Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) MARITIME MONITOR

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Opération MARITIME MONITOR

Nom de la mission internationale: Opération MARITIME MONITOR

Mandant:
Conseil de sécurité des Nations Unies, résolutions 713 du 25 septembre 1991 et 757 du 30 mai 1992

Région géographique: Europe

Lieu: Ancienne Yugoslavie

Date: 16 July 1992 - 22 November 1992

Mandat:

Faire respecter l’embargo des Nations Unies contre la République fédérale de Yougoslavie.

Notes sur la mission:

Pendant toute l’année 1991, la situation en Yougoslavie est devenue de plus en plus violente et dangereuse en raison de la violation fréquente des cessez-le-feu et des accords. En septembre 1991, le Conseil de sécurité de l’ONU, en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations Unies, a adopté la résolution 713 qui imposait à la Yougoslavie un embargo sur les armes et l’équipement militaire. La résolution 757, le 30 mai 1992, relevant également du chapitre VII a suivi le 30 mai 1992. Celle-ci comprenait notamment l’imposition d’un embargo total sur toutes les marchandises et produits provenant de la République de Yougoslavie (Serbie et Monténégro) ou destinés à celle-ci, à l’exception des fournitures médicales et des denrées alimentaires.

Le 10 juillet 1992, les ministres des Affaires étrangères de l’Alliance de l'Atlantique Nord ont convenu que l’OTAN contribuerait à faire respecter les deux résolutions du Conseil de sécurité, dans le cadre de l’opération Maritime Monitor. Les unités de l’OTAN déployées pour cette opération ont reçu l’ordre « de surveiller, de repérer et de signaler le trafic maritime dans des secteurs à définir dans les eaux internationales de la mer Adriatique ».

Le 16 juillet 1992, la Force navale permanente de la Méditerranée (SNFM) a commencé à patrouiller dans les eaux internationales, au large des côtes du Monténégro. Quant à l’espace aérien, les avions de patrouille maritime américains, britanniques et portugais ont surveillé tous les contacts de surface, tandis que les aéronefs E3-A de la Force aéroportée de détection lointaine de l’OTAN (NAEWF) ont effectué l’intégration de toutes les photos de surveillance. À partir du 16 octobre 1992, les aéronefs de la NAEWF ont joué un double rôle : appuyer l’opération Maritime Monitor et contribuer à faire appliquer la résolution 781 du Conseil de sécurité de l’ONU sous le nom d’opération Sky Monitor, en surveillant l’espace aérien au-dessus de la Bosnie-Herzégovine.

Parallèlement, l’Union de l’Europe occidentale (UEO) a déployé des forces navales et aériennes pour appuyer les résolutions 713 et 757. Sous le nom d’opération Sharp Vigilance, ces unités navales et aériennes ont patrouillé dans les eaux internationales au large du détroit d’Otrante. Les aéronefs de la NAEWF ont également appuyé les forces de l’EUO.

C’est en collaboration avec la NAEWF que le personnel des Forces canadiennes a commencé à participer aux opérations Maritime Monitor et Sharp Vigilance. Le contingent canadien a été intégré à Geilenkirchen à plusieurs équipages des AWACS et a ainsi appuyé les forces de l’OTAN et de l’UEO qui faisaient respecter les résolutions du Conseil de sécurité.

La participation additionnelle du Canada à l’opération Maritime Monitor a coïncidé avec l’arrivée, en septembre 1992, du NCSM Gatineau qui faisait partie de la Force navale permanente de l’Atlantique (SNFL). Ce navire s’est joint à la SNFL le 20 juillet à Portsmouth, en Angleterre. Le commandant de la SNFL, le contre-amiral Dyer (USN), a alors avisé l’équipage du navire de la possibilité que celui-ci participe à l’opération Maritime Monitor. Le 27 août, la SNFL a été avertie qu’elle serait affectée à l’opération Maritime Monitor afin de remplacer temporairement la SNFM. Le 9 septembre, la SNFL a assumé les fonctions de la SNFM pour ce qui est de l’embargo et les lui a retransmises le 26 septembre. Pendant ce temps, le NCSM Gatineau a effectué deux patrouilles (du 10 au 17 septembre et du 20 au 25 septembre). En raison des excellentes installations de communication à bord, il a servi deux fois de navire amiral au contre-amiral Dyer.

Les opérations Maritime Monitor et Sharp Vigilance ont pris fin le 22 novembre 1992 lorsque l’OTAN a lancé l’opération Maritime Guard et que l’UEO a commencé l’opération Sharp Fence pour appuyer la résolution 787 adoptée par le Conseil de sécurité de l’ONU le 16 novembre 1992.