Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) HARMONY

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

HARMONY
Opération HARMONY. TTB M113
traversant Metkovic.

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Opération des Nations Unies pour le rétablissement de la confiance

Nom de la mission internationale: Opération des Nations Unies pour le rétablissement de la confiance (ONURC)

Mandat de l'opération: Nations Unies

Région géographique: Europe

Lieu: Croatie

Date: 31 mars 1995 - 15 janvier 1996

Mandat de la mission:

Démilitariser et désarmer les zones protégées par les Nations Unies (ZPNU); rétablir l'autorité civile normale dans les ZPNU; aider les personnes déplacées à retourner chez elles dans les ZPNU et surveiller les points de passage frontaliers dans la région de Krajina.

Notes sur la mission ou l'opération:

En mars 1995, la structure de la Force de protection des Nations Unies (FORPRONU) en ex-Yougoslavie a subi d'importants changements. Au début de l'année, le gouvernement croate a annoncé qu'il n'appuierait plus les prolongations du mandat de la FORPRONU en Croatie. La FORPRONU a donc été divisée en trois missions distinctes mais interdépendantes regroupées sous le titre de Forces de paix des Nations Unies (FPNU). L'Opération des Nations Unies pour le rétablissement de la confiance (ONURC) en Croatie avait pour mission de remplacer la FORPRONU dans le pays. Plus petite, elle détenait moins de pouvoir de maintien de la paix que cette dernière. Conformément aux tâches prévues par l'accord de cessez-le-feu du 29 mars 1994, l'ONURC devait surveiller la zone entre les lignes de déploiement militaire avancé, vérifier que les systèmes d'armes étaient bien installés selon les termes de l'accord, occuper les postes frontaliers de contrôle de la circulation désignés par l'accord et réaliser les activités de liaison pour la mise en œuvre de l'accord.

Afin d'accomplir pleinement ces tâches, l'ONURC devait détenir le contrôle exclusif de la zone entre les lignes de déploiement militaire avancé. On installerait ainsi des postes stationnaires, en plus de patrouiller à pied, en véhicule et en hélicoptère. L'ONURC devait jouir d'une liberté de mouvement complète pour surveiller le déploiement des militaires et des systèmes d'armes.

Comme les forces armées de la Croatie avaient repris possession de la Slavonie occidentale et de la région de Krajina, les forces de maintien de la paix des Nations Unies n'étaient de toute évidence plus aussi nécessaires. Néanmoins, le mandat de l'ONURC demeurait essentiellement le même en Slavonie orientale, dernier territoire de Croatie contrôlé par les Serbes, et grâce à des discussions parrainées par les Nations Unies, le gouvernement croate et les dirigeants des Serbes de Croatie ont accepté de négocier pour résoudre la question. Le 12 novembre 1995, les deux parties ont signé l'Accord fondamental concernant la région de la Slavonie orientale, de la Baranja et du Srem occidental. Après la signature de l'Accord et l'adoption des résolutions 1037 (1996) et 1038 (1996) par le Conseil de sécurité des Nations Unies, le mandat de l'ONURC pouvait prendre fin le 15 janvier 1996. L'Administration transitoire des Nations Unies pour la Slavonie orientale, la Baranja et le Srem occidental (ANUTSO) et la Mission d'observation des Nations Unies à Prevlaka (MONUP) ont pris la relève.

Haut de la page


Renseignements de l'opération des FC (HARMONY)

Nom: HARMONY

Date: 31 mars 1995 - 17 octobre 1995

Historique de la mission:

Un seul groupe bataillon d'infanterie canadien a été affecté à l'ONURC dans le cadre de l'opération Harmony (désignation canadienne, rotation 6). (Les cinq rotations précédentes et le déploiement initial de l'opération Harmony s'étaient inscrits dans le premier mandat de la FORPRONU.) à la mi-avril 1995, le transfert de responsabilités du 1er Bataillon, The Royal Canadian Regiment, au 2e Bataillon, Royal 22e Régiment, était terminé.

Au début d'avril, la région de Krajina dont le groupement tactique du Royal 22e Régiment avait hérité était calme, mais les Croates croyaient que la présence des militaires des Nations Unies dans leurs pays compliquait l'intégration de la région serbe de Krajina. Après l'annonce du gouvernement croate en début d'année de mettre fin au mandat de la FORPRONU, les tensions entre le gouvernement croate et les Serbes de Krajina se sont vite accrues, jusqu'à ce que l'armée croate lance une offensive contre les forces serbes en Slavonie occidentale (le secteur Ouest de l'ONURC) en mai 1995. Les Croates ont facilement défait les Serbes et ont repris possession du territoire croate, ce qui a éventuellement mis fin à l'ONURC dans la région.

Au début de leur rotation, les soldats du groupement tactique du Royal 22e Régiment ont vu les tensions entre les Serbes et les Croates croître dans le secteur Sud. Les unités militaires locales des Serbes de Krajina ont commencé à se mobiliser et les Canadiens se sont vite retrouvés entre deux groupes de plus en plus belliqueux. Les affrontements n'ont toutefois pas éclaté immédiatement et, en juillet, les Canadiens ont participé à l'ajustement des frontières du territoire qu'ils patrouillaient et surveillaient.

Au début du mois d'août, l'armée croate a attaqué la région de Krajina et a rapidement défait les Serbes. Le groupement tactique du Royal 22e Régiment a été mis en état d'alerte élevé, mais il ne pouvait pas faire grand-chose. Le gouvernement croate, dont la permission était nécessaire pour que les soldats de l'ONURC puissent rester au pays, a demandé aux forces des Nations Unies de se retirer, et les Canadiens se sont donc préparés au départ.

Le soutien de guerre électronique (GE) offert au groupement tactique canadien au moyen de l'opération Medusa a continué à fournir deux détachements de radiogoniométrie à bord de véhicules Bison. Chaque détachement comprenait deux spécialistes des langues et veillait à la recherche, à l'interception et à l'orientation de la ligne de relèvement. Ils ont été actifs jusqu'à la fin de l'affectation.

Afin d'aider au rapatriement du personnel de l'opération Harmony, on a organisé l'opération Walleye, dans le cadre de laquelle on a commencé à ramener les soldats au Canada à la mi-septembre. Partant de Split, en Croatie, les vols se sont poursuivis jusqu'au 17 octobre 1995, date à laquelle les derniers membres du personnel de l'opération Harmony ont été rapatriés.