Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) OPEN VIEW

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

OPEN VIEW

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Convention sur les armes chimiques

Nom de la mission internationale: Convention sur les armes chimiques (CWC)

Mandat de l'opération: Convention sur les armes chimiques

Région géographique: Europe

Lieu: À travers l'Europe et l'Amérique du Nord

Date: 29 avril 1997 - Présent

Haut de la page


Renseignements de l'opération des FC (OPEN VIEW)

Nom: OPEN VIEW

Enoncé de mission de la Force opérationnelle canadienne:

Assurer le respect de la Convention sur les armes chimiques

Historique de la mission:

En 1972, des négociations internationales ont permis d'aboutir à la Convention sur les armes biologiques et à toxines. Les participants s'étaient engagés à poursuivre les travaux en établissant une convention sur les armes chimiques; toutefois, il a fallu 20 ans avant qu'un accord international ne soit conclu et que les négociateurs à Genève ne formulent la Convention sur l'interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l'emploi des armes chimiques et sur leur destruction, connue sous le nom de Convention sur les armes chimiques (CAC). Ce n'est qu'en 1997 que la Convention est entrée en vigueur, lorsque les 87 pays signataires initiaux l'ont ratifiée. En 2003, la Convention avait été signée par 152 pays représentant 90 p. 100 de la population mondiale et 98 p. 100 de l'industrie chimique dans le monde.

Dans le cadre de la Convention, on a créé l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui a pour rôle de faire appliquer la Convention. Pour veiller au respect de cette dernière, l'OIAC évalue les déclarations des pays membres, effectue des inspections sur place et par mise en demeure et étudie de façon approfondie tout rapport signalant l'utilisation d'armes chimiques. Les inspections peuvent s'effectuer sur des sites militaires, industriels ou de recherche. Les inspecteurs viennent des pays signataires et sont choisis pour leur expertise. La taille des équipes et la durée de leur inspection dépendent du type d'installations à examiner. Les missions les plus longues sont celles qui ont pour but de vérifier la destruction d'armes chimiques dans des installations prévues à cet effet.

À ce jour, le Canada a participé à neuf missions. Il a également fait l'objet d'une inspection, en février 2000, au Centre de recherches pour la défense Suffield, en Alberta.