Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) DOLOMITE

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

DOLOMITE
23/02/01
Venzone (Italie)

Statue d’Icare érigée à Venzone
en mémoire du capitaine Ronald
« Buck » McBride, mort au cours de l’Op
DOLOMITE (aide après séisme dans le
Nord de l’Italie) le 16 mai 1976.
Le capitaine McBride était un pilote
de Kiowa au sein du 444e Escadron
tactique d’hélicoptères, à Lahr, en
Allemagne. Photo : caporal Yves
Gemus, photographe, FOBH.

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Opération DOLOMITEE

Nom de la mission internationale: Opération DOLOMITE

Mandat de l'opération: Gouvernement du Canada

Région géographique: Europe

Lieu: Italie

Date: 7 mai 1976 - 12 juin 1976

Haut de la page


Renseignements de l'opération des FC (DOLOMITE)

Enoncé de mission de la Force opérationnelle canadienne:

Fournir de l’aide humanitaire aux survivants du séisme en Italie.

Historique de la mission:

L’Italie est située au point de rencontre des plaques lithosphériques eurasienne et africaine. Quand les deux plaques sont entrées en collision, des montagnes, les Alpes et les Apennins, et des volcans, le Vésuve et l’Etna, se sont formés sous l’effet de la pression. L’Italie a donc connu de nombreux tremblements de terre au cours de son histoire. Le séisme de magnitude 7,3 qui a secoué Messine, en Sicile, en 1908 a été l’une des pires catastrophes naturelles de ce genre à se produire dans ce pays : la secousse tellurique et le tsunami qu’elle a provoqué ont causé au moins 70 000 morts. La Sicile a également subi un séisme de magnitude 7,2 en 1980, qui a fait 3 000 morts et 250 000 sans-abri.

Le Nord de l’Italie a aussi connu de nombreux tremblements de terre. Le dernier séisme le plus grave s’est produit à 21 h (heure locale) le 6 mai 1976, lorsqu’une secousse d’une magnitude de 6,1 a ébranlé le Frioul, dans le Nord-Est de l’Italie : 976 personnes ont perdu la vie et 70 000 se sont retrouvées sans abri.

L’aide locale et internationale n’a pas tardé à arriver dans la région. La secousse avait fait trembler les immeubles de la Base des Forces canadiennes Lahr. À 20 h le lendemain est arrivé l’ordre de lancement de l’opération Dolomite, donné par le Chef d’état-major de la Défense. Un groupe de reconnaissance est parti pour l’Italie moins de deux heures plus tard. Ont suivi peu après une force opérationnelle de 238 membres venant de la 4e Unité de soutien médical de combat, un peloton du 1er Bataillon, Royal 22e Régiment, trois hélicoptères Kiowa et des membres d’équipage du 444e Escadron, un groupe de soutien logistique du 4e Bataillon des services, un détachement de la Police militaire du 4e Groupe-brigade mécanisé du Canada (4 GBMC) et deux véhicules de communications longue portée. Ils ont été bientôt rejoints par 54 ingénieurs du 4e Escadron du Génie. La force opérationnelle est arrivée par la voie terrestre ainsi que par la voie des airs, à bord de 18 vols d’Hercules. La plus grande partie des forces était concentrée à Venzone.

Les cuisiniers militaires ont commencé à nourrir les sinistrés, tandis que les médecins et le personnel médical soignaient les nombreux blessés. Les soldats du Royal 22e Régiment du Canada ont aidé les gens à récupérer leurs biens personnels, et les membres de la Police militaire ont prêté main-forte à la police italienne afin d’assurer le contrôle de la circulation. Le 11 mai, l’opération d’abord axée sur l’assistance médicale et le relèvement a été réorientée vers l’enlèvement des débris et la reconstruction. Ce jour-là, une réplique sismique de forte intensité a ajouté à la détresse, et de fortes pluies se sont mises à tomber le lendemain.

Les Canadiens ont alors commencé à travailler à la prévention de la propagation des maladies. La vaccination contre la typhoïde a débuté et un système permettant la production d’eau potable a été mis en place. La cuisine mobile de campagne est restée en activité pendant que les ingénieurs aidaient à reconstruire les infrastructures essentielles. Le problème le plus grave a été un accident malencontreux survenu le 16 mai. Un hélicoptère Kiowa a heurté un câble d’acier, puis s’est écrasé; le pilote a été tué et les deux autres membres d’équipage ont été blessés.

Le 28 mai, le besoin d’aide extérieure avait diminué. Le gros de la force opérationnelle canadienne est retourné à Baden et à Lahr. Un Hercules des Forces canadiennes a continué d’apporter des approvisionnements de secours du Canada jusqu’au 3 juin. Un petit détachement arrière, qui comprenait le personnel de la cuisine de campagne, est resté en Italie jusqu’au 12 juin. En tout, environ 350 personnes ont participé à l’opération.