Renseignements/information pour l'opération des Forces canadiennes (FC) PROVIDE COMFORT

Les opérations internationale des FC ont le plus souvent fonctionné sous un mandat international. L'information internationale est présentée afin de fournir le contexte de l'opération canadienne (placée en second). Toutes les rotations liées à l'une opération canadienne particulière seront éventuellement mises en ligne.

PROVIDE COMFORT

Information internationale

Nom de l'opération internationale: Opération PROVIDE COMFORT (I)

Nom de la mission internationale: Opération PROVIDE COMFORT (I)

Mandat de l'opération: Nations Unies

Région géographique: Moyen-Orient

Lieu: Iraq

Date: 6 avril 1991 - 31 decembre 1996

Mandat de la mission:

Transporter de façon sécuritaire de l’aide humanitaire aux réfugiés kurdes dans l’Est de la Turquie et dans le Nord de l’Iraq.

Notes sur la mission ou l'opération:

Après la défaite des forces militaires iraquiennes au cours de la guerre du Golfe, les Kurdes iraquiens se sont révoltés contre le régime de Bagdad. Des groupes kurdes faisaient campagne depuis des dizaines d’années contre l’Iran, l’Iraq et la Turquie, exigeant l’établissement d’un état kurde distinct, le Kurdistan. Encouragés par des émissions de radio américaines qui semblaient recommander vivement la révolte contre Saddam Hussein, le dictateur défait, les rebelles kurdes iraquiens sont passés à l'action, s’attendant à bénéficier de l’aide des états Unis.

En mars 1991, les rebelles kurdes se sont emparés d’une grande région dans le Nord. L’armée iraquienne a riposté avec force et a rapidement repris le contrôle d’une bonne partie de la zone. Craignant pour leur sécurité, plus d’un million de Kurdes ont fui la région vers les montagnes de l’Iran, de l’Iraq et de la Turquie. Au début d'avril, les conditions rudimentaires dans la région causaient la mort de 800 à 1 000 personnes par jour.

Face à cette crise, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 688 (5 avril 1991), qui demandait à l’Iraq de mettre fin à la répression et aux états membres de contribuer aux opérations de secours humanitaire. Pour appuyer cette initiative, les états-Unis ont lancé l’opération Provide Comfort le 6 avril, à partir de la base aérienne d’Incirlik, en Turquie. Des avions cargos britanniques et français sont arrivés le lendemain, suivis bientôt par ceux de 10 autres nations.

L’opération Provide Comfort comportait deux volets: une opération de secours, à laquelle participait le Canada dans le cadre des opérations Assist et Regard, et une opération de sécurité visant à empêcher l’Iraq de nuire à l'opération de secours. L’opération de sécurité comprenait aussi l'établissement d'une zone d’interdiction aérienne au nord du 36e parallèle, dans laquelle les avions iraquiens étaient interdits. Pour appuyer les deux volets, des avions A 10 américains précédaient les avions de secours afin d’empêcher les troupes iraquiennes au sol d’agir, tandis que des chasseurs F-15 et F-16 se tenaient prêts à riposter à toute menace aérienne iraquienne. Un appareil AWACS E-3 effectuait un survol de l'ensemble pour surveiller la situation et contrôler les avions d’appui.

Le volet humanitaire de l'Op Provide Comfort a pris fin en 1996, et l’ensemble de l’opération, le 31 décembre 1996. La zone d’interdiction aérienne a été maintenue dans le cadre de l'opération Northern Watch.

Haut de la page


Renseignements de l'opération des FC (PROVIDE COMFORT)

Historique de la mission:

Les Canadiens ont participé au volet AWACS de l'Op Provide Comfort dès le début de l’opération. Le personnel canadien de la 552nd Air Control Wing, à la base aérienne de Tinker, en Oklahoma, a été intégré à l’équipage des quatre escadrons qui se sont envolés de la base. Après avoir effectué des missions AWACS pendant la guerre du Golfe, les E-3 ont continué de voler dans le théâtre afin de s’assurer que l’Iraq se conformait à la résolution 687 du Conseil de sécurité, qui exigeait de lui des intentions pacifiques. Quand l'Op Northern Watch a débuté, les Canadiens à bord des E-3 ont continué à surveiller l’espace aérien iraquien.