Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) ROULETTE

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

ROULETTE

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Mission des Nations Unies en Bosnie-Herzégovine

Nom de la mission internationale: Mission des Nations Unies en Bosnie-Herzégovine

Mandat de l'opération: Nations Unies

Région géographique: Europe

Lieu: Bosnie et Herzégovine

Date: 21 décembre 1995 - 31 décembre 2002

Mandat de la mission:

Participer aux efforts locaux de maintien de l'ordre; entreprendre diverses activités humanitaires concernant les réfugiés, les droits de la personne, le déminage, le rétablissement de l'infrastructure économique et les élections.

Notes sur la mission ou l'opération:

Après la signature de l'Accord de paix de Dayton en décembre 1995 et la fin du mandat de la Force de protection des Nations Unies (FORPRONU) en Bosnie-Herzégovine, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 1031 (1995) pour la prise en charge des questions militaires du pays sous les auspices de la Force de mise en œuvre (IFOR) et sous la direction de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN). Pour les affaires civiles, l'ONU a adopté la résolution 1035 (1995), en vertu de laquelle elle a créé la Mission des Nations Unies en Bosnie-Herzégovine (MINUBH).

La MINUBH était formée en majorité de membres de la police civile internationale, mais comptait aussi du personnel militaire et civil qui remplissait diverses fonctions humanitaires. L'ONU avait trois secteurs de responsabilité principaux en Bosnie-Herzégovine. Premièrement, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) était chargé, en plus de ses activités humanitaires, du retour des réfugiés et des personnes déplacées. Deuxièmement, un groupe international de police (GIP) a été créé pour un an afin d'aider les intervenants à maintenir l'ordre comme le prévoyait l'Accord de paix. Troisièmement, le Centre d'action antimines des Nations Unies en Bosnie-Herzégovine (CAANUBH) a été créé pour soutenir les opérations de déminage. Toutes ces activités étaient placées sous l‘autorité du représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU et du coordonnateur des opérations de l'Organisation en Bosnie-Herzégovine.

Le mandat de la MINUBH s'est achevé le 31 décembre 2002.

Haut de la page


Renseignements de l'opération des FC (ROULETTE)

Nom: ROULETTE

Date: 7 avril 1997 - 28 février 2000

Historique de la mission:

Pour contribuer à la mission, le Canada a commencé par affecter un officier supérieur au poste d’officier de liaison de l’état major du bureau de la MINUBH.

Dans le cadre de la fondation du Centre d’action antimines, l’ONU avait demandé des experts de la détection de mines pour effectuer une étude sur les systèmes existant dans le pays. Le gouvernement du Canada a répondu à cette demande en envoyant deux scientifiques, un major et un civil, en service temporaire du 12 au 28 janvier 1997 pour contribuer à l'étude.

Le Canada a aussi participé directement à la MINUBH en envoyant, pour une mission de six mois, six démineurs et instructeurs en déminage des Forces canadiennes (FC) au Centre d’action antimines des Nations Unies en Bosnie Herzégovine (CAANUBH). L’opération, connue d’abord sous le nom d’opération Roulette, est devenue, avant le déploiement, l’opération Noble et les militaires portaient le titre d'Experts en mission (EEM). Ils avaient pour mandat d’apprendre aux civils à neutraliser des mines. On estimait que le pays en avait plus d’un million disséminées dans plus de 30 000 champs. Arrivée dans le théâtre des opérations le 7 avril 1997, l’équipe a exercé ses fonctions à partir du quartier général du CAANUBH installé à Sarajevo. Par la suite, les responsables ont ouvert six bureaux régionaux et, vers le milieu de la mission, deux instructeurs ont été envoyés dans les régions de Tuzla et de Banja Luka. La mission a été jugée fructueuse, car le personnel a préparé des leçons standard et un programme de formation et il a rédigé des instructions permanentes d’opération (IPO) pour tous les pays participants.

À l’approche de l’hiver, au lieu de s’occuper du déminage, on a davantage travaillé à la sensibilisation aux mines, aux cours de recyclage pour les démineurs et au développement institutionnel. à la fin de l'affectation, en septembre, quatre membres de l’équipe ont été rapatriés, tandis que les deux autres membres de l’opération Noble, le chef de mission et un sous-officier, sont restés jusqu’à la mi-décembre pour achever la mission et préparer le transfert. à la fin de décembre 1997, le gouvernement de Bosnie-Herzégovine a accepté d’assumer les responsabilités de déminage dans le pays en créant le Centre d’action antimines de Bosnie-Herzégovine (CAABH). Il a pris ainsi la relève du CAANUBH, organisme d'attache. Le CAABH a travaillé en coordination avec la MINUBH.

Le Canada a continué d’envoyer des experts au CAABH jusqu’en février 2000. Alors que le premier déploiement comptait six personnes - trois sous officiers et trois officiers -, il n’en restait que deux à la rotation 4 : un conseiller en assurance de la qualité travaillant à partir du CAABH, à Sarajevo et un conseiller financier travaillant de la république de Srbska, à Banja Luka.