a obtenu l’aval du Conseil de sécurité des Nations Unies en vertu de la résolution 1575 (2004) du 22 novembre 2004.

L’EUFOR a pour mission de faire appliquer l’Accord de Dayton et de contribuer au maintien de la sécurité et de la sûreté en Bosnie. En outre, elle assure le soutien du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie. Ces activités sont menées en collaboration avec des agences nationales et des organismes internationaux tels que l’OTAN.

Même avant que l’EUFOR ne prenne la relève, les forces de l’UE menaient des opérations en Bosnie. Du 16 novembre au 20 décembre, les troupes de l’EUFOR ont participé à l’opération Harvest, une initiative de collecte des armes à Mostar et dans les environs. A suivi en janvier 2005 l’opération Spring Clean, dont le mandat était de détecter et de déstabiliser le crime organisé et la corruption. Une opération semblable, à l'appui de la mission de l’EUFOR, s’est poursuivie en 2005 et jusqu’en 2007.

Au départ, l’opération Althea comptait sur un effectif de 7 000 soldats, nombre réduit à 2 500 en août 2007. Malgré le nom de l’opération, plus de 10 pays non membres de l’UE ont fourni des forces, tout comme au moins 24 pays membres.

La participation du Canada à l’opération Althea était une extension de la SFOR. En raison du changement intervenu dans l’organisation, cette participation a été rebaptisée opération Bronze. Quatre-vingt-cinq soldats sont passés de la SFOR à l’EUFOR. Le 9 février 2005, l’opération Bronze a été fractionnée en deux opérations distinctes. L’opération Bronze pour les militaires affectés au quartier général de l’OTAN à Sarajevo et l’opération Boreas pour ceux qui servaient sous l’égide de l’EUFOR.

Les 69 militaires de l’opération Bronze opéraient avec les équipes d’observation et de liaison à Bihac, au sein de la Force opérationnelle multinationale (Nord-Ouest), dans une équipe de renseignement sur le terrain, dans une cellule de soutien national à Banja Luka et dans un détachement des mouvements à Zagreb, en Croatie. À Bihac, les Canadiens affectés aux équipes d’observation et de liaison avaient la responsabilité de surveiller 35 localités. En collaboration avec des interprètes locaux, ils visitaient les collectivités pour avoir une idée de ce qui se passait dans la région.

Cependant, le gouvernement du Canada a manifesté l’intention de réduire son engagement envers l’EUFOR dès qu’un autre pays serait en mesure de prendre la relève des Forces canadiennes. Au moment de la deuxième rotation de l’opération Boreas, en septembre 2005, la mission a été réduite à 11 militaires affectés uniquement aux équipes d’observation et de liaison à Bihac. Par la suite, en juillet 2006, l’effectif a été réduit à 9 militaires. L’opération Boreas s’est terminée le 31 mars 2007.