Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) PERSERVERANCE

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

PERSERVERANCE

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Mission d'observation diplomatique au Kosovo

Nom de la mission internationale: Mission d’observation diplomatique au Kosovo (KDOM)

Mandat de l'opération: Gouvernement du Canada

Région géographique: Europe

Lieu: Kosovo

Date: 1 août 1998 - 31 décembre 1998

À l’été 1998, au Kosovo, les affrontements opposant l’Armée de libération du Kosovo (UÇK) du groupe ethnique albanais et les forces de la République fédérale de Yougoslavie (FRY) se sont intensifiés. En juillet, les forces militaires et policières serbes (MUP) ont lancé l’assaut contre l’UÇK, rétablissant ainsi, du moins temporairement, leur mainmise sur la province. Pourtant, le conflit ouvert entre les antagonistes s’est poursuivi plus tard dans l’été, laissant entrevoir le risque d’une catastrophe humanitaire en hiver, car les réfugiés étaient de plus en plus nombreux.

Alors que se poursuivait l'offensive du gouvernement, les pressions internationales se sont accrues pour que le président de la FRY, Slobodan Milosevic, reprenne le contrôle de la situation. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a exigé que les forces de la FRY se retirent de la province et a exhorté Belgrade et les dirigeants du groupe ethnique albanais à négocier. Comme le gouvernement de la FRY ne semblait pas décidé à obtempérer, au début de l’automne 1998, plusieurs pays de l’Union européenne et trois autres pays (le Canada, les États-Unis et la Fédération de Russie) ont pris l’initiative d’ajouter au personnel de leurs ambassades à Belgrade des militaires et des diplomates afin d’être mieux informés de la situation. Les quatre KDOM, auxquels se sont éventuellement ajoutées la France et la Grande-Bretagne, étaient des opérations ponctuelles et réalisaient leurs missions de manière indépendante sans liens officiels.

Haut de la page


Renseignements de l'opération des FC (PERSERVERANCE)

Nom: PERSERVERANCE

Enoncé de mission de la Force opérationnelle canadienne:

Le mandat de la KDOM du Canada est de surveiller et de signaler les problèmes de liberté d’accès et de mouvement, ainsi que d’autres problèmes de sécurité ou d’ordre humanitaire, qui surviennent dans la province afin de tenir le gouvernement du Canada au courant de la situation au Kosovo.

Historique de la mission:

La contribution canadienne à la KDOM dirigée par le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI), appelée opération Perseverance, était constituée de deux volets. Le premier comprenait de fréquentes visites prolongées par le personnel permanent de l’ambassade à Belgrade, surtout (mais pas seulement) le personnel des attachés des Forces canadiennes. Le spécialiste politique et l’ambassadeur faisaient également des visites. Le second volet exigeait les efforts soutenus de deux membres du personnel : un officier militaire et un agent du service extérieur du MAECI. À eux deux, ils constituaient la présence canadienne continue au Kosovo, soit la KDOM canadienne.

En septembre, suite aux négociations entre le président de la FRY, Slobodan Milosevic, et l’envoyé spécial des États-Unis, Richard Holbrooke, on a établi la Mission de vérification au Kosovo (MVK) (opération Kimono du Canada) et une mission de surveillance aérienne de l’OTAN (opération Eagle Eye de l’OTAN et opération Echo du Canada). Par l'adoption de la résolution 1203 du Conseil de sécurité, les Nations Unies appuyaient ces deux missions.

Entre août et décembre 1998, l’effectif de l’opération Perseverance est graduellement passé de deux à neuf membres militaires et civils. À la fin de la KDOM, ses deux membres militaires ont été réaffectés à la Mission de vérification au Kosovo (MVK) dans le cadre de l’opération Kimono.