Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) Quartier général des Forces de paix des Nations Unies(QG-FPNU)

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Opération Force de déploiement préventif des Nations Unies(FORDEPRENU)

Nom de la mission internationale: Opération Force de déploiement préventif des Nations Unies(FORDEPRENU)

Organisme responsable: Organisation des Nations Unies

Région géographique: Europe

Lieu: Zagreb, en Croatie

Date: 31 mars 1995 - 31 janvier 1996

Opération canadiennes:

Opération SPEAKER -Du 31 mars au 29 décembre 1995

Opération ROUNDUP -Du 15 décembre au 29 décembre 1995

Mandat:

Agir comme organisation de quartier général « global » des Forces de paix des Nations Unies dans la région des Balkans. Les commandants des trois missions nouvellement créées avaient leur quartier général à Zagreb, en Croatie.

Mandat appuyé par les résolutions 981, 982, 983, 1035 et 1036 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Notes sur la mission:

Au début de 1995, alors que s’achevait la mission de la Force de protection des Nations Unies (FORPRONU) en Yougoslavie, les gouvernements de la Croatie, de la Bosnie et de l’Herzégovine ainsi que l’ancienne République yougoslave de Macédoine ont tous exprimé le souhait que les forces des Nations Unies présentes sur leurs territoires agissent séparément de la FORPRONU. Afin de répondre à cette demande, le secrétaire général a proposé de remplacer la FORPRONU par trois opérations de maintien de la paix distinctes mais reliées. Chacune de ces trois opérations devait être dirigée par un chef de mission civil, en plus d’avoir son propre commandant militaire. Compte tenu de la nature connexe des problèmes prévalant dans la région, et pour éviter les coûts qu’entraîneraient le chevauchement de structures existantes, le commandement et le contrôle généraux des trois opérations devaient être confiés au représentant spécial du secrétaire général, de qui relevait le commandant responsable des éléments militaires du théâtre.

Le 31 mars 1995, le Conseil de sécurité a adopté trois résolutions visant à restructurer la FORPRONU pour la remplacer par des opérations en Croatie (Opération des Nations Unies pour le rétablissement de la confiance en Croatie – ONURC), en Bosnie-Herzégovine (FORPRONU) et dans l’ancienne République yougoslave de Macédoine (Force de déploiement préventif des Nations Unies – FORDEPRENU), dont les mandats initiaux devaient durer jusqu’au 30 novembre 1995.

Connu collectivement comme les Forces de paix des Nations Unies (FPNU), les quartiers généraux des opérations étaient basés à Zagreb, en Croatie. On a fini par les désigner par Quartier général des Forces de paix des Nations Unies (QG-FPNU).

Opération Speaker

La contribution du Canada au QG-FPNU était l’opération Speaker, et consistait en un effectif de soixante militaires qui devait prendre la relève de l’Élément de soutien national (ESN) qui avait appuyé le contingent canadien présent en Yougoslavie jusqu’à la fin du mandat de la FORPRONU.

Le mandat confié à la FPNU s’est terminé avec la signature de l’Accord de paix de Dayton, en décembre 1995. L’Organisation des Nations Unies (ONU) a ensuite lancé cinq missions séparées pour poursuivre le travail amorcé en vertu du mandat de la FPNU. En Bosnie, la Force de mise en œuvre (IFOR) a pris le relais de la FORPRONU. L’ONU a également créé la Mission des Nations Unies en Bosnie-Herzégovine (MINUBH) et le Groupe international de police (GIP) pour faire le travail qui ne relevait pas de l’IFOR.

En Croatie, l’ONU a mis sur pied la Mission d’observation des Nations Unies à Prevlaka (MONUP), qui devait continuer de surveiller la situation dans la péninsule de Prevlaka, ainsi que l’Administration transitoire des Nations Unies pour la Slovénie orientale (ANUTSO), qui, entraînant d’abord un déploiement de 5 000 militaires, devait poursuivre le travail de l’ONURC. La FORDEPRENU est demeurée inchangée.

Si le Canada a accepté de soutenir l’IFOR avec des troupes ainsi que la MONUP et la FORDEPRENU avec des observateurs, il n’a pas participé activement à l’ANUTSO ou au GIP. Toutefois, le personnel de l’opération canadienne Speaker – y compris deux observateurs militaires des Nations Unies (UNMO) employés en Slovénie orientale – a appuyé la transition du QG-FPNU à la MONUP jusqu’à la date prévue de son retour, en mars 1996. Il n’a pas été remplacé.

Opération Roundup

En octobre 1995, dans le cadre de l’opération Roundup, il a été ordonné de rapatrier le personnel du QG-FPNU, du groupe CANLOGBAT et de l’ESN. Lancée le 15 décembre 1995, cette opération a permis de ramener au Canada la plupart des militaires affectés à l’opération Speaker avant la fin de l’année.