Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) SPIRAL

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

Information internationale

Nom de l'opération internationale: SPIRAL

Nom de la mission internationale: SPIRAL

Mandat: Gouvernement du Canada

Région géographique: Europe

Lieu: Chypre

Date de début: Il aurait été la fin novembre ou le début décembre 1991

Mandat: Nettoyer les quelque 16 champs de mines de la zone tampon contrôlée par la Force des Nations Unies à Chypre (FNUC).

Notes sur la mission :

En 1990, les Nations Unies ont demandé au Canada s’il pouvait fournir une unité de génie de campagne pendant six mois pour nettoyer la zone tampon à Chypre de ses mines. Il fallait nettoyer jusqu’à 16 champs de mines dans la zone contrôlée par les Nations Unies. Une équipe de génie a déterminé l’étendue de la tâche et a fait son rapport qui a été envoyé aux Nations Unies en mars 1991. On a donc planifié le déploiement d’éléments du 4e Régiment du Génie de combat (4e RGC) qui contribueraient au Contingent canadien de l’UNFICYP.

Le plan initial prévoyait le déploiement de 150 militaires pendant 6 mois. Cependant, l’équipe de reconnaissance du 4e RGC a suggéré d’augmenter ce nombre à 220, mais de réduire le temps passé sur le théâtre à 4 mois. On pouvait confier vingt postes à des réservistes. Le début de l’opération était prévu entre la fin du mois de novembre et le début du mois de décembre 1991. L’ordre d’opération a été donné en octobre 1991 pour permettre le début de la planification et de l’entraînement, mais des facteurs hors du contrôle des Forces canadiennes (FC) ont mis un frein à l’opération.

Pendant que les FC se préparaient au déploiement, les Nations Unies tentaient de régler les questions de financement et d’approbation de l’opération. Les autorités turques ont refusé de permettre aux Nations Unies d’accomplir l’opération, parce qu’elle entraînerait un changement d’équilibre des forces militaires. L’opération a donc été annulée le 19 novembre 1991.