Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) Determined Force de l'OTAN

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

Determined Force de l'OTAN

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Determined Force de l'OTAN

Nom de la mission internationale: Determined Force de l'OTAN

Organisme responsable:
Résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies, no 1199, 23 septembre 1998 (chapitre VII)
Autorisation du Conseil de l’Atlantique Nord, 13 octobre 1998

Région géographique: Europe

Lieu: Ancienne Yugoslavie

Date: 13 octobre 1998 - 23 mars 1999

Mandat de la mission:

Le 23 septembre 1998, le Conseil de sécurité des Nations Unies adopte la Résolution 1199, en vertu du chapitre VII, pour mettre fin à la violence au Kosovo. Le 13 octobre, le Conseil de l’Atlantique Nord autorise le déclenchement de l’Opération Determined Force (ODF) pour appuyer la résolution. Le mandat de l’ODF est de manifester fermement le soutien de l’OTAN envers les résolutions de l’ONU relativement au Kosovo, de mettre en application l’interdiction de voler au dessus de la Bosnie et de prévoir des frappes aériennes limitées contre la République fédérale de Yougoslavie.

Notes sur la mission ou l'opération :

En 1998, au cours du démantèlement de l’ancienne Yougoslavie, la tension s’accentue entre les citoyens d’origine albanaise du Kosovo et les forces de sécurité yougoslaves. L’Armée de libération du Kosovo (UCK) entreprend une campagne de guérilla contre les forces yougoslaves alors que ces dernières répriment violemment les manifestations pacifiques et se livrent à l’intimidation de civils. Le Conseil de sécurité adopte la Résolution 1160 pour que cessent les hostilités et pour mettre en place un processus politique de règlement du conflit.

Ne respectant pas la résolution, les Forces yougoslaves et l’UCK augmentent la violence d’agression. Le 23 septembre, le Conseil de sécurité adopte la Résolution 1199, exigeant de nouveau que toutes les parties cessent les hostilités et menaçant de prendre d’autres mesures si la stabilité n’est pas rétablie. Le 13 octobre, le Conseil de l’Atlantique Nord lance l’Opération Determined Force.

L’Opération Determined Force est menée par étapes : l’OTAN tente d’abord de manifester sa volonté ferme de faire appliquer les résolutions du Conseil de sécurité et de mettre fin à la violence. Des frappes aériennes limitées, notamment sur des cibles militaires, sont entreprises dans le cadre d’une campagne aérienne qu’on entend intensifier si la Yougoslavie ne respecte pas les conditions des résolutions.

Les pays membres de l’OTAN, dont 14 soutiennent l’opération, répondent en temps opportun à l’ordre de mobilisation et douze d’entre eux dépêchent des aéronefs dans la zone des Balkans. Au 27 octobre, des bases aériennes françaises, allemandes, grecques, italiennes et britanniques, ainsi que des porte avions dans la mer Adriatique, se partagent plus de 300 aéronefs en déploiement. Les équipages d’aéronefs exécutent des missions de vol au dessus de la Bosnie pour faire respecter l’interdiction de survoler la zone, pour mener des exercices d’entraînement conjoints et participer aux exercices effectués par les pays membres du Partenariat pour la paix (PPP) dans la région. Ils servent également comme force de protection pour les autres missions de l’OTAN et de l’ONU en cours de réalisation dans l’ancienne Yougoslavie.

Le 15 octobre 1998, le président yougoslave Slobodan Milosevic consent à respecter un cessez le feu et à retirer les forces mobilisées et déployées au Kosovo. Il accepte également que la communauté internationale effectue un contrôle de conformité. L’OTAN ainsi que l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) signent des ententes avec la Yougoslavie et mettent sur pied, respectivement, l’Op Eagle Eye et la Mission diplomatique d'observateurs au Kosovo. L’OTAN planifie également une force en prévision d'une évacuation d'urgence du personnel en service au Kosovo, soit l’Opération Determined Guarantor.

Des derniers jours de 1998 aux premiers jours de 1999, la violence s’accentue entre l’UCK et les Forces yougoslaves malgré les cessez-le-feu. L’OTAN amorce des négociations entre les deux partis, à Rambouillet (France), le 6 février 1999. Alors que l’UCK accepte enfin les conditions de l’OTAN, la Yougoslavie rejette les Accords de Rambouillet le 19 mars. Des centaines de civils ont déjà été tués et plus de 300 000 ont abandonné leur foyer. À la suite du rejet des Accords et de la poussée de violence, particulièrement de la part des forces yougoslaves au Kosovo, et à la suite de l’absence de volonté de la Yougoslavie de tenir compte des avertissements de l’OTAN, le Secrétaire général de l’OTAN autorise le 23 mars l’Op Allied Force, laquelle est lancée le 24 mars et met fin à l’Opération Determined Force.

Opération canadienne

Opération Echo13 octobre 1998 au 23 mars 1999
Aucun non d’opération canadien13 octobre 1998 au 23 mars 1999

Aucun non d’opération canadien

En effet, des Canadiens membres du personnel de l’escadron de la Force aéroportée d’alerte lointaine de l’OTAN participent à l’application de l’interdiction de vol au dessus de la Bosnie, sous l’Opération de l’OTAN Deliberate Forge. Lorsque cette opération cesse et que l’Opération Determined Force commence le personnel de l’escadron de la Force aéroportée d’alerte lointaine de l’OTAN a fait la transition. L’avion aurait volé au-dessus des frontières de pays de l’ancienne Yougoslavie pour surveiller la situation de l’espace aérienne de ce pays. Cette opération n’a pas de nom assigné pour une opération canadienne.

Opération Echo

Pour appuyer la volonté de l’OTAN, le Canada annonce le 20 juin 1998 qu’il déploie six CF-188 Hornet à Aviano, en Italie, pour augmenter les capacités de l’Alliance et réduire le temps de réaction du Canada à d’éventuelles crises dans la région. Déployés dans le cadre de l’Opération Deliberate Forge de l’OTAN et le nom canadien de l’opération est Echo. Les Hornet et le personnel ont fait la transition lorsque l’Opération Determined Force a commencé à la nouvelle opération pour laquelle est devenu l’Opération Echo, nom canadien.

Les six CF-188 exécutent environ 80 sorties par mois, d’environ 2 heures et demie chacune, la plupart au dessus de la Bosnie. Les sorties se font dans un esprit de collaboration internationale comprenant un avion de ravitaillement en vol, un aéronef doté d’un système de détection lointaine et des contrôleurs aériens de plusieurs pays. De plus, la participation canadienne est étendue. Le personnel de la Force opérationnelle à Aviano (TFA) exécute des rotations de six mois, sauf les pilotes dont les rotations sont de trois mois. La majorité de l’effectif provient de la 3e Escadre Bagotville ou de la 4e Escadre Cold Lake, mais des membres provenant de l’ensemble de la Force aérienne rejoignent ces deux escadres. La plupart des emplois existant dans la Force aérienne se retrouvent au sein de la TFA.

Les Hercules et les Airbus des 435e, 436e et 437e Escadrons appuient l’Opération Echo et l’Opération Palladium (Force de stabilisation de l’OTAN en Bosnie) par des vols hebdomadaires transportant le personnel de relève, l’équipement et les approvisionnements pour le personnel de la TFA.

Quand la situation au Kosovo s’est détériorée et que les négociations ont échoué, l’OTAN a autorisé l’Opération Allied Force, et l’Opération Determined Force a alors pris fin, soit le 23 mars 1999. Le Canada s’est joint à l’Opération Allied Force en fournissant six CF 188 et un effectif d’environ 130 personnes. En tout, environ 275 membres des FC ont pris part à l’Op Determined Force.

Haut de la page